Extension Factory Builder
14/05/2013 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mgr Marini Bodho a dirigé le Sénat de la RDC pendant la transition (2003-2006). Mgr Marini Bodho a dirigé le Sénat de la RDC pendant la transition (2003-2006). © DR

Qui prendra la tête de la nouvelle Ceni en RDC ? Les tractations se poursuivent dans les états-majors des différents courants et partis de la majorité, de l'opposition ou de la société civile. Des rumeurs à Kinshasa citent déjà comme favori l’abbé Malu Malu, l’homme des élections de 2006. Si personne ne confirme, Mgr Pierre Marini, responsable de l’Église du Christ au Congo et ancien président du Sénat congolais, lui, n’exclue pas cette éventualité. Le prélat protestant insiste néanmoins sur le respect des règles démocratiques. Interview.

Une (folle) rumeur a circulé, le 12 mai, à Kinshasa : l’abbé Malu Malu, reviendrait aux manettes de la Ceni en RDC. Officiellement, bien-sûr, il n’en est rien. La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a d’ailleurs improvisé un point de presse dès le lendemain pour « fixer l’opinion nationale et internationale [sur le fait] qu’elle n’a pas présenté de candidat » au poste du président de l’organe électoral.

« Il s’agit en réalité d’un rappel d’une disposition commune des évêques sur la présence des ecclésiastiques (prêtres, religieux, frères, sœurs…) dans l’organe chargé d’organiser les élections », précise l’abbé Félicien Mwanama, secrétaire général adjoint de la CENCO. « Sauf dérogation exceptionnelle d’un supérieur, il leur est interdit de prendre part à la Ceni, un statut de membre électoral étant incompatible avec leur vocation d’être au dessus des clivages politiques », ajoute-t-il.

De son côté, Mgr Pierre Marini Bodho, le numéro un de l’Église du Christ au Congo (ECC) et ancien président du Sénat (2003 – 2006), explique à Jeune Afrique que les tractations se poursuivent dans les confessions religieuses pour désigner le candidat idéal, le « moins mauvais », capable de diriger la Ceni.

Jeune Afrique : En coulisses, on parle de plus en plus d’un possible retour de l’abbé Malu Malu, qui a déjà présidé à l’organisation des élections de 2006. Serait-il la personne à même de conduire la RDC vers des élections transparentes et apaisées ?

Mgr Pierre Marini : Je n’ai pas d’objection à une éventuelle candidature de l’abbé Malu Malu à la présidence du bureau de la Ceni. S’il estime qu’il peut apporter un plus, aider son pays, pourquoi pas… L’essentiel pour moi, c’est que la désignation du délégué des confessions religieuses [qui deviendra président de la Ceni, selon la loi électorale, NDLR] se déroule par la voie démocratique. Un vote pour départager les candidats, suivant les critères bien établis, nous éviterait des conflits inutiles.

Quel est donc aujourd’hui le profil d’un bon président de la Ceni qui proviendrait de la société civile ?

Il doit être un homme d’écoute. Un homme capable de concilier les divergences de vue, qui respecte les règles du jeu. Il doit considérer sa fonction comme un service à rendre à la nation, et non comme un gagne-pain. C’est là que se situe le problème de nos démocraties africaines. Démocratie ne rime pas avec pauvreté : beaucoup se laissent vite corrompre.

Pour sa part, la CENCO vient d’indiquer qu’elle ne présentait pas de candidat à la présidence de la Ceni, "sauf dérogation exceptionnelle". Est-ce que la même disposition est prise au niveau de l’Église du Christ au Congo (ECC) ?

Je n’ai pas tous les éléments de cette décision de la CENCO, mais je considère qu’il s’agit d’une volonté d’instaurer la distance entre l’Église et les aspirations individuelles. Une façon donc d’éviter que les candidats se présentent au nom de l’Église. C’est une bonne chose dans la mesure où nous sommes là sur un terrain glissant. À l’ECC, nous privilégions les principes généraux qui nous régissent. Si l'un de nous veut prendre part à la Ceni, il devra faire une demande de mise en disponibilité. C’est une mesure qui rejoint celle de la CNCO. Nous voulons tous qu’il n’y ait pas de confusion entre l’Église et l’individu qui aspire à diriger l’organe électoral.

Je suggère que les confessions religieuses désignent un homme capable de dire "non".

Avez-vous pris des garanties pour que la personne choisie par les membres des confessions religieuses ne soit pas un homme ou une femme imposé par la majorité ou l’opposition ?

C’est une question de conscience individuelle. Nul n’est parfait, mais il existe parmi nous des « moins mauvais ». C’est pourquoi je suggère que les confessions religieuses désignent un homme capable de dire « non ».

Un nom ?

Je ne peux pas donner de nom, mais ces personnes existent bien en RDC.

Et si vos pairs vous demandaient de prendre la direction de la Ceni ?

On verra. Moi, j’ai déjà servi mon pays et, en plus, à un moment de belligérance – à l’époque du schéma 1 + 4 [un président de la république et quatre vice-présidents lors de la période de la transition 2003-2006, NDRL]. Aujourd’hui, je préfère que nous laissions la place aux autres. Nous devons chercher les oiseaux rares qui conduiront le pays vers des élections apaisées.

_______________________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Nigeria, planète rap

Article précédent :
Au pays... sans y être

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets[...]

RDC : opération "villes mortes" dans les grandes agglomérations du Nord-Kivu

Une opération "villes mortes" a été organisée mardi dans la plupart des grandes agglomérations du Nord-Kivu (est de la RDC) pour protester contre l'insécurité[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers