Extension Factory Builder
23/04/2013 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le footballeur Zahir Belounis. Le footballeur Zahir Belounis. © DR

Bloqué à Doha, le footballeur franco-algérien Zahir Belounis est toujours en procès avec le club qatari d’Al-Jaish, qui lui doit près de vingt-trois mois de salaire. Il est soutenu par l’ambassade de France à Doha. Mais sa situation ne s’améliore pas.

Jeune Afrique : Où en êtes-vous dans votre bras de fer avec Al-Jaish ?

Zahir Belounis : C’est une histoire de dingues ! Il y a eu une audience il y a quelques semaines, durant laquelle Youssef Dasmal, le directeur sportif d’Al-Jaish, a dit que je n’appartenais plus au club, parce que ce dernier avait changé de nom entre-temps [son ancienne appellation était Military Sport Association, NDLR]. C’est absurde comme prétexte. Du coup, la prochaine audience a été fixée au 24 mai prochain. Avec mes avocats, nous avons commencé à fournir les documents qui prouvent que je suis sous contrat jusqu’au 30 juin 2015. Et nous avons d’autres éléments. Je fais confiance à la justice du Qatar.

>> À lire sur le même sujet : "Belounis, un footballeur retenu contre sa volonté au Qatar

Quelle est l’attitude de l’ambassade de France ?

Elle est derrière moi. Je suis en contact régulier avec madame le Consul. Mais le problème, c’est que les Qataris ne veulent pas me délivrer mon visa de sortie. Du moins tant que je n’ai pas retiré ma plainte. Et face à ce refus de me délivrer ce document, l’ambassade ne peut rien faire !

Franchement, ma carrière en prend un coup. Mais je ne retirerai jamais ma plainte !

Les Qataris vous ont-ils proposé un accord à l’amiable ?

Oui, mais il n’atteint même pas 10 % de la somme que je demande, et toujours à condition que je retire ma plainte. L’ambassade a demandé alors qu’ils fassent une proposition écrite. Ils ont répondu : « Faites-nous confiance… » On a senti le coup venir. J’aurais retiré ma plainte, obtenu mon visa de sortie, mais je n’aurais rien touché !

Le Qatar et la France entretiennent des relations très étroites…

(Il coupe) J’ai une double impression. J’ai cru que ces bonnes relations entre les deux pays favoriseraient le règlement de ma situation. Mais j’ai maintenant le sentiment mon dossier ne bouge pas, justement pour ne pas gêner ces relations. Je ne demande que ce que l’on me doit !

Les Qataris sont revenus me chercher en France alors que j’étais en fin de contrat, et maintenant, ils veulent me jeter ? Mais à quoi servent les contrats alors ? Je ne peux plus me déplacer librement, je ne peux plus travailler, j’ai 33 ans… Qui voudra d’un joueur qui n’a plus joué depuis des mois ? Franchement, ma carrière en prend un coup. Mais je ne retirerai jamais ma plainte !

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Vidéo - Présidentielle algérienne : Bouteflika s'est rendu au bureau de vote en fauteuil roulant

Vidéo - Présidentielle algérienne : Bouteflika s'est rendu au bureau de vote en fauteuil roulant

L'élection présidentielle algérienne se tient ce jeudi. Le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, a fait sa première apparition publique depuis 2012.[...]

Algérie : ouverture des bureaux de vote, apparition publique de Bouteflika attendue

Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes ce jeudi. Le président sortant – et favori -, Abdelaziz Bouteflika, affaibli par la maladie, devrait faire sa première apparition publique[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La jeunesse algérienne tentée par le boycott massif de la présidentielle

Un des enjeux majeurs de la présidentielle algérienne du 17 avril est le taux de participation. Maintes fois appelée à s'exprimer, la jeunesse risque de ne pas se bousculer dans les bureaux de vote.[...]

Algérie - Ali Benflis : "Mon principal adversaire est la fraude, et j'ai un plan pour la faire échouer"

Alors que tout semble joué d'avance pour le président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, son principal adversaire, Ali Benflis, prévient d'ores et déjà que lui et ses partisans[...]

Cevital autorisé à reprendre le français FagorBrandt

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé la reprise de FagorBrandt par Cevital. Le groupe algérien reprend notamment deux sites industriels, et 1 200 salariés.[...]

Algérie : les accusations de fraude se multiplient avant la présidentielle

À quarante-huit heures du scrutin présidentiel prévu le 17 avril en Algérie, les voix s'élèvent déjà pour dénoncer la fraude en faveur d'Abdelaziz Bouteflika, le[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Algérie : sept femmes qui font bouger le pays

Elles sont médecin, styliste, ingénieure ou web entrepreneuse. Elles animent sociétés, associations, réseaux. Elles ont la pêche, ces Algériennes.[...]

Algérie : une meilleure couverture sanitaire, mais...

Construction de centres de soins, formation du personnel médical... L'Algérie se dote d'une meilleure couverture sanitaire. Reste un point noir : la mortalité infantile.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers