Extension Factory Builder
05/04/2013 à 08:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les errements des policiers et des politiciens hypothèquent l'avenir de la jeunesse malienne. Les errements des policiers et des politiciens hypothèquent l'avenir de la jeunesse malienne. © AFP

Triste spectacle à Bamako, où une nouvelle fusillade entre policiers rivaux a éclaté, dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 avril. Quelques heures plus tôt, le gouvernement se montrait pourtant confiant sur l'organisation d'élections en juillet.

Le Mali n’en a pas fini de souffrir de ses forces de « sécurité ». Dans la nuit de jeudi à vendredi, des policiers membres de deux syndicats rivaux se sont violemment affrontés pendant deux heures à l'intérieur du camp du Groupement mobile de sécurité (GMS). Il y aurait au moins quatre blessés par balles, selon l’un des syndicats, ce que le second a nié.

Les deux organisations s’opposent frontalement depuis septembre 2012 pour des promotions controversées, car accordées uniquement à certains policiers réputés proches e la junte malienne du capitaine Sanogo, responsable du coup d'État du 22 mars 2012… « Nous étions à l'intérieur du GMS pour mettre sur pied une nouvelle section syndicale de la police quand les policiers de l'autre syndicat qui ont eu des promotions (...) ont commencé par tirer sur nous. Il y a eu quatre blessés par balle dans nos rang », a affirmé le sergent Jean Ambroise Samaké.

« Ce qui est arrivé est de leur faute. Ils ont aussi tiré, ce sont des aigris », a répliqué Drissa Samaké dit Roger, du syndicat accusé d'être proche des putschistes, qui a démenti le bilan de quatre blessés par balles. Trois responsables du syndicat adverse, dont Jean Ambroise Samaké, se seraient néanmoins rendus dans les locaux d'une représentation diplomatique de Bamako pour éviter des représailles.

Violences récurrentes

Ce n’est pas la première fois que des heurts surviennent entre les corps habillés du GSM, où les riverains se disent volontiers exaspérés par ces violences récurrentes. Le 26 septembre 2012 des premiers affrontements avaient fait deux blessés, dont un par balle, selon le bilan du gouvernement. Les promotions en cause avaient ensuite été annulées par le président par intérim, Dioncounda Traoré. Rebelote, en novembre 2012, quand avait eu lieu un rapt de quatre policiers dont une femme, qui séquestrés au GMS avant d’être relâchés le lendemain à la suite d'une médiation d'une organisation musulmane.

Ce climat de tension au sein de la police malienne – alors que la situation au nord est toujours très instable - n’empêche pas les autorités de Bamako de confirmer la date des élections générales, prévues pour juillet, à la suite des propos controversés du président français, François Hollande. « Nous n'avons aucun doute par rapport à cette date » (qui n'est cependant pas fixée...), a encore affirmé, jeudi, le ministre malien de l'Administration du territoire, le colonel Moussa Sinko Coulibaly.

Celui-ci s'exprimait à l'issue d'une réunion sur la préparation des élections, dirigée par le Premier ministre malien Diango Cissoko. « Nous avons suffisamment de financement à ce jour pour nous permettre d'envisager sereinement les échéances de juillet afin de conduire les élections. Nous allons probablement organiser d'abord la présidentielle et si c'est possible, coupler (avec les législatives), mais pour le moment, nous sommes en train d'envisager plusieurs options », a précisé Moussa Sinko Coulibaly, sans plus de détail.

76 millions d'euros

Récemment, à l'antenne d'une radio, il avait estimé à « environ 50 milliards de FCFA » (plus de 76 millions d'euros) le coût de l'organisation des élections. Le ministre a enfin évoqué 6,9 millions électeurs « potentiels », et indiqué que le fichier électoral sera « en principe » biométrique, c'est-à-dire avec l'utilisation de la photo et des empreintes digitales de l'électeur sur sa carte. « Nous allons identifier les électeurs à partir du dernier recensement administratif à vocation d'état civil. (...) Une petite relecture de la loi électorale est nécessaire pour nous permettre d'introduire ces changements dans la loi », a-t-il ajouté.

Selon lui, « les déplacés [seront inscrits] dans les bureaux de vote de leur choix » afin de leur permettre de participer au vote. Et « pour les réfugiés (dans les pays voisins), nous sommes en contact avec la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, et le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) pour voir comment permettre à nos compatriotes de voter en juillet », a-t-il dit. Selon l'ONU, il y avait fin mars plus de 470 000 Maliens déplacés à l'intérieur du pays ou réfugiés dans des pays voisins.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers