Extension Factory Builder
17/05/2013 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, le 16 mai 2013 à Bruxelles. Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, le 16 mai 2013 à Bruxelles. © Georges Gobet/AFP

Dans une interview à Euronews, jeudi 16 mai, le président malien de transition, Dioncounda Traoré, s'est montré hostile à toute indépendance du nord du pays au profit des rebelles touaregs. Mais il affirme que "si la décentralisation est mise en œuvre correctement, tout le monde y trouvera son compte".

Le dialogue avec les rebelles touaregs oui, mais pas sur n’importe quelle base. Et en tout cas pas au sujet d’une éventuelle autonomie du nord du Mali, c’est ce qu’a affirmé, en substance, le président malien de transition, Dioncounda Traoré. Interviewé jeudi 16 mai par la chaîne de télévision Euronews, celui-ci a en revanche affirmé vouloir mettre en œuvre plus de décentralisation dans son pays.

« Nous sommes obligés de parler au MNLA [Mouvement national de libération de l’Azawad, NDLR], de dialoguer avec eux, parce que ce sont des compatriotes, des Maliens et dès lors que nous parlons d'intégrité territoriale et d'unité nationale, par définition, nous sommes obligés de parler avec tous les Maliens, de dialoguer avec tous les Maliens », a-t-il déclaré.

« Ceux qui sont à Kidal, qui s'intitulent aujourd'hui MNLA - nous sommes conscients que sous le signe MNLA aujourd'hui, il y a bien plus que le MNLA originel, il y a des transfuges d'Ansar Eddine - mais pour peu qu'ils renoncent à leurs velléités indépendantistes, qu'ils s'engagent à respecter la laïcité de l'État, qu'ils s'engagent également dans le processus électoral, nous sommes prêts à parler avec eux sur toutes les autres questions qui peuvent les intéresser », a poursuivi le chef de l’État.

Les limites de la transition

Interrogé sur l'éventuelle autonomie d’une partie du nord du Mali, Dioncounda Traoré s'est montré hostile à cette idée : « Nous n'allons pas jusque-là, nous pensons que dans notre processus de décentralisation existent tous les éléments pour régler la question du nord. Si la décentralisation est mise en œuvre correctement, tout le monde y trouvera son compte », a-t-il promis.

Alors que la zone de Kidal est occupée par le MNLA, qui refuse toujours de désarmer malgré les appels de la Conférence de la coopération islamique (OCI), entre autres, et que des groupes jihadistes commettent ponctuellement des attentats, le premier tour de l'élection présidentielle au Mali, réclamé par la communauté internationale, est prévu à partir du 28 juillet. « Le Mali est confronté à une somme de problèmes extrêmement profonds et qu'une transition ne peut pas régler. Plus tôt la transition prendra fin, plus tôt les vrais problèmes seront pris en charge. Ce n'est qu'un gouvernement issu d'élections, disposant de plus de légitimité et de temps, qui peut s'occuper du développement du pays », a expliqué le président malien, qui ne sera pas candidat à l'élection.

Enfin, alors qu'une conférence de pays donateurs a mobilisé mercredi à Bruxelles environ 3,25 milliards d'euros pour aider le Mali à relancer son économie et ses institutions, Dioncounda Traoré a de nouveau promis de « veiller à ce que chaque euro aille là où il doit aller ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers