Extension Factory Builder
17/05/2013 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, le 16 mai 2013 à Bruxelles. Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, le 16 mai 2013 à Bruxelles. © Georges Gobet/AFP

Dans une interview à Euronews, jeudi 16 mai, le président malien de transition, Dioncounda Traoré, s'est montré hostile à toute indépendance du nord du pays au profit des rebelles touaregs. Mais il affirme que "si la décentralisation est mise en œuvre correctement, tout le monde y trouvera son compte".

Le dialogue avec les rebelles touaregs oui, mais pas sur n’importe quelle base. Et en tout cas pas au sujet d’une éventuelle autonomie du nord du Mali, c’est ce qu’a affirmé, en substance, le président malien de transition, Dioncounda Traoré. Interviewé jeudi 16 mai par la chaîne de télévision Euronews, celui-ci a en revanche affirmé vouloir mettre en œuvre plus de décentralisation dans son pays.

« Nous sommes obligés de parler au MNLA [Mouvement national de libération de l’Azawad, NDLR], de dialoguer avec eux, parce que ce sont des compatriotes, des Maliens et dès lors que nous parlons d'intégrité territoriale et d'unité nationale, par définition, nous sommes obligés de parler avec tous les Maliens, de dialoguer avec tous les Maliens », a-t-il déclaré.

« Ceux qui sont à Kidal, qui s'intitulent aujourd'hui MNLA - nous sommes conscients que sous le signe MNLA aujourd'hui, il y a bien plus que le MNLA originel, il y a des transfuges d'Ansar Eddine - mais pour peu qu'ils renoncent à leurs velléités indépendantistes, qu'ils s'engagent à respecter la laïcité de l'État, qu'ils s'engagent également dans le processus électoral, nous sommes prêts à parler avec eux sur toutes les autres questions qui peuvent les intéresser », a poursuivi le chef de l’État.

Les limites de la transition

Interrogé sur l'éventuelle autonomie d’une partie du nord du Mali, Dioncounda Traoré s'est montré hostile à cette idée : « Nous n'allons pas jusque-là, nous pensons que dans notre processus de décentralisation existent tous les éléments pour régler la question du nord. Si la décentralisation est mise en œuvre correctement, tout le monde y trouvera son compte », a-t-il promis.

Alors que la zone de Kidal est occupée par le MNLA, qui refuse toujours de désarmer malgré les appels de la Conférence de la coopération islamique (OCI), entre autres, et que des groupes jihadistes commettent ponctuellement des attentats, le premier tour de l'élection présidentielle au Mali, réclamé par la communauté internationale, est prévu à partir du 28 juillet. « Le Mali est confronté à une somme de problèmes extrêmement profonds et qu'une transition ne peut pas régler. Plus tôt la transition prendra fin, plus tôt les vrais problèmes seront pris en charge. Ce n'est qu'un gouvernement issu d'élections, disposant de plus de légitimité et de temps, qui peut s'occuper du développement du pays », a expliqué le président malien, qui ne sera pas candidat à l'élection.

Enfin, alors qu'une conférence de pays donateurs a mobilisé mercredi à Bruxelles environ 3,25 milliards d'euros pour aider le Mali à relancer son économie et ses institutions, Dioncounda Traoré a de nouveau promis de « veiller à ce que chaque euro aille là où il doit aller ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers