Extension Factory Builder
17/05/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. © DR

La 21e édition du Festival de Jazz de Saint-Louis, au nord du Sénégal, se tient du 15 au 19 mai. Créé en 1993 pour redynamiser l’ancienne capitale de l'AOF, l'événement est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau départ.

La programmation de la 21e édition du Saint-Louis Jazz Festival n’enchante pas les puristes. Avec pour tête d’affiche le pianiste et compositeur congolais Ray Lema, qui ne s’est aventuré que récemment dans le jazz, le festival met à l’honneur la musique traditionnelle africaine et orientale. « Ce n’est plus ce que c’était. C’est dommage que l’on n’ait pas un grand nom du jazz cette année », soupire Djibril, un Dakarois habitué à venir chaque année à Saint-Louis.

Même son de cloche du côté de Samba, journaliste saint-louisien. « Pour la cérémonie d’ouverture, ils ont fait appel au Sénégalais Baaba Maal qui ne fait pas de jazz et pour la clôture, au Tunisien Dhafer Youssef Oussef, un artiste peu connu », juge-t-il. Les grandes figures du jazz ayant participé au festival lors des éditions précédentes sont pourtant nombreuses, entre autres : Archie Shepp, Herbie Hancock, Roy Haynes, Randy Weston, Joe Zawinul, Abdullah Ibrahim, Rhoda Scott, Elvin Jones ou encore Pharoah Sanders.

Depuis 1993, date de sa toute première édition, l'événement aurait drainé « en moyenne environ 6 000 spectateurs chaque année », assure Alexandre Ismaël Tendeng, chargé de communication. Mais au fil du temps, de nombreuses difficultés se sont accumulées sur l'organisation : mauvaise gestion financière, retrait des bailleurs de fonds, tergiversations sur l'emplacement des concerts entre la Place Faidherbe et le Quai des Arts, ou encore programmation jugée très inégale. Le festival avait pourtant connu un départ tonitruant.

"Succès précoce"

En 1991, le Centre culturel français et le Syndicat d’initiative et de tourisme de la ville, soutenus par quelques hôteliers, décidaient de lancer l’événement afin d'améliorer la visibilité de Saint-Louis et permettre au tourisme de se développer. « Nous avons connu un succès précoce », se souvient l’un de ses initiateurs, Alboury Ndiaye, ancien président de la fédération nationale des offices de tourisme et syndicat d’initiative (FNOTSIS). « Le président Abdou Diouf avait également mis à disposition son avion pour le transport au Sénégal de matériel, des techniciens, des musiciens, des artistes ou encore des journalistes ». Grâce à ce soutien, le budget n’était alors que d’environ 50 millions de francs CFA, contre 230 millions prévus par exemple pour 2013.

En 2009, lors de la 17e édition, un cabinet d'audit extérieur est finalement sollicité pour évaluer la situation financière du festival et établir un rapport aux partenaires, après chaque édition. Mais cela n’empêche pas les nombreuses bisbilles entre les membres de l’Association Saint-Louis Jazz de perdurer. « Le festival est une belle initiative, mais il y a beaucoup trop de tiraillements au niveau de l'organisation », confirme Abdourahmane Keita, manager du groupe sénégalais Takeifa, qui s'est produit pendant les « offs » de 2008 à 2011. « Il faut aussi que les concerts soient ouverts à tout le monde », clame-t-il en pointant du doigt le prix élevé des billets pour les concerts (de 3 000 à 5 000 francs CFA, selon les places).

Promesses de changement

En 2012, pour la 20e édition du festival, les concerts « In » étaient entièrement gratuits et 215 millions de Francs CFA avaient été débloqués, notamment grâce à l’appui du ministre de la Culture, Youssou Ndour. Seule ombre au tableau : l’absence du saxophoniste Manu Dibango qui avait annulé sa venue à la dernière minute. Cette année, si la gratuité n'a pas été renouvelée pour des logiques « d'autonomisation financière », l’Association Saint-Louis Jazz a vu son équipe entièrement renouvelée. Son nouveau président, le notaire Ibrahima Diop, se veut optimiste.

« Le festival est sur une nouvelle rampe de lancement, estime-t-il. Les cancaneries sont derrières nous. Le nouveau bureau est installé depuis six mois, nos nouveaux statuts ont été mis en oeuvre. Et le bilan financier sera publié sur Internet, dans la plus grande transparence », assure-t-il. Rendez-vous en 2014 pour voir si les promesses ont été tenues.

________

Pour en savoir plus : le programme du 21e Festival de Jazz de Saint-Louis, ici.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Sénégal : Macky et le syndrome Hollande

Le président sénégalais vient de subir son premier revers politique. Ce ne sont que des élections locales, certes, et la défaite est surtout symbolique, mais c'est un avertissement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers