Extension Factory Builder
02/05/2013 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le journaliste malien Boukary Daou. Le journaliste malien Boukary Daou. © Boukary Daou/Facebook

Arrêté pour avoir publié une lettre d’un groupe de soldats dénonçant les avantages accordés au capitaine Sanogo, le directeur de publication du journal privé "Le Républicain", Boukary Daou, a été jugé et libéré le 30 avril. Après 28 jours de détention illégale. Il compte désormais déposer plainte contre ceux qui l’on arrêté. Interview.

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous la soudaine annulation de la procédure engagée contre vous ?

Boukary Daou : Le juge a estimé que les exceptions émises par la défense étaient recevables, à savoir le défaut de citation. Le droit de la presse précise que le journaliste, lorsqu’il est poursuivi en justice, doit recevoir une citation du parquet indiquant les fautes qui lui sont reprochées. Ce qui n'a pas été mon cas. Cette citation manquant à mon dossier, je n'ai jamais su de quoi j'étais officiellement accusé, et je n'ai donc jamais pu préparer ma défense. Les avocats ont joué cette carte et demandé l’annulation de la procédure engagée contre moi.

>> À lire sur le même sujet : "La presse malienne au garde-à-vous"

Comptez-vous déposer plainte ?

J’ai été vilipendé, humilié et sali dans mon honneur. C’est vrai que le tribunal m’a blanchi, mais j’ai subi des préjudices. Il y a eu une arrestation, une séquestration, et une incarcération arbitraires car je n’ai pas été entendu par le procureur avant d’être déféré à la prison centrale. Pour toutes ces violations, mes avocats et moi étudions le dossier pour voir s’il faut déposer la plainte contre l’État malien, contre le directeur de la Sécurité d’État (SE), ou contre la structure même de la SE. Et après il s’agit de savoir où est-ce qu’il faut déposer cette plainte, devant les tribunaux au Mali ou devant une juridiction internationale. Cette affaire dépasse le cas particulier de ma personne et est devenu celui de la presse malienne toute entière.

Le simple fait de priver un homme de sa liberté constitue une torture morale.

Comment se sont passées vos nuits en détention dans les locaux de la SE ?

Le simple fait de priver un homme de sa liberté constitue une torture morale. Pour les besoins de la constitution du dossier de la plainte, je ne peux pas rentrer dans les détails, mais il y a eu pire que ça.

Pouvez-vous nous en dire plus au sujet de la publication de la lettre qui a conduit à votre arrestation ?

Cette lettre qui m’a été adressée, je l’ai publiée parce que j’ai estimé qu’elle contenait des informations de nature à intéresser mes lecteurs. Ensuite mon refus catégorique de livrer ma source a conduit à ma détention.

Quel sentiment vous anime après votre libération ?

Je suis de nouveau un homme libre qui va reprendre sa plume. J’ai connu ceux qui sont à la SE, eux aussi m’ont connu. Je n’ai aucune crainte, je suis dans mon pays et j’exercerai librement ma profession comme je l’ai toujours fait. Nous devons cependant être vigilants, car dans cette affaire, on s’est attaqué à un principe constitutionnel.

________

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers