Extension Factory Builder
28/05/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barricades dans une rue de Conakry, le 25 mai 2013. Barricades dans une rue de Conakry, le 25 mai 2013. © Cellou Binani/AFP

En moins d'une semaine, de nouvelles violences entre manifestants et forces de l'ordre ont fait douze morts dans la banlieue de Conakry, selon le gouvernement. Mais selon les proches des familles des victimes, le bilan est de 17 morts.

Mis à jour à 12h30.

Les tensions sont de plus en plus vives en Guinée à l’approche du 30 juin, dernière date fixée par le gouvernement pour des législatives controversées et repoussées depuis environ deux ans. Lors des dernières manifestations de l’opposition à Conakry, depuis jeudi 23 mai, au moins douze personnes ont été tuées et 89 blessées.

« Selon de sources hospitalières et sécuritaires », il y a « 12 morts confirmés dont 7 par balles (origine des balles encore inconnues), 26 hospitalisations, 63 autres blessés par jets de pierre et armes blanches, des destructions de biens publics et privés », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du gouvernement, Damatang Albert Camara.

"Différences ethniques"

Mais selon un décompte établi lundi par l'AFP à partir de sources médicales et de proches des familles, 17 personnes ont été tuées dans des violences dont chaque camp se renvoie la responsabilité. « Le gouvernement dénonce, poursuit M. Camara, et l'exploitation par les partis politiques des différences régionales et ethniques au détriment de la cohésion nationale, et les velléités de mise en place de milices d'autodéfense » dans les quartiers où les troubles ont eu lieu, considérées comme des fiefs de l'opposition tels que ceux de Cosa et Bambéto.

Selon le porte-parole du gouvernement les manifestations de l’opposition « ont outrancièrement dépassé le cadre de revendications politiques ». « Une enquête spécifique » destinée à « faire toute la lumière sur ces événements, sans passion, sans pression et sans parti pris, tout en prenant toutes les mesures utiles pour accélérer l'instruction des dossiers », sera ouverte, ajoute M. Camara.

De son côté le leader de l'opposition, Cellou Dalein Diallo ne change pas ses accusations contre le pouvoir. « Les 17 morts qu'on a eus, c'est des gens qui ont été tués à bout portant par les forces de l'ordre », a-t-il déclaré sur RFI. Par ailleurs, lundi, le ministre de la Sécurité, Maramany Cissé, a été remplacé par le contrôleur de police et actuel ambassadeur de Guinée au Sénégal, Madifing Diané. Un limogeage qui sonne comme un aveu de culpabilité pour les autorités guinéennes ?

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

La fièvre Ebola désormais "sous contrôle" en Guinée

Conakry a annoncé lundi que la fièvre hémorragique Ebola est désormais "sous contrôle". Une bonne nouvelle pour la Guinée, épicentre d'une épidémie qui a[...]

Guinée : Ebola fait "oublier" les autres maladies et les tensions sociales

En Guinée, la fièvre hémorragique due en partie au virus Ebola, qui a fait plus de 100 morts depuis janvier, a "fait oublier" d'autres maladies, qui continuent de beaucoup tuer, et les tensions[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Guinée : Ebola... c'est si grave, docteur ?

Une épidémie "sans précédent" pour MSF, limitée pour l'OMS... Et, pour Conakry, un tapage médiatique qui nuit à son image.[...]

Guinée : l'aéroport de Conakry mobilisé contre la propagation d'Ebola

La mobilisation sanitaire s'est renforcée samedi à Conakry pour empêcher la propagation du virus Ebola hors de Guinée avec le déploiement d'équipes médicales à[...]

Ebola : des équipes françaises déployées en Guinée, à l'aéroport de Conakry

Des équipes médicales françaises ont été déployées à l'aéroport de Guinée Conakry "pour limiter au maximum" le risque d'une arrivée sur le [...]

Ebola : la France prend des mesures de sécurité à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle

Selon "Le Parisien", qui s'est procuré jeudi une note de la Direction générale de la santé, la France a décidé de renforcer ses mesures de sécurité pour l'accueil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers