Extension Factory Builder
17/05/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. La mauvaise gestion du festival de jazz de Saint-Louis a entraîné son lent déclin. © DR

La 21e édition du Festival de Jazz de Saint-Louis, au nord du Sénégal, se tient du 15 au 19 mai. Créé en 1993 pour redynamiser l’ancienne capitale de l'AOF, l'événement est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau départ.

La programmation de la 21e édition du Saint-Louis Jazz Festival n’enchante pas les puristes. Avec pour tête d’affiche le pianiste et compositeur congolais Ray Lema, qui ne s’est aventuré que récemment dans le jazz, le festival met à l’honneur la musique traditionnelle africaine et orientale. « Ce n’est plus ce que c’était. C’est dommage que l’on n’ait pas un grand nom du jazz cette année », soupire Djibril, un Dakarois habitué à venir chaque année à Saint-Louis.

Même son de cloche du côté de Samba, journaliste saint-louisien. « Pour la cérémonie d’ouverture, ils ont fait appel au Sénégalais Baaba Maal qui ne fait pas de jazz et pour la clôture, au Tunisien Dhafer Youssef Oussef, un artiste peu connu », juge-t-il. Les grandes figures du jazz ayant participé au festival lors des éditions précédentes sont pourtant nombreuses, entre autres : Archie Shepp, Herbie Hancock, Roy Haynes, Randy Weston, Joe Zawinul, Abdullah Ibrahim, Rhoda Scott, Elvin Jones ou encore Pharoah Sanders.

Depuis 1993, date de sa toute première édition, l'événement aurait drainé « en moyenne environ 6 000 spectateurs chaque année », assure Alexandre Ismaël Tendeng, chargé de communication. Mais au fil du temps, de nombreuses difficultés se sont accumulées sur l'organisation : mauvaise gestion financière, retrait des bailleurs de fonds, tergiversations sur l'emplacement des concerts entre la Place Faidherbe et le Quai des Arts, ou encore programmation jugée très inégale. Le festival avait pourtant connu un départ tonitruant.

"Succès précoce"

En 1991, le Centre culturel français et le Syndicat d’initiative et de tourisme de la ville, soutenus par quelques hôteliers, décidaient de lancer l’événement afin d'améliorer la visibilité de Saint-Louis et permettre au tourisme de se développer. « Nous avons connu un succès précoce », se souvient l’un de ses initiateurs, Alboury Ndiaye, ancien président de la fédération nationale des offices de tourisme et syndicat d’initiative (FNOTSIS). « Le président Abdou Diouf avait également mis à disposition son avion pour le transport au Sénégal de matériel, des techniciens, des musiciens, des artistes ou encore des journalistes ». Grâce à ce soutien, le budget n’était alors que d’environ 50 millions de francs CFA, contre 230 millions prévus par exemple pour 2013.

En 2009, lors de la 17e édition, un cabinet d'audit extérieur est finalement sollicité pour évaluer la situation financière du festival et établir un rapport aux partenaires, après chaque édition. Mais cela n’empêche pas les nombreuses bisbilles entre les membres de l’Association Saint-Louis Jazz de perdurer. « Le festival est une belle initiative, mais il y a beaucoup trop de tiraillements au niveau de l'organisation », confirme Abdourahmane Keita, manager du groupe sénégalais Takeifa, qui s'est produit pendant les « offs » de 2008 à 2011. « Il faut aussi que les concerts soient ouverts à tout le monde », clame-t-il en pointant du doigt le prix élevé des billets pour les concerts (de 3 000 à 5 000 francs CFA, selon les places).

Promesses de changement

En 2012, pour la 20e édition du festival, les concerts « In » étaient entièrement gratuits et 215 millions de Francs CFA avaient été débloqués, notamment grâce à l’appui du ministre de la Culture, Youssou Ndour. Seule ombre au tableau : l’absence du saxophoniste Manu Dibango qui avait annulé sa venue à la dernière minute. Cette année, si la gratuité n'a pas été renouvelée pour des logiques « d'autonomisation financière », l’Association Saint-Louis Jazz a vu son équipe entièrement renouvelée. Son nouveau président, le notaire Ibrahima Diop, se veut optimiste.

« Le festival est sur une nouvelle rampe de lancement, estime-t-il. Les cancaneries sont derrières nous. Le nouveau bureau est installé depuis six mois, nos nouveaux statuts ont été mis en oeuvre. Et le bilan financier sera publié sur Internet, dans la plus grande transparence », assure-t-il. Rendez-vous en 2014 pour voir si les promesses ont été tenues.

________

Pour en savoir plus : le programme du 21e Festival de Jazz de Saint-Louis, ici.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex