Extension Factory Builder
24/04/2013 à 11:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Supporters des FAR à Casablanca, le 11 avril. Supporters des FAR à Casablanca, le 11 avril. © Capture d'écran/Youtube

Plus de 150 personnes sont poursuivies par la justice marocaine à la suite de violences urbaines en marge du match de football Raja-FAR, le 11 avril à Casablanca. Elles ont pris place mardi 23 avril sur le banc des accusés pour un procès hors norme très suivi au Maroc.

Ce 11 avril, des scènes de violences urbaines avaient défiguré les grandes artères de Casablanca. Agressions, destructions de biens publics et privés, vols : le centre de la capitale économique du Maroc avait été durement marqué par l'arrivée de supporteurs des FAR de Rabat, club devant affronter le soir même l'équipe locale du Raja de Casablanca. Sur Facebook et Twitter, de nombreux Casaouis s'étaient indignés de ces violences, s'interrogeant notamment sur le peu de forces de l'ordre déployées dans les rues de leur ville le jour du match.

Plus de 200 personnes avaient toutefois pu être interpellées et présentées à la justice. La quasi-totalité a été inculpée par une chambre criminelle, une première au Maroc pour de tels faits. Elles encourent des peines de prison ferme. Mardi matin, le procès des accusés majeurs - 157 au total - a débuté dans une salle d'audience archi-comble et en présence d'une centaine d'avocats.

Vidéo amateur du passage de supporters des FAR à Casablanca le 11 avril.

500 vols

Plusieurs centaines de personnes, familles et amis des accusés, ont manifesté pour réclamer la libération de leurs proches. Les avocats de la défense ont plaidé pour la libération de leurs clients, actuellement en détention provisoire dans une prison de la ville. La deuxième audience a été fixée au 7 mai. Les quelque 70 mineurs poursuivis dans le cadre de cette affaire seront pour leur part jugés à partir du 21 mai. Les investigations menées ont permis de recenser quelque 500 cas de vols, agressions à main armée et dégâts sur des biens publics et privés.

Le lendemain de ces violences, qui ont fortement marqué l'opinion publique, de nouvelles arrestations avaient eu lieu en marge d'une autre rencontre de football à Casablanca, entre le Wydad, autre grande équipe de Casa, et l'équipe de Kénitra (Nord-Ouest). Neuf prévenus ont comparu lundi dans ce dossier, devant un tribunal correctionnel de la ville. Mais leur procès a été ajourné au 29 avril, selon un correspondant de l'AFP.

Le football marocain est régulièrement entaché par des violences, à l'intérieur comme à l'extérieur des stades. Lors de la saison 2011-2012, la Fédération marocaine (FRMF) a dit avoir recensé plus d'une trentaine d'incidents en première et deuxième divisions.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130424095748 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130424095748 from 172.16.0.100