Extension Factory Builder
22/04/2013 à 12:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Enza-Yamissi : 'Rien ne dit que Djotodia ne s’accrochera pas au pouvoir'. Enza-Yamissi : "Rien ne dit que Djotodia ne s’accrochera pas au pouvoir". © DR

Le footballeur Éloge Enza-Yamissi (30 ans), capitaine de la Centrafrique et de Troyes (France, Ligue 1), tient à s’exprimer sur la situation de son pays, récemment secoué par un coup d’État et toujours en proie à la violence. Le sportif centrafricain le plus connu milite pour une intervention française et l’organisation d’une élection présidentielle dans les prochains mois.

« La première priorité est de ramener le calme et la paix en Centrafrique. Mais cela n’en prend pas le chemin. Il y a des armes qui circulent, car les gens ont été armés pour combattre les rebelles de la Séléka. Il y a des crimes, des pillages et des viols, les gens ne savent plus vraiment qui est civil et qui est militaire. Il y a un vrai sentiment d’insécurité. Mon père, qui habite Bangui, me donne des nouvelles pas toujours rassurantes.

À l’heure actuelle, l’armée centrafricaine ne me semble pas du tout en mesure de ramener le calme. C’est pour cela que je souhaite une intervention de la France, avec l’aide d’une force africaine [la Force multinationale d’Afrique centrale, Fomac, NDLR]. À l’heure actuelle, il n’y a que Paris qui puisse vraiment contribuer à sécuriser le pays. Mais je sais que Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a dit que la France n’interviendrait que si les autorités en place étaient reconnues. Et ce n’est pas le cas.

Le président de transition, Michel Djotodia, n’est pas reconnu par la France. Il ne l’est pas non plus par tous les Centrafricains. Djotodia a dit qu’il allait organiser une élection présidentielle d’ici à dix-huit mois, et qu’il ne resterait pas au pouvoir. D’abord, rien ne dit qu’il ne s’accrochera pas au pouvoir, et qu’il ne reportera pas l’élection. Cela s’est déjà vu en Afrique, et notamment en Centrafrique.

Je pense qu’il faudrait organiser la présidentielle beaucoup plus rapidement. D’ici quatre ou cinq mois.

Mais surtout, ce que je ne comprends pas, c’est ce délai de dix-huit mois. C’est beaucoup trop long ! Je pense qu’il faudrait organiser le scrutin beaucoup plus rapidement. D’ici quatre ou cinq mois. Car il faut aussi laisser du temps à l’opposition, qui est aujourd’hui complètement désorganisée et qui a peur.

Je suis inquiet pour mon pays, qui est très pauvre malgré certaines richesses. Car l’argent, où va-t-il ? Pas dans les hôpitaux, ni dans les écoles, les collèges ou les lycées, ni pour améliorer l’état des routes ou des ponts…

En revanche, je ne suis pas inquiet pour les rapports entre chrétiens et musulman (Djotodia est musulma, NDLR). Les deux communautés ont toujours vécu ensemble sans problèmes. Non, vraiment, ce qui me préoccupe, c’est cette violence. Les Centrafricains ne possèdent pas grand-chose, et il ne faut pas qu’ils détruisent tout !

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

NB : Eloge Enza-Yamissi fait partie, avec quelques joueurs centrafricains dont son frère Manasse, qui joue à  Petrolul Ploiesti (Roumanie) et Geoffrey Lembet (Sedan), de l’association Meilleure vision de Centrafrique, créée par Derrick Mohanda, et qui vient en aide aux orphelins.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Hervé Ladsous : 'En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015'

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de mainti[...]

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Les jours du camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko sont-ils comptés ? Du côté de la Minusca ou du gouvernement centrafricain, l'installation dérange et les acteurs humanitaires[...]

Centrafrique : toujours 182 986 déplacés internes et 420 000 réfugiés dans les pays voisins

182 986 déplacés internes. 420 000 réfugiés dans les pays voisins. Le point sur la situation humanitaire en Centrafrique, mi-décembre 2014, un peu plus d'un an après l'entrée en[...]

Centrafrique : 28 morts dans des affrontements à Mbrès

De violents affrontements sont en cours depuis mardi entre des éléments anti-balaka et ex-Séléka. 28 personnes sont mortes à Mbrès, une ville située à 300 km au nord de[...]

Centrafrique - Martin Ziguélé : "Le dialogue, oui, l'impunité, jamais !"

Martin Ziguélé, ancien Premier ministre d'Ange-Félix Patassé, est l'un des plus sérieux candidats à l'élection présidentielle de 2015 en Centrafrique. Ses[...]

Centrafrique : la justice française ouvre une enquête préliminaire sur François Bozizé

La justice française a récemment ouvert une enquête préliminaire à Paris après une plainte des autorités centrafricaines accusant l'ancien président François[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

En Centrafrique, la croix et le warga

Mélanie Soiron-Fallut est anthropologue.[...]

Pour un dialogue strictement inclusif en Centrafrique

François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (2003-2013).[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers