Extension Factory Builder
29/04/2013 à 19:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vital Kamerhe ne reconnaît qu'un seul point positif à la réforme de la Ceni. Vital Kamerhe ne reconnaît qu'un seul point positif à la réforme de la Ceni. © Beaudoin Mouanda/JA

Au lendemain de la promulgation de la loi réformant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) en RDC, des voix se lèvent pour critiquer la restructuration de l’organe chargé d’organiser les prochains scrutins provinciaux et sénatoriaux dans le pays. Vital Kamerhe, le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et ancien président de l’Assemblée nationale congolaise, livre à Jeune Afrique son regard sur ces évolutions. Interview.

La réélection de Joseph Kabila en 2011 a été entachée de « graves irrégularités », relevées à la fois par les observateurs internationaux et nationaux. Une réforme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) était alors recommandée pour essayer de crédibiliser les scrutins à venir, notamment les sénatoriales, les provinciales et les municipales. La loi promulguée le 27 avril veut répondre à cet objectif.

Désormais, l’organe électoral de RDC est doté, outre son bureau, d’une assemblée plénière, chargée de « conception, d’orientation et de contrôle ». Elle regroupera 13 membres dont six proviendront de la majorité présidentielle, quatre de l’opposition et trois de la société civile, de laquelle sera également issu le président de la commission. Une architecture « déséquilibrée » qui risque encore de provoquer des « casses » lors des prochaines échéances électorales, prévient Vital Kamerhe, le chef de l’Union pour la nation congolaise, dans une interview accordée à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Que vous inspire la réforme de la Ceni, promulguée le 27 avril par le président Joseph Kabila ?

Vital Kamerhe : Il n’y a pas eu d’innovation. Nous n’avons pas tiré les leçons du passé. Le pays a organisé des élections en 2006 et, à l’époque, nous avons eu le bénéfice de l’apprentissage de la démocratie. Mais quand on observe ce qui s’est passé en 2011, on remarque qu’il y a eu un déclin. Non seulement, la Ceni présentait une composition déséquilibrée mais à sa tête, le pouvoir avait placé un conseiller spirituel du président de la république, membre fondateur de son parti, le PPRD [Parti du peuple pour la reconstruction et le développement, NDRL]. Et malheureusement, la réforme qui vient d’être faite ne s’inscrit pas dans le sens de l’amélioration de la situation. La Ceni doit être une commission neutre pour garantir son indépendance.

Qu’entendez-vous par une "commission neutre" ?

En RDC, est-il possible de trouver ces "experts indépendants", sans obédience politique ?

Et la restructuration de la Ceni en elle-même : 13 membres dont six issus de la majorité, quatre de l’opposition et trois de la société civile. Est-ce une garantie pour des élections apaisées dans l’avenir ?

Au-delà de tous les griefs que vous avez contre la réforme de la Ceni, existerait-il quelques points positifs dans la nouvelle loi ?

Quatre places sont réservées à l’opposition dans la nouvelle Ceni. Sachant que vous avez eu beaucoup de mal en 2011 à désigner un candidat commun pour le scrutin présidentiel à un tour contre Joseph Kabila, pensez-vous qu’aujourd’hui vous seriez en mesure de choisir facilement vos représentants dans l’organe électoral ?

L’opposition extraparlementaire sera-t-elle également représentée ?

Absolument. Au niveau de la plénière, il y aura de la place pour tout le monde. Nous ferons en sorte que ce soit le rassemblement de la grande famille de l’opposition. On ne va pas à la Ceni pour s’enrichir mais pour travailler. Si l’opposition s’entredéchire à cause des postes au niveau de la Ceni, plutôt que de privilégier la compétence, nous aurons commis les mêmes péchés que nous sommes en train de reprocher à la majorité au pouvoir.

Le calendrier pour les élections provinciales et sénatoriales sera publié dans les 45 jours par le prochain bureau de la Ceni. Pensez-vous que ces scrutins, plusieurs fois reportés, auront enfin lieu en 2013 ?

Joseph Kabila arrive en fin de mandat en 2016. Des rumeurs sur une éventuelle modification de la Constitution circulent déjà pour lui permettre de se représenter à sa propre succession…

______________________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

RDC : la justice française se penche sur les mystères du meurtre d'opposants de Kabila en 2000

Le procès de trois hommes accusés de complicité dans l’assassinat, il y a 14 ans en France, de deux opposants congolais suspectés d’avoir voulu intenter un putsch contre[...]

RDC : la démission de Russ Feingold, une épine de moins dans le pied de Kabila

En fonction depuis juin 2013, Russ Feingold a démissionné samedi de son poste d’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs. Une décision qui a sans doute[...]

RDC : l'affaire des opposants de Kabila tués en France resurgit au procès 14 ans après les faits

Plus de 14 ans après la découverte du corps de deux opposants congolais carbonisés dans une voiture près de Lyon, la justice française exhume une nébuleuse affaire qui mêle tentative[...]

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l'agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit sur place, faute de stockage réfrigéré. Pour stopper ce gâchis et[...]

RDC : démission de Russ Feingold, le cow-boy de Barack Obama dans la région des Grands Lacs

L’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, Russ Feingold, va quitter son poste, qui l’a vu fortement s’impliquer dans les négociations entre les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130429174425 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130429174425 from 172.16.0.100