Extension Factory Builder
29/04/2013 à 13:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Béji Caïd Essebsi à son domicile, le 1er mars 2011. Béji Caïd Essebsi à son domicile, le 1er mars 2011. © AFP

Dans une interview sur Nessma TV, dimanche 28 avril au soir, Béji Caïd Essebsi a annoncé son intention d'être candidat à la présidentielle tunisienne. Un petit séisme dans le monde politique. Explications.

Le fondateur du parti Nidaa Tounes, Béji Caïd Essebsi, a annoncé sa candidature à la prochaine présidentielle, dans une interview sur Nessma TV, dimanche 28 avril au soir. Une sorte de petite provocation puisque son annonce s’inscrit dans la polémique sur la troisième mouture du projet de Constitution, actuellement en discussion en Tunisie. Deux articles focalisent l’attention, le premier limitant à 75 ans l’âge des candidats à l’investiture et le second portant sur l’exclusion de la vie politique de ceux qui ont œuvré sous Ben Ali. Deux propositions qui, si elles étaient adoptées, invalideraient la démarche de l’ancien Premier ministre tunisien, âgé de 86 ans.

C’est donc avec une certaine malice que Essebsi, dont la formation caracole en tête des sondages, fait fi de ces considérations et impose un autre rythme à la classe politique, au moment où le dialogue national entre partis, initié le 23 avril par le chef de l’État Moncef Marzouki, tourne court.

Manipulateurs

En même temps, l’annonce de Béji Caïd Essebsi tend habilement à faire passer les islamistes pour des politiciens manipulant le Constitution à des fins purement électorales. Et elle a lieu - coïncidence ou non - au moment même où le Majlis al-Choura, Conseil consultatif d’Ennahdha, acceptait d’opter pour un régime mixte (semi-présidentiel) en précisant ce que devraient être les futures prérogatives du président de la république.

En tout état de cause, la candidature de Béji Caïd Essebsi est une menace que les islamistes prennent au sérieux. Ils devront désormais choisir entre un choc frontal avec Nidaa Tounes, au risque de conduire le pays vers le chaos, et une révision de leur position comprenant une négociation avec l’ensemble des familles politiques et des représentants de la société civile tunisienne.

Alliance

Reste qu’à l’approche des futures échéances électorales, le paysage politique ne devrait pas échapper à une division en deux blocs antagonistes. Mais si les islamistes semblent de plus en plus isolés, Béji Caïd Essebsi, lui, compte sur l’alliance de Nidaa Tounes avec d’autres partis ainsi que sur un rapprochement avec la puissante centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). L’initiative de cette dernière pour établir un plan de sortie de crise politique et économique est d’ailleurs de nouveau d’actualité et rallie toutes les forces démocrates.

En vieux briscard de la politique, Béji Caïd Essebsi a donc repris la main pour recentrer le débat sur des questions politiques : il n’est plus question d’islam mais bel et bien de course au pouvoir. Et il met au défi les personnalités intéressées de s’aligner sur la ligne de départ. Pourtant rien n’est joué ; un projet de Constitution médiocre et rétrograde risquerait de freiner tout processus démocratique dans le pays.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130429134359 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130429134359 from 172.16.0.100