Extension Factory Builder
17/05/2013 à 16:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande reçoit son homologue malien, Dioncounda Traoré, le 17 mai 2013 à Paris. François Hollande reçoit son homologue malien, Dioncounda Traoré, le 17 mai 2013 à Paris. © AFP

À l'issue d'un entretien avec François Hollande à Paris, le président malien de transition Dioncounda Traoré s'est dit "sûr" que le MNLA était "prêt" à un "dialogue sincère". Plus de quatre mois après le début de l'intervention militaire franco-africaine au Mali, le mouvement armé touareg occupe toujours la ville de Kidal, dans le nord du pays.

Au lendemain de la conférence des donateurs pour la reconstruction du Mali, réunie jeudi à Bruxelles, Dioncounda Traoré a été reçu vendredi matin par son homologue François Hollande au palais de l'Élysée, à Paris. À l'issue de cet entretien, le président malien de la transition s'est montré convaincu que le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui occupe toujours la ville de Kidal, était prêt à dialoguer

« Je suis sûr qu'au moment où je vous parle, le MNLA est prêt à s'engager dans un dialogue sincère et profond avec le reste du Mali », a déclaré le dirigeant malien. « La situation n'est pas bloquée du tout » avec le MNLA, a-t-il même insisté.

Jusqu'à présent, la rébellion touarègue refuse catégoriquement la présence de l'armée et de l'administration maliennes dans son dernier fief, hypothéquant ainsi la tenue de l'élection présidentielle à Kidal.

« Le MNLA est constitué de Maliens, de compatriotes à nous auxquels nous avons réservé un traitement différent de celui réservé aux jihadistes, et avec lesquels nous allons dialoguer, discuter », a assuré le président Traoré, appelant à ne « pas s'accrocher à des termes tels qu'autonomie. (...) Dans la décentralisation que nous envisageons, qui prévoit des transferts importants de compétences, de responsabilités et de moyens, je suis certain que le MNLA trouvera son compte et que l'ensemble du Mali en tirera bénéfice », a-t-il affirmé.

Élections

Lors de cet entretien de plus d'une heure, Dioncounda Traoré « a renouvelé que les élections devaient se tenir à leur date [avec le premier tour le 28 juillet, NDLR], ce qui est également notre position », a de son côté déclaré François Hollande.

Plus de quatre mois après le lancement de l'opération militaire Serval, « l'ensemble du territoire malien a été libéré », a rappelé le président français. « Aujourd'hui, nous sommes passés à une autre phase », a-t-il ajouté, faisant allusion à la prochaine mise en place d'une opération de maintien de la paix en juillet.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers