Extension Factory Builder
04/04/2013 à 19:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président français François Hollande, le 4 avril 2013 à Rabat. Le président français François Hollande, le 4 avril 2013 à Rabat. © AFP

Lors de son voyage officiel au Maroc, François Hollande a tenu à saluer les "pas décisifs" que le royaume chérifien accomplit "chaque jour".

François Hollande, en visite d’État au Maroc les 3 et 4 avril, a félicité le royaume dans un discours devant le Parlement à Rabat. « Le message, il est simple : La France a confiance dans le Maroc », a-t-il déclaré, ajoutant que le pays s’affirmait comme « un pays de stabilité et de sérénité ».

Un hommage « à la volonté réformatrice du roi Mohammed VI » a également été rendu par le président français. Il a notamment évoqué l'adoption, à l'été 2011, d'une nouvelle Constitution dans le contexte de crise du Printemps arabe, laquelle garantit selon lui « la tolérance » et « reconnaît le caractère multiple de l'identité marocaine ».

Le président français a minimisé les reproches régulièrement faits au pouvoir marocain en misant sur les vertus du temps. « Sûrement, tout ne va pas aussi vite que certains le voudraient, il y a toujours des critiques, des améliorations, c'est votre responsabilité. Et notre devoir, c'est de vous accompagner », a-t-il lancé, ajoutant qu’« il y a des impatiences partout (...) mais je sais que vous avez la volonté de faire face et de réaliser ce que vous avez promis aux Marocains ».

"Lien affectif"

Le chef de l’État français a continué en insistant sur la bonne voie empruntée par le royaume. « Le Maroc maîtrise son propre changement, et ce n'est pas facile », a-t-il relevé, en référence aux printemps arabes « qui sont prometteurs et en même temps porteurs de risques ». François Hollande a enfin souligné le lien affectif « profond » entre la France et le Maroc. « Je viens, au nom de toute la France, vous dire combien je suis fier de la relation avec le Maroc », a-t-il clamé.

Parenthèse au retentissant scandale de l’affaire Cahuzac qui a entaché sa visite, le président français a néanmoins pu savourer à Rabat l'ovation debout que lui ont réservée les parlementaires lorsqu’il a parlé du Sahara occidental, ex-colonie espagnole revendiquée par les indépendantistes du Polisario. Un plan d’autonomie a été présenté en 2007 auquel François Hollande a apporté son soutien en précisant que celui-ci « prévoit un statut de large autonomie pour la population » et que « c'est une base et sérieuse et crédible en vue d'une solution négociée ».

Droits de l'homme

Par ailleurs, ces derniers jours, les ONG Human Rights Watch et Reporters sans frontières avaient exhorté le président français à soulever la question des droits de l’homme au cours de sa visite. La position en retrait de François Hollande à ce sujet n’a pas dû répondre à leurs espérances. Mais, en conférence de presse, il a évoqué un « processus lent », en insistant sur les récents « progrès pour la population », tout en reconnaissant l’existence de « problèmes particuliers. » Il a aussi développé son propos sur la liberté d’expression. « Je dis aux autorités marocaines, et là aussi sans vouloir faire la leçon », il s'agit d'« un principe fondamental de la démocratie. »

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex