Extension Factory Builder
19/05/2013 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président rwandais Paul Kagamé, à Londres le 19 mai 2013. Le président rwandais Paul Kagamé, à Londres le 19 mai 2013. © Présidence rwandaise

Le chef de l’État rwandais, Paul Kagamé, était en visite à Londres et à l’université d’Oxford, samedi 18 mai. Au programme : messages offensifs et défense de sa politique, auprès de la diaspora mais aussi à destination de ses opposants.

L’arrivée de Paul Kagamé à Oxford était doublement attendue, ce samedi 18 mai. Par les étudiants de l’Oxford Business network Africain, qui lui avaient adressé en janvier dernier une invitation à participer à leur conférence annuelle. Mais aussi par une poignée de manifestants (une cinquantaine au plus fort du rassemblement), opposants congolais et rwandais, venus, entre autres, dénoncer les « interventions » du Rwanda en République démocratique du Congo (RDC) – le Groupe d’experts de l’ONU pour la RDC a notamment affirmé que Kigali soutenait les rebelles du Mouvement du 23 mars, ce que Kigali dément.

Pour tenter de désamorcer toute polémique, l’Université d’Oxford diffusait, à l’entrée de la conférence, un texte précisant que « le président Kagamé a été invité par les étudiants » et que sa présence « n’impliquait aucun soutien, par l’Université, de ses idées ou actions ».

EXCLUSIF - Paul Kagamé : "J'encourage le débat sur ma succession" en 2017

Sa propre succession, ses rapports avec la RDC, la France, l'opposition, la Cour pénale internationale… Le chef de l'État rwandais a reçu Jeune Afrique et s'explique dans le numéro 2732, en kiosque du 19 au 25 mai. À lire cette semaine dans Jeune Afrique.

Pour autant, le discours du président rwandais, sur la croissance en Afrique et au Rwanda, a été chaleureusement accueilli par les étudiants et hommes d’affaires présents dans l’amphithéâtre bondé (300 personnes environ). Il s’est vu remettre un prix « d’honneur pour la croissance africaine » de la part des étudiants.

Lors de la séance de questions et réponses, le président rwandais s’est notamment exprimé sur ses relations avec la France, qu’il a qualifiées de « meilleures qu’il y a deux ans » ajoutant que « pas de nouvelles veut parfois dire bonne nouvelle ». Il a en revanche éludé la question de l’après-2017, année lors de laquelle doit s’achever son dernier mandat présidentiel ,selon la Constitution. Sur les accusations d’intervention au Nord Kivu, il a répondu en ces termes : « Les problèmes du Congo ont commencé avant même ma naissance. Ils sont toujours présents. Les leaders qui ont échoué dans leur devoir rejettent la faute sur nous. »

Kagamé réservait une autre réplique à ses détracteurs aux quelques 3 000 invités du « Rwanda Day », plus tard dans la journée à Londres. Devant le Troxy, une salle de spectacle de l’Est londonien, une autre poignée de manifestants attendaient, là aussi, les invités. Dans son deuxième discours de la journée, en kinyarwanda, le président rwandais s’en est moqué, émettant au passage des critiques à peine voilées de son homologue congolais, Joseph Kabila. « Ces gens n’ont rien à manger, a-t-il lancé. Et pourtant, ce matin, ils m’attendaient avec des œufs. Pourquoi viennent-ils manifester ici ? Ils devraient aller résoudre leurs problèmes dans leur pays. […] Cela montre qu’il y a toute une chaîne d’échec idéologique. Une chaîne qui remonte jusqu’au plus haut niveau. »

En présence de Grace De Niro, la femme de l’acteur hollywoodien et fondatrice de Grace Hightower & Coffees of Rwanda, une entreprise d’importation de café rwandais aux États-Unis, Paul Kagamé est revenu à la tribune sur les suspensions d’aide publique au développement par plusieurs pays occidentaux, au cours de l’année 2012, suite aux accusations d’intervention en RDC. « L’année dernière, le monde entier nous a attaqués. Ils ont décidé d’accuser le Rwanda. Je me suis alors dit que le Rwanda n’était pas un si petit pays que cela après tout. »

Kagamé s’est ensuite lancé dans une longue tirade contre la dépendance à l’aide publique au développement (qui alimente 40 % du budget rwandais) « Pourquoi des contribuables étrangers doivent-ils subvenir à nos besoins ? Le monde ne nous doit rien ! Chacun doit vivre de ce qu’il produit. Et quand vous leur dites : « Non, je voudrais que vous m’aidiez à atteindre l’auto-suffisance », ils se demandent ce qu’il vous est arrivé et vous répondent : « Non, reposez-vous. Restez un fardeau. » Cela n’a aucun sens […] Ils le font pour profiter de nous. »

________

Pierre Boisselet, envoyé spécial à Londres
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Après Pascal Simbikangwa, jugé en France et condamné à 25 ans de détention en mars 2014, c’est au tour de Tito Barahira et Octavien Ngenzi d'être accusés sur le sol fran&cced[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Louise Mushikiwabo, héraut du Rwanda de Paul Kagamé

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Philippe Meilhac, l'as du Rwanda

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

Soutenu par l'OCDE, la Francophonie et d'éminents universitaires européen, l'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans[...]

Rwanda : Kigeli V, un roi têtu

Le gouvernement rwandais a souhaité offrir au roi Kigeli V, 78 ans, en exil dans la banlieue de Washington depuis 1992, une chance de rentrer au pays.[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130519160551 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130519160551 from 172.16.0.100