Extension Factory Builder
14/05/2013 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le kaolin est rarement consommé en public car ce n'est pas bien vu. Le kaolin est rarement consommé en public car ce n'est pas bien vu. © Romain Laurendeau

Argile blanche et friable, le kaolin, appelé "kew" en wolof, est très prisé des femmes sénégalaises qui le consomment à l’envi. Mais cette roche calcaire faisant aussi office de produit de beauté pour la peau, importée du Mali, présente quand elle est ingurgitée de nombreux dangers pour la santé.

« Au Sénégal, les femmes mangent plus de kew que de riz ». Sira, vendeuse au marché Tilène, dans le vieux quartier de la Médina à Dakar, en connaît un rayon sur le kaolin. « Je m'approvisionne au Marché malien situé à proximité de la gare routière. J’en vends des kilos par jour. À tel point que je me retrouve parfois en rupture de stock », indique-t-elle. Sur son étal en bois, des tas de trois à six cailloux blanchâtres - valant à peine 50 francs CFA - côtoient des petits sachets de kaolin en poudre et des sacs de roches de plusieurs kilos. « Les deux kilos et demi, je les vends à 250 francs CFA », explique-t-elle avant d'énumérer les vertus de son produit : apport en fer, en calcium, gestion du stress, traitement des maux d'estomac... La substance ferait même office d’antiémétique chez les femmes enceintes. Toutefois, Sira n’a jamais « croqué » la pierre miracle. « Quand tu commences à manger ça, tu ne peux pas t’arrêter », prévient-elle. Ce n’est pas Coumba qui dira le contraire. À 17 ans, cette adolescente mince et élancée consomme du kaolin quotidiennement depuis l'âge de 13 ans. « Ma grande sœur et ma mère en mangent aussi. Je trouve ça bon même si j'ai mal au ventre parfois », confie-t-elle.

Le Kaolin ou "kew" en Wolof est une pierre argileuse officiellement utilisée pour les masques de beauté,
mais la plupart du temps mangée par les femmes qui en deviennent "accro".

© Romain Laurendeau

Pour la psychiatre Aïda Sylla, basée à l'hôpital de Thiaroye, si ces femmes sénégalaises - souvent issues de milieux ruraux et défavorisés - consomment du kaolin, c’est d’abord pour « combler leur ennui ». Beaucoup d'entre elles s'y mettent en période de grossesse. « La pierre, qui n'a pas de saveur, apporte à une femme enceinte, dont le goût est perverti, une sensation recherchée de sable dans la bouche », continue Aïda Sylla. « Chez les autres, il peut y avoir une sorte de mimétisme avec l'enfance, car au Sénégal, beaucoup d'enfants mangent du sable ». Et à l’instar de tout comportement alimentaire compulsif, « le kaolin agit à la manière d'une drogue, d'un point de vue psychologique».

C'est l'un des effets du syndrome de Pica, un trouble comportemental qui induit la consommation de substances non nutritives comme la terre, le papier ou l'argile. Ce syndrome, dont la genèse allie carences alimentaires et affectives, touche particulièrement les régions d'Afrique de l'Ouest depuis des siècles. Ainsi le kaolin est considéré comme trompe-la-faim pour les uns, médicament ou plaisir pour les autres.

Pratique dangereuse et taboue

Si, à dose unique, le kaolin peut servir à calmer les douleurs d'estomac, sa consommation régulière induit de sérieux problèmes de santé. La pierre empêche l'absorption de fer dans le sang et provoque une anémie qui, dans le cas des femmes enceintes, entraîne des complications comme des fausses couches ou des retards de croissance chez le bébé, selon le gastro-entérologue Birame Fall. Le kaolin modifie aussi le transit intestinal et est la cause de constipation sévère, quand il « forme une boule dans le rectum qui peut provoquer des dommages irréversibles », explique-t-il. « Les femmes qui consomment du kaolin ne le disent pas. C'est une pratique taboue. Elles n'en mangent pas en public et ne le diront jamais à leur médecin », affirme-t-il.

Un tabou qui rend difficile l’obtention de chiffres sur le nombre de femmes concernées par ce type de géophagie, banalisée au Sénégal. « C'est un phénomène culturel et très informel dont l'ampleur est difficile à chiffrer. Sans compter que certains hommes mangent également du kaolin », avance-t-on à l'Agence nationale de la statistique et de la démographie du pays.

Au cours des dernières décennies, le marché du kaolin au Sénégal s'est développé grâce à l'entremise des grossistes du Mali acheminant leur marchandise via le train ralliant Bamako à Dakar. Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé du Sénégal a eu vent du problème sanitaire que pose le kaolin, notamment en ce qui concerne les femmes enceintes. Mais il n'a, pour l'instant, mis en place aucun programme de prévention.

















 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais[...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex