Extension Factory Builder
29/04/2013 à 13:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Béji Caïd Essebsi à son domicile, le 1er mars 2011. Béji Caïd Essebsi à son domicile, le 1er mars 2011. © AFP

Dans une interview sur Nessma TV, dimanche 28 avril au soir, Béji Caïd Essebsi a annoncé son intention d'être candidat à la présidentielle tunisienne. Un petit séisme dans le monde politique. Explications.

Le fondateur du parti Nidaa Tounes, Béji Caïd Essebsi, a annoncé sa candidature à la prochaine présidentielle, dans une interview sur Nessma TV, dimanche 28 avril au soir. Une sorte de petite provocation puisque son annonce s’inscrit dans la polémique sur la troisième mouture du projet de Constitution, actuellement en discussion en Tunisie. Deux articles focalisent l’attention, le premier limitant à 75 ans l’âge des candidats à l’investiture et le second portant sur l’exclusion de la vie politique de ceux qui ont œuvré sous Ben Ali. Deux propositions qui, si elles étaient adoptées, invalideraient la démarche de l’ancien Premier ministre tunisien, âgé de 86 ans.

C’est donc avec une certaine malice que Essebsi, dont la formation caracole en tête des sondages, fait fi de ces considérations et impose un autre rythme à la classe politique, au moment où le dialogue national entre partis, initié le 23 avril par le chef de l’État Moncef Marzouki, tourne court.

Manipulateurs

En même temps, l’annonce de Béji Caïd Essebsi tend habilement à faire passer les islamistes pour des politiciens manipulant le Constitution à des fins purement électorales. Et elle a lieu - coïncidence ou non - au moment même où le Majlis al-Choura, Conseil consultatif d’Ennahdha, acceptait d’opter pour un régime mixte (semi-présidentiel) en précisant ce que devraient être les futures prérogatives du président de la république.

En tout état de cause, la candidature de Béji Caïd Essebsi est une menace que les islamistes prennent au sérieux. Ils devront désormais choisir entre un choc frontal avec Nidaa Tounes, au risque de conduire le pays vers le chaos, et une révision de leur position comprenant une négociation avec l’ensemble des familles politiques et des représentants de la société civile tunisienne.

Alliance

Reste qu’à l’approche des futures échéances électorales, le paysage politique ne devrait pas échapper à une division en deux blocs antagonistes. Mais si les islamistes semblent de plus en plus isolés, Béji Caïd Essebsi, lui, compte sur l’alliance de Nidaa Tounes avec d’autres partis ainsi que sur un rapprochement avec la puissante centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). L’initiative de cette dernière pour établir un plan de sortie de crise politique et économique est d’ailleurs de nouveau d’actualité et rallie toutes les forces démocrates.

En vieux briscard de la politique, Béji Caïd Essebsi a donc repris la main pour recentrer le débat sur des questions politiques : il n’est plus question d’islam mais bel et bien de course au pouvoir. Et il met au défi les personnalités intéressées de s’aligner sur la ligne de départ. Pourtant rien n’est joué ; un projet de Constitution médiocre et rétrograde risquerait de freiner tout processus démocratique dans le pays.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex