Extension Factory Builder
28/05/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barricades dans une rue de Conakry, le 25 mai 2013. Barricades dans une rue de Conakry, le 25 mai 2013. © Cellou Binani/AFP

En moins d'une semaine, de nouvelles violences entre manifestants et forces de l'ordre ont fait douze morts dans la banlieue de Conakry, selon le gouvernement. Mais selon les proches des familles des victimes, le bilan est de 17 morts.

Mis à jour à 12h30.

Les tensions sont de plus en plus vives en Guinée à l’approche du 30 juin, dernière date fixée par le gouvernement pour des législatives controversées et repoussées depuis environ deux ans. Lors des dernières manifestations de l’opposition à Conakry, depuis jeudi 23 mai, au moins douze personnes ont été tuées et 89 blessées.

« Selon de sources hospitalières et sécuritaires », il y a « 12 morts confirmés dont 7 par balles (origine des balles encore inconnues), 26 hospitalisations, 63 autres blessés par jets de pierre et armes blanches, des destructions de biens publics et privés », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du gouvernement, Damatang Albert Camara.

"Différences ethniques"

Mais selon un décompte établi lundi par l'AFP à partir de sources médicales et de proches des familles, 17 personnes ont été tuées dans des violences dont chaque camp se renvoie la responsabilité. « Le gouvernement dénonce, poursuit M. Camara, et l'exploitation par les partis politiques des différences régionales et ethniques au détriment de la cohésion nationale, et les velléités de mise en place de milices d'autodéfense » dans les quartiers où les troubles ont eu lieu, considérées comme des fiefs de l'opposition tels que ceux de Cosa et Bambéto.

Selon le porte-parole du gouvernement les manifestations de l’opposition « ont outrancièrement dépassé le cadre de revendications politiques ». « Une enquête spécifique » destinée à « faire toute la lumière sur ces événements, sans passion, sans pression et sans parti pris, tout en prenant toutes les mesures utiles pour accélérer l'instruction des dossiers », sera ouverte, ajoute M. Camara.

De son côté le leader de l'opposition, Cellou Dalein Diallo ne change pas ses accusations contre le pouvoir. « Les 17 morts qu'on a eus, c'est des gens qui ont été tués à bout portant par les forces de l'ordre », a-t-il déclaré sur RFI. Par ailleurs, lundi, le ministre de la Sécurité, Maramany Cissé, a été remplacé par le contrôleur de police et actuel ambassadeur de Guinée au Sénégal, Madifing Diané. Un limogeage qui sonne comme un aveu de culpabilité pour les autorités guinéennes ?

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Guinée : un imam jugé pour violences sur un agent de la lutte contre Ebola

Les soignants d'Ebola sont de plus en plus victimes d’actes de violences commis par les populations en Guinée. Le procès d’un imam inculpé pour coups et blessures sur un agent s’ouvre ce[...]

Lettre ouverte à tous les Guinéens

Béa Diallo est élu au Parlement belge et échevin d'Ixelles. Oui, Depuis plusieurs années déjà, notre pays est confronté à un défi immense : il doit atteindre de[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Sondage : votez pour le meilleur joueur de la CAN 2015 !

La CAN 2015 s'est achevée dimanche avec la victoire in extremis de la Côte d'Ivoire en finale face au Ghana (9-8 au t.a.b.). Quel joueur vous a le plus marqué depuis le début de la compétition, le[...]

Cellou Dalein Diallo : "L'opposition guinéenne n'a plus que la rue comme recours"

À l’approche de la présidentielle guinéenne – qui devrait se dérouler avant la fin de l’année – l’opposition durcit le ton et réclame plus de dialogue avec[...]

Guinée : un ancien ministre tué par balles en pleine rue à Conakry

Thierno Aliou Diaouné, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports du gouvernement de transition de 2010, a été abattu par des inconnus vendredi soir à Conakry. Les motifs du crime ne sont pas encore[...]

Ebola fait plus de 9 000 morts dans les trois pays les plus touchés

  Le bilan pour Ebola s'est de nouveau alourdi dans les trois pays d'Afrique les plus touchés par la maladie, la fièvre hémorragique ayant passé la barre des 9.000 morts, selon les chiffres[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130528090502 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130528090502 from 172.16.0.100