Extension Factory Builder
03/05/2013 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idriss Déby Itno est au pouvoir depuis 1990. Idriss Déby Itno est au pouvoir depuis 1990. © AFP

Selon des sources concordantes, au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs autres arrêtées, dont deux députés et deux généraux, quand les forces de l'ordre tchadiennes sont intervenues pour déjouer le présumé "complot" contre le régime d'Idriss Déby. Alors qu'une enquête est en cours, les zones d'ombres sont nombreuses sur ce que N'Djamena refuse d'appeler une tentative de coup d'État.

Mis à jour le 03/05/2013 à 09H50

« Une fusillade qui a fait plusieurs morts et une quinzaine de blessés a éclaté entre les conspirateurs et les forces de l'ordre venues les arrêter mercredi près d'une église du quartier d'Atrone, dans la banlieue est de N'Djamena », a expliqué une source policière à l’AFP ce jeudi. Aucun bilan officiel n'était cependant encore disponible, certaines sources faisant état d'au moins trois morts.

La veille au soir, un communiqué du gouvernement tchadien affirmait qu'une tentative de déstabilisation avait eu lieu durant la journée. « Ce jour 1er mai, un groupuscule d'individus mal intentionnés a cherché à mener une action de déstabilisation contre les institutions de la république », indiquait le texte, affirmant que les membres du « groupuscule (...) conspiraient depuis plus de quatre mois pour remettre en cause la paix chèrement acquise ».

« Les forces de défense (...) ont fini par les neutraliser et les mettre totalement hors d'état de nuire », poursuivait le communiqué, soulignant que « les principaux auteurs arrêtés ont été confiés au Procureur de la république pour les besoins de l'enquête ».

Une autre fusillade aurait eu lieu également près de la caserne de Gassi. Selon RFI, « plusieurs sources, au sein de l'opposition, comme de l'armée, affirment que ces incidents n'ont rien à voir avec un prétendu complot, qu'il s'agit de simples faits divers ».

Personalités militaires et civiles "aux arrêts"

Alors qu'une enquête est en cours, le procureur général, Mahamat Saleh, qui s'est adressé à la presse jeudi, a souligné que « des personnalités militaires et civiles ont été mises aux arrêts ». Il s'agit, a-t-il précisé, du général Weiding Assi Assoue, du général (David Beadmadji) Gomine, directeur de la justice militaire, ainsi que de Mahamat Mallou Kadre, député du MPS (Mouvement patriotique du salut, parti du président Déby) et du député Salek Makki de la CPDC (Coordination des partis politiques pour la défense de la constitution, principale coalition de l'opposition).

Le général Weiding, qui a été plusieurs fois ministre notamment de la Défense, a aussi été chef d'état-major général des armées. Son dernier poste était celui de gouverneur de Guera (centre), une des 22 régions du pays. Il l'a quitté en 2011.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a profité d'une visite de travail de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou, mercredi à N'Djamena, pour lancer un message à Abubakar Shekau. Le lead[...]

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Tchad : dans les cendres de Ngouboua, après l'attaque de Boko Haram

Maisons incendiées, carcasses de bétail calciné, des habitants fuyant baluchon sur la tête... A Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, la population est sous le choc après l'attaque de Boko[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130502143013 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130502143013 from 172.16.0.100