Extension Factory Builder
17/05/2013 à 08:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors du deuxième congrès d'Ansar al-Charia, en mai 2012 à Kairouan. Lors du deuxième congrès d'Ansar al-Charia, en mai 2012 à Kairouan. © Reuters

La tension est à son comble entre les salafistes d'Ansar al-Charia et les autorités tunisiennes. Par la voix de son porte-parole, le mouvement islamiste radical a annoncé, jeudi 16 mai, qu'il maintenait son congrès annuel, prévu dimanche à Kairouan (centre), malgré l'interdiction annoncée la veille par le gouvernement.

Mis à jour à 11h46.

« Nous ne demandons pas l'autorisation du gouvernement pour prêcher la parole de Dieu et le mettons en garde contre toute intervention de la police pour empêcher la tenue du congrès ». Jeudi, lors d'une conférence de presse, le porte-parole d'Ansar al-Charia, Seifeddine Raïs, a vivement répondu aux autorités tunisiennes qui ont interdit le rassemblement annuel de son organisation prévu dimanche à Kairouan.

La veille, Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahdha au pouvoir, avait annoncé que le gouvernement interdisait ce rassemblement sous prétexte que les organisateurs n'avaient pas obtenu d'autorisation comme l'exige depuis peu la loi. De son côté, le ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou avait aussi menacé de poursuivre « toute personne appelant au meurtre, incitant à la haine (...) ou plantant des tentes de prêche », en allusion au dispositif utilisé par les salafistes pour prêcher et diffuser leurs idées. Le week-end dernier, les forces de sécurité ont ainsi empêché des salafistes de dresser des tentes à Tataouine, Médenine et dans des quartiers de Tunis.

"Condamnation du terrorisme"

« J'attends des cheikhs salafistes en Tunisie une condamnation claire du terrorisme », a déclaré quant à lui le président tuniesen Moncef Marzouki, ajoutant que l'État était « déterminé à agir contre les dérives et à recourir à tous les moyens militaires et sécuritaires dont il dispose. (…) La Tunisie fait face désormais à une menace terroriste en provenance des zones d'instabilité proches et lointaines », a-t-il ajouté, faisant référence à l'Algérie et au Mali, notamment.

Ce durcissement du ton face aux salafistes n'a visiblement pas contrarié les plans des responsables d'Ansar al-Charia. D'après eux, près de 40 000 personnes sont attendues dimanche à Kairouan pour le troisième congrès annuel du mouvement. Selon Seifeddine Raïs, des jeunes sans appartenance salafiste ont notamment proposé de se joindre au rassemblement pour « dénoncer l'oppression » des autorités.

Menaces ouvertes

Les leaders d'Ansar al-Charia défient dorénavant ouvertement les autorités tunisiennes. Dans un communiqué publié en début de semaine sur internet, le chef de l'organisation, Abou Iyadh, recherché depuis septembre 2012 par la police, a menacé de faire la guerre au gouvernement et accusé Ennahdha de mener une politique contraire à l'islam. Jeudi, Seiffedine Raïs s'est même montré particulièrement menaçant. « Ali Larayedh (le Premier ministre, NDLR) répondra de sa politique devant le seigneur et le gouvernement sera responsable de toute goutte de sang qui sera versée », a-t-il averti sur un ton martial.

Les menaces d'Ansar al-Charia sont prises très au sérieux par les autorités. Selon une source ministérielle, une réunion avait lieu jeudi soir au ministère de l'Intérieur pour déterminer la réponse à apporter aux islamistes radicaux. Vendredi matin, la posture gouvernementale à l'égard du congrès d'Ansar al-Charia n'était visiblement toujours pas arrêtée. « Cette décision définitive sera prise aujourd'hui ou demain », a déclaré le ministre Lotfi Ben Jeddou au micro de radio Kalima, tout en prenant soin de souligner que l'État « n'acceptera pas les menaces de mort ».

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex