Extension Factory Builder
02/05/2013 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Habib Kazdaghli devant le tribunal de Tunis, le 28 mars 2012. Habib Kazdaghli devant le tribunal de Tunis, le 28 mars 2012. © Fethi Belaid/AFP

Habib Kazdaghli, le doyen de la faculté de la Manouba, a été acquitté par la justice tunisenne. Il était accusé d'avoir agressé une étudiante voilée. Laquelle, en revanche, a été condamnée avec une autre militante salafiste à deux mois de prison avec sursis pour "atteinte aux biens d'autrui" et "préjudice à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions".

Mis à jour à 17h19.

« La justice tunisienne m'a acquitté et les deux étudiantes ont été condamnées à deux mois avec sursis », a indiqué, jeudi 2 mai, Habib Kazdaghli, le doyen de la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM). Il était accusé d’avoir giflé, le 6 mars 2012, une étudiante et militante salafiste, qui avait comparu devant le conseil de discipline quelques jours auparavant.

« Je suis soulagé que cette histoire prenne fin, c'est un soulagement pour la Tunisie car les tentatives de porter atteinte à la modernité de l'université ont échoué », a-t-il poursuivi.

Le ministère public avait requalifié l’accusation en « acte de violence commis par un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions ». Kazdaghli encourait donc cinq ans de détention, au lieu de quinze jours pour une simple agression sans gravité. Le procès, qui a traîné en longueur, étant repoussé à de multiples reprises, avait rapidement pris une tournure politique en confrontant une nouvelle fois les modernistes et les laïcs, d’un côté, à la majorité gouvernementale, de l’autre.

"Opération orchestrée"

En octobre 2012, Habib Kazdaghli avait confié sa version des faits à Jeune Afrique, affirmant qu’il s’agissait «  d’une opération orchestrée : ce jour là, elle [la plaignante, NDLR] m’avait agressé avec une de ses camarades et avait dévasté mon bureau, si bien que j’avais demandé l’intervention de la police. Pendant que je déposais plainte au commissariat, l’étudiante faisait venir une ambulance et m’accusait d’agression. » Celle-ci avait d’ailleurs été exclue de la faculté pour avoir porté le niqab en salle de cours. Une pratique à laquelle le doyen s’opposait fermement, ne cédant pas à la pression des salafistes.

En Tunisie, les jugements ne sont pas annoncés lors d'audiences mais rendus publics au greffe du tribunal. L'AFP a pu obtenir une copie du document, confirmant que le tribunal avait condamné les étudiantes pour « atteinte aux biens d'autrui » et « préjudice à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien [...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Tunisie : le bilan de Mehdi Jomâa en six mois de lutte anti-jihadiste #2

Laurent Touchard* revient sur les événements qui ont jalonné les six derniers mois de lutte anti-terroriste en Tunisie depuis l'arrivée de Mehdi Jomâa à la tête du gouvernement[...]

Tunisie : la métamorphose du Festival international de Carthage

Après des années de déclin, le plus ancien des festivals encore opérationnels du monde arabe entend renouer avec la qualité et l'expertise de ses débuts. Et fêtera en grande[...]

Lionel Messi au secours des élections tunisiennes

Désabusés, les Tunisiens ne se bousculent pas pour s’inscrire sur les listes électorales. Qui permettra à l’Instance supérieure indépendante des élections de[...]

Tunisie : comment le terrorisme mine l'espoir démocratique

Une attaque jihadiste dans le mont Chaambi a tué 14 soldats, jeudi 17 juillet, un an après un acte terroriste identique ayant fait 8 victimes. Frida Dahmani, correpondante de "Jeune Afrique" à Tunis,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers