Extension Factory Builder
04/04/2013 à 12:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Gbagbo (c) devant la CPI à La Haye, le 19 février 2013. Laurent Gbagbo (c) devant la CPI à La Haye, le 19 février 2013. © AFP

Dans son dernier rapport rendu public jeudi 4 avril, Human Rights Watch (HRW) épingle la Cour pénale internationale (CPI) et les autorités judiciaires ivoiriennes, qui n'ont jusque là poursuivi que des pro-Gbagbo dans le cadre de la crise postélectorale de 2010-2011.

« L'approche à sens unique adoptée par la CPI [Cour pénale internationale] a légitimé la mise en œuvre de la même approche par les autorités judiciaires ivoiriennes et porté atteinte à l'image en Côte d'Ivoire de la CPI en tant qu'institution impartiale ». Dans son dernier rapport de 82 pages, intitulé « Transformer les discours en réalité : l'heure de réclamer des comptes pour les crimes internationaux graves perpétrés en Côte d'Ivoire » et rendu public jeudi 4 avril, Human Rights Watch (HRW) n’épargne ni la CPI, ni les autorités ivoiriennes.

Pour HRW, si le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara clame régulièrement son refus de « l'impunité » et d'une « justice des vainqueurs », il n'a pas jusqu'à présent démontré son intention d'inquiéter ceux qui l'ont porté au pouvoir. À Abidjan, sur « plus de 150 personnes qui ont été inculpées pour des crimes perpétrées lors des violences postélectorales, aucun des inculpés ne provient des forces pro-Ouattara », souligne le rapport d'HRW, relevant « les efforts inégaux déployés par la Côte d'Ivoire pour réclamer des comptes aux responsables des crimes internationaux graves » commis pendant la période.

Dangereux héritage

« Si la Côte d'Ivoire veut rompre avec son dangereux héritage qui permet aux personnes proches du gouvernement d'être à l'abri de la justice, il faut qu'elle engage des poursuites crédibles à l'encontre des responsables de crimes appartenant aux deux camps impliqués dans le conflit postélectoral », avertit l'ONG.

HRW le répète, la CPI a « légitimé » la mise en place d'une justice « partiale » contre l'ex-président Laurent Gbagbo et ses proches. L'organisation de défense des droits de l'Homme souligne que la Cour n'a délivré publiquement que deux mandats d'arrêt, à l'encontre de Laurent Gbagbo et de son épouse Simone, tous deux accusés de crimes contre l'humanité pendant les violences postélectorales de 2010-2011.

HRW appelle ainsi la CPI « à rapidement enquêter sur les crimes commis par des individus appartenant au camp (du président Alassane) Ouattara » pour rétablir sa « légitimité ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130404111211 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130404111211 from 172.16.0.100