Extension Factory Builder
17/05/2013 à 12:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le masque figurait dans le jardin de la villa de plaisance de Sakhr el-Materi, à Hammamet. Le masque figurait dans le jardin de la villa de plaisance de Sakhr el-Materi, à Hammamet. © AFP

Les tensions entre la Tunisie et l’Algérie ne sont pas seulement dues à la présence de djihadistes à leurs frontières. Le "masque de Gorgone", que la Tunisie doit restituer à l'Algérie depuis plus de deux ans, provoque lui aussi un certain malaise.

La ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi, ne décolère pas. Elle réclame à la Tunisie la restitution du masque de Gorgone, imposante pièce de marbre blanc de 320 kg, volée en 1996 sur le site l'antique Hippone Regius, l’actuelle Annaba (est de l’Algérie). Mise au jour en 1930 par l'archéologue français Pierre Choupaut dans le voisinage du forum, elle ornait la plus importante fontaine de la cité.

Subtilisée dans des conditions assez obscures au moment où toute la région d’Annaba était la cible de pillages réguliers de ses sites archéologiques, en pleine guerre civile, le vol du masque de Gorgone eu un tel retentissement qu’il a conduit les autorités algériennes à créer une brigade de lutte contre le trafic des biens culturels. Les spécialistes avaient alors émis l’hypothèse que les pièces volées avaient été acheminées vers la Tunisie.

Le masque a été mis au jour en 1930 par l'archéologue français Pierre Choupaut, à Annaba.

© DR

Réseau basé à Hammamet

La confirmation avait été apportée par Interpol, en 1999, qui localisait en Tunisie un buste et une tête de femme romaine provenant du théâtre de Guelma. À la même époque, un réseau international de trafic d’objets archéologiques, basé à Hammamet, avait été démantelé. Mais il faudra attendre la révolution tunisienne en 2011 pour que réapparaisse, toujours à Hammamet, le fameux masque de Gorgone, estimé à près d’un million d’euros. Il décorait, ainsi que d’autres pièces antiques, le jardin de la villa de plaisance de Sakhr el-Materi, gendre de l’ancien président Ben Ali, qui avait fuit le pays la veille du 14 janvier 2011.

Exposé à Tunis

Les experts algériens avaient aussitôt authentifié le masque de Gorgone et le ministre tunisien de la Culture, Mehdi Mabrouk, s’était engagé à le restituer. Mais en deux ans rien n’a été fait. Dans un premier temps, le masque a été considéré par les Tunisiens comme pièce à conviction dans une plainte contre Sakhr el-Materi pour détournement de biens archéologiques et de patrimoine. Depuis l’affaire a été jugée sans que le masque ne retourne en Algérie.

Avec d’autres pièces, il a même été le clou d’une exposition, organisée récemment à Tunis à l’occasion du mois du patrimoine et consacrée aux objets détournés par les proches de l’ancien chef de l’État. Soulignant l'importance du « respect des accords bilatéraux et des conventions de l'Unesco » sur la récupération des biens culturels, illégalement acheminés à l'étranger, Khalida Toumi a qualifié cette exposition d’« acte de violation » desdits accords et regretté que la pièce archéologique, propriété de l'Algérie et dûment répertoriée, soit exposée à l'étranger. De son côté, Mehdi Mabrouk a réitéré, le 16 mai, son engagement à restituer le masque aux autorités algériennes, dès l’application de « certaines mesures légales ».

________

Par Frida Dahmani, à Tunis
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers