Extension Factory Builder
22/04/2013 à 12:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Enza-Yamissi : 'Rien ne dit que Djotodia ne s’accrochera pas au pouvoir'. Enza-Yamissi : "Rien ne dit que Djotodia ne s’accrochera pas au pouvoir". © DR

Le footballeur Éloge Enza-Yamissi (30 ans), capitaine de la Centrafrique et de Troyes (France, Ligue 1), tient à s’exprimer sur la situation de son pays, récemment secoué par un coup d’État et toujours en proie à la violence. Le sportif centrafricain le plus connu milite pour une intervention française et l’organisation d’une élection présidentielle dans les prochains mois.

« La première priorité est de ramener le calme et la paix en Centrafrique. Mais cela n’en prend pas le chemin. Il y a des armes qui circulent, car les gens ont été armés pour combattre les rebelles de la Séléka. Il y a des crimes, des pillages et des viols, les gens ne savent plus vraiment qui est civil et qui est militaire. Il y a un vrai sentiment d’insécurité. Mon père, qui habite Bangui, me donne des nouvelles pas toujours rassurantes.

À l’heure actuelle, l’armée centrafricaine ne me semble pas du tout en mesure de ramener le calme. C’est pour cela que je souhaite une intervention de la France, avec l’aide d’une force africaine [la Force multinationale d’Afrique centrale, Fomac, NDLR]. À l’heure actuelle, il n’y a que Paris qui puisse vraiment contribuer à sécuriser le pays. Mais je sais que Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a dit que la France n’interviendrait que si les autorités en place étaient reconnues. Et ce n’est pas le cas.

Le président de transition, Michel Djotodia, n’est pas reconnu par la France. Il ne l’est pas non plus par tous les Centrafricains. Djotodia a dit qu’il allait organiser une élection présidentielle d’ici à dix-huit mois, et qu’il ne resterait pas au pouvoir. D’abord, rien ne dit qu’il ne s’accrochera pas au pouvoir, et qu’il ne reportera pas l’élection. Cela s’est déjà vu en Afrique, et notamment en Centrafrique.

Je pense qu’il faudrait organiser la présidentielle beaucoup plus rapidement. D’ici quatre ou cinq mois.

Mais surtout, ce que je ne comprends pas, c’est ce délai de dix-huit mois. C’est beaucoup trop long ! Je pense qu’il faudrait organiser le scrutin beaucoup plus rapidement. D’ici quatre ou cinq mois. Car il faut aussi laisser du temps à l’opposition, qui est aujourd’hui complètement désorganisée et qui a peur.

Je suis inquiet pour mon pays, qui est très pauvre malgré certaines richesses. Car l’argent, où va-t-il ? Pas dans les hôpitaux, ni dans les écoles, les collèges ou les lycées, ni pour améliorer l’état des routes ou des ponts…

En revanche, je ne suis pas inquiet pour les rapports entre chrétiens et musulman (Djotodia est musulma, NDLR). Les deux communautés ont toujours vécu ensemble sans problèmes. Non, vraiment, ce qui me préoccupe, c’est cette violence. Les Centrafricains ne possèdent pas grand-chose, et il ne faut pas qu’ils détruisent tout !

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

NB : Eloge Enza-Yamissi fait partie, avec quelques joueurs centrafricains dont son frère Manasse, qui joue à  Petrolul Ploiesti (Roumanie) et Geoffrey Lembet (Sedan), de l’association Meilleure vision de Centrafrique, créée par Derrick Mohanda, et qui vient en aide aux orphelins.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, la grande majorité des groupes armés de la crise centrafricaine était[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers