Extension Factory Builder
17/05/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. © DR

La 21e édition du Festival de Jazz de Saint-Louis, au nord du Sénégal, se tient du 15 au 19 mai. Créé en 1993 pour redynamiser l’ancienne capitale de l'AOF, l'événement est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau départ.

La programmation de la 21e édition du Saint-Louis Jazz Festival n’enchante pas les puristes. Avec pour tête d’affiche le pianiste et compositeur congolais Ray Lema, qui ne s’est aventuré que récemment dans le jazz, le festival met à l’honneur la musique traditionnelle africaine et orientale. « Ce n’est plus ce que c’était. C’est dommage que l’on n’ait pas un grand nom du jazz cette année », soupire Djibril, un Dakarois habitué à venir chaque année à Saint-Louis.

Même son de cloche du côté de Samba, journaliste saint-louisien. « Pour la cérémonie d’ouverture, ils ont fait appel au Sénégalais Baaba Maal qui ne fait pas de jazz et pour la clôture, au Tunisien Dhafer Youssef Oussef, un artiste peu connu », juge-t-il. Les grandes figures du jazz ayant participé au festival lors des éditions précédentes sont pourtant nombreuses, entre autres : Archie Shepp, Herbie Hancock, Roy Haynes, Randy Weston, Joe Zawinul, Abdullah Ibrahim, Rhoda Scott, Elvin Jones ou encore Pharoah Sanders.

Depuis 1993, date de sa toute première édition, l'événement aurait drainé « en moyenne environ 6 000 spectateurs chaque année », assure Alexandre Ismaël Tendeng, chargé de communication. Mais au fil du temps, de nombreuses difficultés se sont accumulées sur l'organisation : mauvaise gestion financière, retrait des bailleurs de fonds, tergiversations sur l'emplacement des concerts entre la Place Faidherbe et le Quai des Arts, ou encore programmation jugée très inégale. Le festival avait pourtant connu un départ tonitruant.

"Succès précoce"

En 1991, le Centre culturel français et le Syndicat d’initiative et de tourisme de la ville, soutenus par quelques hôteliers, décidaient de lancer l’événement afin d'améliorer la visibilité de Saint-Louis et permettre au tourisme de se développer. « Nous avons connu un succès précoce », se souvient l’un de ses initiateurs, Alboury Ndiaye, ancien président de la fédération nationale des offices de tourisme et syndicat d’initiative (FNOTSIS). « Le président Abdou Diouf avait également mis à disposition son avion pour le transport au Sénégal de matériel, des techniciens, des musiciens, des artistes ou encore des journalistes ». Grâce à ce soutien, le budget n’était alors que d’environ 50 millions de francs CFA, contre 230 millions prévus par exemple pour 2013.

En 2009, lors de la 17e édition, un cabinet d'audit extérieur est finalement sollicité pour évaluer la situation financière du festival et établir un rapport aux partenaires, après chaque édition. Mais cela n’empêche pas les nombreuses bisbilles entre les membres de l’Association Saint-Louis Jazz de perdurer. « Le festival est une belle initiative, mais il y a beaucoup trop de tiraillements au niveau de l'organisation », confirme Abdourahmane Keita, manager du groupe sénégalais Takeifa, qui s'est produit pendant les « offs » de 2008 à 2011. « Il faut aussi que les concerts soient ouverts à tout le monde », clame-t-il en pointant du doigt le prix élevé des billets pour les concerts (de 3 000 à 5 000 francs CFA, selon les places).

Promesses de changement

En 2012, pour la 20e édition du festival, les concerts « In » étaient entièrement gratuits et 215 millions de Francs CFA avaient été débloqués, notamment grâce à l’appui du ministre de la Culture, Youssou Ndour. Seule ombre au tableau : l’absence du saxophoniste Manu Dibango qui avait annulé sa venue à la dernière minute. Cette année, si la gratuité n'a pas été renouvelée pour des logiques « d'autonomisation financière », l’Association Saint-Louis Jazz a vu son équipe entièrement renouvelée. Son nouveau président, le notaire Ibrahima Diop, se veut optimiste.

« Le festival est sur une nouvelle rampe de lancement, estime-t-il. Les cancaneries sont derrières nous. Le nouveau bureau est installé depuis six mois, nos nouveaux statuts ont été mis en oeuvre. Et le bilan financier sera publié sur Internet, dans la plus grande transparence », assure-t-il. Rendez-vous en 2014 pour voir si les promesses ont été tenues.

________

Pour en savoir plus : le programme du 21e Festival de Jazz de Saint-Louis, ici.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130517145759 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130517145759 from 172.16.0.100