Extension Factory Builder
29/04/2013 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, le 14 janvier à Alger. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, le 14 janvier à Alger. © AFP

Le débat sur les capacités à gouverner d'Abdelaziz Bouteflika s'enflamme en Algérie, au lendemain d'un nouveau problème de santé du chef de l'État. Celui-ci est hospitalisé depuis samedi soir à Paris, à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

Mis à jour le 29/04 à 10h50

Il y a le discours officiel, et ses répercussions médiatiques. « À la suite de l'accident ischémique transitoire sans séquelles que le président de la République Abdelaziz Bouteflika a subi hier (samedi), les explorations médicales complémentaires, effectuées à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris, ont confirmé que son état de santé ne suscitait aucune inquiétude », a annoncé, dimanche 28 avril le cabinet du Premier ministre, dans un communiqué cité par l'agence de presse APS.

« Cela étant, les activités officielles continueront à se dérouler normalement », a ajouté la même source. Plus tôt, un des responsables de l'établissement d'Alger où a été soigné Abdelaziz Bouteflika avant son transfert en France, le professeur Rachid Bougherbal, avait indiqué que son état de santé évoluait « bien », et qu'il n'avait subi « aucune lésion irréversible » pendant l'accident ischémique transitoire, un type mineur d'AVC, dont il a été victime samedi.

Le chef de l'État doit « compléter » son bilan et « récupérer un peu de la fatigue occasionnée par cette affection », a préciser le professeur Bougherbal. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a dit « souhaiter le rétablissement » de M. Bouteflika qui, « en tant que président de l'Algérie, est un ami de la France ».

Succession

Mais dans la presse algérienne, l'hospitalisation du chef de l'État rouvre le débat sur sa succession éventuelle en 2014. Pour le quotidien Liberté, « l'idée même de rendre publique cette information est en soi un choc médiatique », signe que « la présidence de la République a jugé, pour cette fois, que l'incident était assez sérieux pour ne pas le cacher aux Algériens ». « L'annonce hier de son hospitalisation confirme tout haut ce que tous les Algériens d'en bas soupçonnaient : le président est bien malade », renchérit le journal El Watan.

« La santé du président Bouteflika devient désormais un vrai souci pour vendre un 4e mandat », poursuit El Watan, alors que Le Soir d'Algérie se demande même si le président sera « en mesure d'assurer ses fonctions jusqu'à la fin de son mandat ».

Pour Rachid Grim, un politologue cité par El Watan, « la question d'un quatrième mandat ne se posera plus ». « C'est fini. Il affirme que les décideurs ont déjà pensé à ce cas de figure et qu'il (ne serait) pas étonnant qu'ils nous sortent du chapeau une personne qu'ils auraient préparée et aurait fait l'objet de négociations (...), le futur candidat passera comme une lettre à la poste. »

Bouteflika, 76 ans, avait déjà été opéré fin 2005 d' « un ulcère hémorragique à l'estomac », à l'hôpital du Val-de-Grâce, a souligné Alger. Un an après, le président lui-même avait affirmé avoir été « très, très malade », mais s'en être « sorti de manière absolument fabuleuse ». Depuis cette hospitalisation, la moindre absence de M. Bouteflika, devenu chef de l'État en 1999, fait l'objet de nombreuses conjectures sur sa santé, la communication officielle étant mise en doute, comme encore dimanche dans la presse algérienne. Dans ce contexte, les rumeurs de décès sont nombreuses.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du[...]

Algérie : un maire assassiné, "acte terroriste" selon la gendarmerie

Le maire de la commune algérienne de Bordj El Emir Abdelkader (nord) a été assassiné vendredi par des "terroristes", qui l'ont tué par balles et égorgé, a annoncé[...]

Assassinat d'Hervé Gourdel : l'armée algérienne annonce avoir tué un deuxième suspect

Un deuxième membre du groupe islamiste impliqué dans l’enlèvement et la décapitation du touriste français Hervé Gourdel, en septembre, a été tué par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers