Extension Factory Builder
04/04/2013 à 09:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président français François Hollande à son arrivée à Casablanca le 3 avril 2013. Le président français François Hollande à son arrivée à Casablanca le 3 avril 2013. © AFP

Le président français François Hollande a débuté, dans l'après-midi du mercredi 3 avril, une visite d'État au Maroc destinée à conforter les bonnes relations entre les deux pays. Un voyage diplomatique largement eclipsé, cependant, par la mise en examen de l'ex-ministre français du Budget Jérôme Cahuzac.

François Hollande est arrivé à Casablanca mercredi en début d'après-midi. Accueilli sur le tarmac de l'aéroport par le roi Mohammed VI, il affichait un visage grave et fermé. Avant son départ de Paris, le président français avait tenté de déminer le terrain politique, au lendemain des révélations fracassantes de son ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, qui a avoué disposer depuis 20 ans d'un compte à l'étranger et qui a été inculpé pour blanchiment de fraude fiscale.

Le chef de l'État a annoncé plusieurs mesures pour assurer l'« exemplarité totale » des responsables publics. Il a en outre affirmé que Jérôme Cahuzac n'avait « bénéficié d'aucune protection de l'État ». Mais les aveux de l'ancien pilier du gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont provoqué un énorme choc dans l'ensemble de la classe politique à Paris. Le Premier ministre a essuyé, dans l'après-midi, à l'Assemblée nationale, le feu roulant des questions de l'opposition, qui lui demande des comptes et juge insuffisante la réaction de l'Élysée. Si François Hollande a condamné dès mardi « une impardonnable faute morale », impossible pour lui d'éviter que l'affaire ne pollue sa visite au Maroc.

Son séjour marocain n'a pour autant pas été chamboulé, y compris dans son objectif : la France entend conforter « une relation de haut niveau » avec Rabat, son principal allié au Maghreb. Mais toute prise de parole de François Hollande est guettée : devant la communauté française, en début de soirée, le chef de l'État a soigneusement évité de s'exprimer sur le scandale. Une conférence de presse est prévue à Rabat jeudi soir, au terme de sa visite. À son arrivée au Maroc, le président français a eu le droit à un « accueil populaire » sur une place du centre de Casablanca, recouverte pour l'occasion de tapis marocains, mais les Français du Maroc ne se sont pas déplacés en masse pour le rencontrer.

Trente contrats

Les deux chefs d'État ont ensuite pris la direction du palais royal, pour un entretien, avant la cérémonie de signature d'une trentaine d'accords et contrats, en particulier dans le domaine des transports (ferroviaire, tramway, métro, ligne à grande vitesse), de l'agroalimentaire, du traitement de l'eau et des énergies renouvelables.

La France est le premier partenaire économique du Maroc et, outre un cortège de ministres et de conseillers, le chef de l'État était accompagné d'une soixantaine de patrons. Quelque 750 entreprises françaises, dont 36 des 40 sociétés du CAC 40, sont présentes dans le royaume. François Hollande a d'ailleurs inauguré une station d'épuration gérée par une filiale de GDF-Suez, la Lydec, un projet pilote qui permettra le traitement de 3 800 m3 d'eaux usées par jour pour l'agglomération de Casablanca, mégalopole de près de cinq millions d'habitants.

Mali et Sahara occidental

Jeudi, après une visite de la grande mosquée Hassan II, François Hollande se rendra à Rabat, où il développera devant des chefs d'entreprises français et marocains l'idée de « colocalisation », sorte de partenariat censé générer des emplois dans les deux pays. Après des entretiens avec le chef du gouvernement islamiste Abdelilah Benkirane, le président français prononcera un discours devant le Parlement, l'occasion selon son entourage de « s'exprimer sur les grands sujets de l'heure » : Syrie, Mali, Printemps arabes, processus de paix au Proche-Orient.

Le président français devrait notamment saluer la voie choisie par le Maroc durant le Printemps arabe et « les positions très nettes » du roi en faveur de l'intervention française au Mali. Concernant le Sahara occidental, ex-colonie espagnole que Rabat contrôle mais qui est revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario, la position de la France reste la même : Paris soutient le plan d'autonomie marocain comme « base sérieuse et crédible » de discussion et souhaite une « solution négociée dans le cadre de l'ONU ».

En prélude à ce voyage, les ONG Human Rights Watch (HRW) et Reporters sans frontières (RSF) ont de leur côté exhorté François Hollande à aborder la question des droits de l'Homme avec ses interlocuteurs marocains.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130404083859 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130404083859 from 172.16.0.100