Extension Factory Builder
26/04/2013 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La princesse saoudienne Maha al-Sudaïri est couverte par l'immunité diplomatique. La princesse saoudienne Maha al-Sudaïri est couverte par l'immunité diplomatique. © DR

Saisis mi-mars par la justice française, des biens de la fantasque princesse saoudienne Maha al-Sudaïri seront bientôt vendus aux enchères à Paris. Objectif : tenter de rembourser ses nombreux créanciers. Un épilogue dans l'affaire de la plus mauvaise payeuse des boutiques de luxe parisiennes ?

Il était une fois une princesse qui (on n'est jamais parfait) oubliait souvent de régler ses achats. L'histoire de Maha al-Sudaïri n'a donc rien à voir avec un conte de fée mais tout avec un compte d'apothicaire - ou de joailler. Car la cliente « en or » préfèrait laisser derrière elle des ardoises... très salées.

Quand elle débarque à Paris, la troisième épouse répudiée du défunt prince héritier d’Arabie Saoudite, Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, a l'habitude de ne pas lésiner sur les moyens. Lors de son dernier passage dans la capitale française, entre le 22 décembre 2011 et le 17 juin 2012, Al-Sudaïri pose ainsi ses valises au palace Shangri-La, dans le 16e arrondissement de Paris. Pendant six mois, la quinquagénaire mène une vraie vie de nabab : un étage de 41 chambres à elle seule, entourée d'une suite composée d’une soixantaine de personnes, tout à ses petits soins.

Seulement voilà, quelques jours avant la fin de son séjour, le 31 mai 2012, sur la pointe de pieds, la princesse tente de quitter le lieu sans payer sa note qui s’élève - tout de même - à 6 millions d’euros. Mais elle est vite démasquée par le personnel de l’hôtel. Un émissaire de l’ambassade saoudien est alors dépêché sur place pour calmer le jeu, avant qu’un des fils de la princesse ne règle la facture. L’incident est clos.

Caverne d'Ali Baba

Mais la princesse saoudienne n’en est pas à son premier coup d'essai. En 2009, déjà, elle se fait remarquer dans les boutiques de luxe. Lors de ces multiples courses dans les enseignes huppées de la capitale, tout y passe : achats de joaillerie, de jouets, de vaisselle, même de simples sweat-shirts de toutes les couleurs et de toutes les marques, mais aussi des dessous chics. Problème : elle ne passe pas à la caisse pour régler ses emplettes.

Et les dettes s'accumulent. Au-delà des 700 000 euros que lui réclame aujourd'hui l’hôtel George V pour ses frais de séjour, d’autres commerçants se sont bousculés au portillon pour demander leur dû. Comme la boutique de prêt-à-porter Key Largo, qui a été remboursée de 90 000 euros après avoir saisi la justice. D’autres créanciers n’ont pas eu la même chance mais ils espèrent désormais une issue favorable après la saisie par la justice française de deux box à Clichy (Hauts-de-Seine), où étaient entreposés les biens de valeur amassés par la mauvaise payeuse.

L’inventaire a eu lieu le 20 mars et le 8 avril dans ce qui ressemble à une vraie caverne d'Ali Baba. On y trouve des paires de chaussures de luxe pour femme par milliers, des malles pleines de vêtements de haute couture, de bijoux, des victuailles mais aussi des slips, maillots de bain et autres accessoires... Après leur évaluation, ces biens seront vendus aux enchères pour essayer de rembourser les nombreux créanciers de la princesse. Cela sera-t-il suffisant pour payer tout le monde ? Pas sûr...

________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Algérie : Jund al-Khilafah, des 'soldats' pas si inconnus

Algérie : Jund al-Khilafah, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafah, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Hajj : Ebola n'ébranle pas la foi

Malgré la fièvre qui sévit dans la région, nombreux sont les Ouest-Africains à emprunter la route de La Mecque. Reportage dans la capitale sénégalaise.[...]

Hajj : objectif sécurité

Le pèlerinage à La Mecque est un défi logistique, sécuritaire et sanitaire. Explications.[...]

Hajj : voyageurs pigeonnés

Les affaires du hajj se chiffrent en milliards de dollars, et l'odeur des billets verts attire bien des rapaces sans foi ni loi qui profitent allègrement de la piété, et souvent de la candeur des [...]

Arabie saoudite : l'or pieux du hajj

Début octobre, près de deux millions de pèlerins se rassembleront à La Mecque, en Arabie saoudite. Un devoir religieux devenu une véritable industrie touristique.[...]

Les États-Unis reconnaissent avoir "sous-estimé" l'État islamique

La Syrie est "Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde", a déclaré dimanche le président américain, Barack Obama. Une situation que les États-Unis reconnaissent avoir[...]

État islamique : naissance d'un monstre de guerre (#2)

Comment la force de État islamique a-t-elle jailli du chaos en Irak et en Syrie ? Laurent Touchard* revient en deux billets sur la naissance d'une armée jihadiste assez puissante pour supplanter Al-Qaïda et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers