Extension Factory Builder
29/04/2013 à 19:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vital Kamerhe ne reconnaît qu'un seul point positif à la réforme de la Ceni. Vital Kamerhe ne reconnaît qu'un seul point positif à la réforme de la Ceni. © Beaudoin Mouanda/JA

Au lendemain de la promulgation de la loi réformant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) en RDC, des voix se lèvent pour critiquer la restructuration de l’organe chargé d’organiser les prochains scrutins provinciaux et sénatoriaux dans le pays. Vital Kamerhe, le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et ancien président de l’Assemblée nationale congolaise, livre à Jeune Afrique son regard sur ces évolutions. Interview.

La réélection de Joseph Kabila en 2011 a été entachée de « graves irrégularités », relevées à la fois par les observateurs internationaux et nationaux. Une réforme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) était alors recommandée pour essayer de crédibiliser les scrutins à venir, notamment les sénatoriales, les provinciales et les municipales. La loi promulguée le 27 avril veut répondre à cet objectif.

Désormais, l’organe électoral de RDC est doté, outre son bureau, d’une assemblée plénière, chargée de « conception, d’orientation et de contrôle ». Elle regroupera 13 membres dont six proviendront de la majorité présidentielle, quatre de l’opposition et trois de la société civile, de laquelle sera également issu le président de la commission. Une architecture « déséquilibrée » qui risque encore de provoquer des « casses » lors des prochaines échéances électorales, prévient Vital Kamerhe, le chef de l’Union pour la nation congolaise, dans une interview accordée à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Que vous inspire la réforme de la Ceni, promulguée le 27 avril par le président Joseph Kabila ?

Vital Kamerhe : Il n’y a pas eu d’innovation. Nous n’avons pas tiré les leçons du passé. Le pays a organisé des élections en 2006 et, à l’époque, nous avons eu le bénéfice de l’apprentissage de la démocratie. Mais quand on observe ce qui s’est passé en 2011, on remarque qu’il y a eu un déclin. Non seulement, la Ceni présentait une composition déséquilibrée mais à sa tête, le pouvoir avait placé un conseiller spirituel du président de la république, membre fondateur de son parti, le PPRD [Parti du peuple pour la reconstruction et le développement, NDRL]. Et malheureusement, la réforme qui vient d’être faite ne s’inscrit pas dans le sens de l’amélioration de la situation. La Ceni doit être une commission neutre pour garantir son indépendance.

Qu’entendez-vous par une "commission neutre" ?

En RDC, est-il possible de trouver ces "experts indépendants", sans obédience politique ?

Et la restructuration de la Ceni en elle-même : 13 membres dont six issus de la majorité, quatre de l’opposition et trois de la société civile. Est-ce une garantie pour des élections apaisées dans l’avenir ?

Au-delà de tous les griefs que vous avez contre la réforme de la Ceni, existerait-il quelques points positifs dans la nouvelle loi ?

Quatre places sont réservées à l’opposition dans la nouvelle Ceni. Sachant que vous avez eu beaucoup de mal en 2011 à désigner un candidat commun pour le scrutin présidentiel à un tour contre Joseph Kabila, pensez-vous qu’aujourd’hui vous seriez en mesure de choisir facilement vos représentants dans l’organe électoral ?

L’opposition extraparlementaire sera-t-elle également représentée ?

Absolument. Au niveau de la plénière, il y aura de la place pour tout le monde. Nous ferons en sorte que ce soit le rassemblement de la grande famille de l’opposition. On ne va pas à la Ceni pour s’enrichir mais pour travailler. Si l’opposition s’entredéchire à cause des postes au niveau de la Ceni, plutôt que de privilégier la compétence, nous aurons commis les mêmes péchés que nous sommes en train de reprocher à la majorité au pouvoir.

Le calendrier pour les élections provinciales et sénatoriales sera publié dans les 45 jours par le prochain bureau de la Ceni. Pensez-vous que ces scrutins, plusieurs fois reportés, auront enfin lieu en 2013 ?

Joseph Kabila arrive en fin de mandat en 2016. Des rumeurs sur une éventuelle modification de la Constitution circulent déjà pour lui permettre de se représenter à sa propre succession…

______________________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kengo wa Dondo met en garde contre une modification de la Constitution

RDC : Kengo wa Dondo met en garde contre une modification de la Constitution

Léon Kengo wa Dondo, le président du sénat de la RDC, a mis en garde lundi contre un "changement de Constitution" qui pourrait, selon lui, "menacer" la paix et la cohésion national[...]

RDC : Kabila gracie le pasteur Kuthino

Le président congolais Joseph Kabila a gracié dimanche, au nom de la "cohésion nationale", le pasteur Ferdinand Kuthino, chef d'une Église évangélique condamné à[...]

RDC : la police disperse une manifestation d'opposition à Kinshasa

La police congolaise a dispersé samedi matin une manifestation d'opposition dans le centre de Kinshasa, interpellant plusieurs personnes dont un journaliste vidéaste de l'AFP.[...]

RDC : Jean-Bertrand Ewanga condamné à un an de prison ferme pour "offense au chef de l'État"

L'opposant Jean-Bertrand Ewanga a été condamné jeudi soir par la justice congolaise (RDC) à un an de prison ferme pour outrage au chef de l'État. Une sentence qui tombe moins de quarante-huit[...]

Ebola a fait 37 morts en RDC

Distincte de celle qui frappe l'Afrique de l'Ouest, l'épidémie d'Ebola progresse dans le nord-ouest de la RDC. Le dernier bilan fait état de 37 décès. En Guinée, les autorités[...]

RDC - Omar Kavota : "Au Nord-Kivu, le désarmement avance à pas de tortue"

Dans l'est de la RDC, la rentrée scolaire a été perturbée en début de semaine. La faute à une insécurité tenace, liée aux groupes rebelles et à des bandits[...]

Youssouf Mulumbu : "Ibenge sélectionneur de la RDC, c'est un très bon choix !"

Capitaine de la RDC et attaquant de West Bromwich Albion (Angleterre, Premier League), Youssouf Mulumbu évoque pour "Jeune Afrique" la situation des Léopards avec la nomination de Florent Ibenge à[...]

RDC : Kabila, le choix de Tryphon Kin-Kiey Mulumba

Tryphon Kin-Kiey est le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies. Il nous a rendu visite au 57 bis.[...]

Charles Antoine Bambara : "La Monusco n'a pas de mandat pour faciliter le dialogue inter-rwandais"

De passage à Paris, Charles Antoine Bambara, responsable de l'information publique de la Monusco, est revenu mercredi sur les opérations militaires en cours contre les rebelles ougandais ADF dans l'est de la RDC.[...]

RDC - Pétrole : Global Witness presse Soco de se retirer du parc des Virunga

Dénonçant "l'ambiguïté" de la démarche de Soco, société britannique qui s'est engagée en juin à ne pas entreprendre de forage à l'intérieur du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex