Extension Factory Builder
04/04/2013 à 18:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Images Twitter de Fababy, Youssoupha, Barack Adama et Mokobé. Images Twitter de Fababy, Youssoupha, Barack Adama et Mokobé. © DR/Montage JA

Pour les personnalités politiques, Twitter est devenu un véritable enjeu de pouvoir et de communication. Mais sur le continent, les équipes qui se disputent la domination de la twittosphère sont des célébrités du rap. Tour d’horizon, en tweets et en musique, des "leaders d’opinion" de l’Afrique subsaharienne.

La guerre n’est pas déclarée. Même virtuellement. Mais, sur Twitter, le match des équipes subsahariennes et francophones, et des hashtags qu'elles véhiculent, est bel et bien lancé. Sénégalais de la #team221, Ivoiriens de la #team225 ou encore Congolais de la #team243 rivalisent sur le site de microblogging. À tel point que chacun de ces trois hashtags est utilisé plus de 10 000 fois par mois.

Plusieurs dizaines de milliers de mentions qui ont consacré un cercle restreint de leaders d’opinion, comme le montrent les chiffres fournis par le site CyBranding, qui mesure l’influence des twittos en fonction du hashtag utilisé. Plus suivis, plus « partagés », en clair plus influents, ces utilisateurs se sont offert une place de choix au centre de la twittosphère d’Afrique subsaharienne. Leur point commun : ils sont presque tous issus du milieu du rap. Présentation en tweets, et en musique, du quatuor dominant.

Fababy, patron de la #team225

La #team225, c’est en grande partie lui : @Fababy93. Né Fabrice Ayékoué le 24 janvier 1988 à Paris, ce rappeur de 24 ans, d’origine ivoirienne et protégé de La Fouine, Fafaby ne compte ni ses tweets (près de 35 000), ni ses followers, qui sont plus de 80 000. Autopromo, autocongratulation, commentaires… tout y passe, de l’insignifiante remarque sur une nouvelle coupe de cheveux à un extrait de morceau en avant-première.

Le « patron » de la #team225 fait sensation parmi les twittos ivoiriens, lui et ses textes dans lesquels il multiplie les allusions à l’Afrique, comme dans le titre Avec le cœur, où il évoque « un éléphant d’Afrique, orange, blanc et vert ». Limpide.

Mokobé, du 113 au 243, en passant par le 223

À 37 ans, Mokobé Traoré, dit Mokobé, a fait du chemin. Né le 24 mai 1976, de mère d'origine malienne mauritanienne et de père d'origine malienne et sénégalaise, il est l’un des des membres fondateurs du trio 113 et s’est également produit en solo avec un album consacré au continent africain, Mon Afrique, en 2007, dans lequel il rassemblait notamment Youssou N'Dour, Tiken Jah Fakoli ou encore Amadou et Mariam, Diam's et Booba.

[EPK] Mokobe "Mon Afrique" from kitsuney on Vimeo.

Fait Chevalier de l’Ordre national du Mali, le 11 septembre 2009, il n’en fallait pas davantage pour faire de lui l'un des twittos les plus influents, autour du hashtag #team223, en référence au Mali, mais également de #team243, pour la RDC. @Mokobe113, c’est plus de 40 000 tweets et près de 160 000 abonnés. Une taille "patron".

Barack Adama, "Africain déterminé" de la #team221

Si Mokobé a des origines sénégalaises, il ne fait pourtant pas partie des twittos les plus influents du hashtag #team221 (toujours en référence au code téléphonique du pays), qui est utilisé environ 30 000 fois par mois. Il est même supplanté, au centre de l’équipe sénégalaise, par un autre « enfant » du rap : Barack Adama. De son vrai nom Adama Diallo, né le 21 décembre 1985 à Paris, ce membre du collectif Sexion d'Assaut a conquis, au-delà du Sénégal et aux côtés, notamment, de Bmesrimes (@Bmesrimes), la RDC et la Guinée.

D'ascendance peule, Barack Adama revendique dans certains de ses titres son origine sénégalaise, comme dans A.D (Africain déterminé) ou encore Africain : « J'viens d'ici et j'suis Sénégalais/J'viens de France, mon enfance, moi j'vais pas t'l'étaler/J'repense souvent à l'Afrique, j'aimerais la voir décoller ». « Déterminé » et, surtout, influent, il rassemble déjà plus de 70 000 abonnés.

Youssoupha, fils de Kin

Dernier membre du quatuor, Youssoupha est en pleine ascension. Né le 29 août 1979 à Kinshasa, le fils de Tabu Ley Rochereau, artiste de rumba congolaise, a notamment fait les premières parties de plusieurs rappeurs américains tels que 50 Cent, Snoop Dogg ou Eminem. En mars 2007, il sort son premier album solo intitulé À chaque frère après avoir un temps envisagé de l'appeler Négritude.

Avec ses 186 000 abonnés, Youssoupha, alias Bakary Potter sur Twitter, ne brille pas que dans les jeux de mots. En piste pour le titre de révélation francophone de l’année aux NRJ Music Awards 2013, il avait également été à l’origine du hashtag #lundilingala dont le but était de démontrer la forte présence de la communauté congolaise sur Twitter. 

-----------------------------------------

Par Mathieu Olivier

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Approché par Bastia (France, Ligue 1), Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire n’est plus certain de rester à la tête des Éléphants. À cause, s[...]

Côte d'Ivoire : le FPI valide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti

Le comité de contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) a validé mercredi la candidature de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la présidence du parti, a appris "Jeune[...]

Cameroun - Togo : le général Germanos de retour ?

Condamné à Paris en 2010 pour détention d'images pédopornographiques, le général français Raymond Germanos a récemment séjourné au Cameroun où il a[...]

Burundi : Mbonimpa, Rufykiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

Burkina Faso : les civils au garde-à-vous ?

Depuis le départ de Blaise Compaoré, le pays, en pleine transition, s'est doté d'un exécutif bicéphale. À la présidence, Michel Kafando le diplomate ; à la primature,[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

Burkina : 24 morts et 625 blessés dans l'insurrection populaire contre Blaise Compaoré

Selon un comité d'experts désigné par le Premier ministre Zida, 24 personnes sont mortes et 625 ont été blessées à travers le pays entre fin octobre et début novembre,[...]

Indice "Happy Planet" : souriez, vous êtes classés !

À l’"indice de développement humain" du Programme des Nations-unies (Pnud), la New Economics Foundation oppose l’"indice de la planète heureuse". L’Afrique est-elle[...]

Burkina : Moustapha Chafi, un nomade à découvert

Moustapha Chafi ne se mêlait pas de politique intérieure, mais ce conseiller de l'ombre a perdu, le 31 octobre, son principal protecteur en la personne de Blaise Compaoré.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers