Extension Factory Builder
26/04/2013 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La princesse saoudienne Maha al-Sudaïri est couverte par l'immunité diplomatique. La princesse saoudienne Maha al-Sudaïri est couverte par l'immunité diplomatique. © DR

Saisis mi-mars par la justice française, des biens de la fantasque princesse saoudienne Maha al-Sudaïri seront bientôt vendus aux enchères à Paris. Objectif : tenter de rembourser ses nombreux créanciers. Un épilogue dans l'affaire de la plus mauvaise payeuse des boutiques de luxe parisiennes ?

Il était une fois une princesse qui (on n'est jamais parfait) oubliait souvent de régler ses achats. L'histoire de Maha al-Sudaïri n'a donc rien à voir avec un conte de fée mais tout avec un compte d'apothicaire - ou de joailler. Car la cliente « en or » préfèrait laisser derrière elle des ardoises... très salées.

Quand elle débarque à Paris, la troisième épouse répudiée du défunt prince héritier d’Arabie Saoudite, Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, a l'habitude de ne pas lésiner sur les moyens. Lors de son dernier passage dans la capitale française, entre le 22 décembre 2011 et le 17 juin 2012, Al-Sudaïri pose ainsi ses valises au palace Shangri-La, dans le 16e arrondissement de Paris. Pendant six mois, la quinquagénaire mène une vraie vie de nabab : un étage de 41 chambres à elle seule, entourée d'une suite composée d’une soixantaine de personnes, tout à ses petits soins.

Seulement voilà, quelques jours avant la fin de son séjour, le 31 mai 2012, sur la pointe de pieds, la princesse tente de quitter le lieu sans payer sa note qui s’élève - tout de même - à 6 millions d’euros. Mais elle est vite démasquée par le personnel de l’hôtel. Un émissaire de l’ambassade saoudien est alors dépêché sur place pour calmer le jeu, avant qu’un des fils de la princesse ne règle la facture. L’incident est clos.

Caverne d'Ali Baba

Mais la princesse saoudienne n’en est pas à son premier coup d'essai. En 2009, déjà, elle se fait remarquer dans les boutiques de luxe. Lors de ces multiples courses dans les enseignes huppées de la capitale, tout y passe : achats de joaillerie, de jouets, de vaisselle, même de simples sweat-shirts de toutes les couleurs et de toutes les marques, mais aussi des dessous chics. Problème : elle ne passe pas à la caisse pour régler ses emplettes.

Et les dettes s'accumulent. Au-delà des 700 000 euros que lui réclame aujourd'hui l’hôtel George V pour ses frais de séjour, d’autres commerçants se sont bousculés au portillon pour demander leur dû. Comme la boutique de prêt-à-porter Key Largo, qui a été remboursée de 90 000 euros après avoir saisi la justice. D’autres créanciers n’ont pas eu la même chance mais ils espèrent désormais une issue favorable après la saisie par la justice française de deux box à Clichy (Hauts-de-Seine), où étaient entreposés les biens de valeur amassés par la mauvaise payeuse.

L’inventaire a eu lieu le 20 mars et le 8 avril dans ce qui ressemble à une vraie caverne d'Ali Baba. On y trouve des paires de chaussures de luxe pour femme par milliers, des malles pleines de vêtements de haute couture, de bijoux, des victuailles mais aussi des slips, maillots de bain et autres accessoires... Après leur évaluation, ces biens seront vendus aux enchères pour essayer de rembourser les nombreux créanciers de la princesse. Cela sera-t-il suffisant pour payer tout le monde ? Pas sûr...

________________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

François Nicoullaud : 'L'Iran ne prend pas d'initiatives, il saisit des occasions'

François Nicoullaud : "L'Iran ne prend pas d'initiatives, il saisit des occasions"

Rapprochement avec les Etats-Unis, rivalité avec l'Arabie saoudite, tensions chiites-sunnites... François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran, décrypte les enjeux de la politique actuelle de la R&[...]

Racisme : affrontements à Jérusalem entre police et Israéliens d'origine éthiopienne

Des affrontements ont opposé jeudi soir dans le centre de Jérusalem les policiers israéliens à deux mille Israéliens d'origine éthiopienne qui manifestaient contre le "racisme de la[...]

Arabie saoudite : 5 choses à savoir sur Mohammed Ben Nayef, le nouveau prince héritier

Le roi d’Arabie Saoudite Salmane el Saoud a annoncé mercredi un grand remaniement du gouvernement, le deuxième depuis son intronisation à la mort du roi Abdallah, en janvier dernier. Dans le même[...]

Yémen : les raids aériens de l'Arabie saoudite se poursuivent

Selon des sources concordantes, un raid aérien de la coalition arabe a visé mardi une base militaire à Sanaa. Au même moment 64 personnes, dont des civils, ont été tuées dans de[...]

France - Djibouti : Le Drian rencontre Ismaïl Omar Guelleh... en Jordanie

Attendu à Djibouti pour sa première visite dans ce pays - "une date avait été retenue en avril, mais apparemment elle ne convenait pas au calendrier du président Ismaïl Omar[...]

Israël : Ayman Odeh a fait un rêve

Inconnu il y a encore quelques mois, il a réussi à fédérer les Arabes israéliens et à en faire la troisième force politique du pays. Portrait d'un farouche militant des[...]

Yémen : la coalition arabe menée par l'Arabie Saoudite annonce la fin des frappes aériennes

La coalition arabe au Yémen a annoncé mardi la fin des frappes aériennes lancées il y a un mois contre les Houthis chiites. En dépit de cette trêve, des combats se poursuivent toujours au[...]

Irak : le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, "grièvement blessé" dans une frappe aérienne ?

Le journal britannique "The Guardian" a relayé mardi des informations selon lesquelles le chef du groupe terroriste État islamique (EI) aurait été grièvement blessé lors de[...]

Méditerranée : plus de 300 migrants en plein naufrage, selon l'OIM

L'OIM a reçu lundi un appel au secours provenant d'une embarcation en train de sombrer en Méditerranée. Il y aurait plus de 300 migrants à son bord.[...]

Le Yémen, l'eau, la guerre

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un chercheur canadien, appelons-le Stéphane L., était venu nous rendre visite au centre de recherche où je travaillais alors, à l'École des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130426162026 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130426162026 from 172.16.0.100