Extension Factory Builder
02/04/2013 à 21:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. © DR

La défaite du Maroc en Tanzanie (1-3, le 24 mars) en qualifications pour la Coupe du monde 2014 continue de provoquer des remous. Si l’ancien sélectionneur Abdelkhalek Louzani estime qu’il faut changer les structures, l’ex-international et président du syndicat des joueurs depuis 2007, Mustapha El-Haddaoui, appelle au départ de Rachid Taoussi, le coach des Lions de l’Atlas.

Les nerfs sont à vif au Maroc. L’échec de la sélection nationale en Tanzanie, à peine deux mois après une élimination au premier tour de la CAN 2013, a un peu plus crispé l’atmosphère. Environ six mois après sa nomination à la tête des Lions de l’Atlas, Rachid Taoussi voit sa situation devenir difficilement tenable, alors qu’une assemblée générale de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est prévue courant avril.

Mustapha El-Haddaoui, ancien international (46 sélections), ancien entraîneur du Maghreb de Fès et ex-sélectionneur des Lions locaux (2010), et président du syndicat des joueurs depuis 2007, affirme sans détours que le moment est venu de se séparer de Taoussi. « Il a brûlé ses cartouches. Il met minable le foot marocain, et ça ne peut plus durer !  Il doit partir ! »

L’ancien milieu de terrain de Saint-Etienne, Nice et Lens, qui a participé à deux Coupes du Monde avec son pays (1986, 1994) a beaucoup de choses à reprocher au successeur d’Eric Gerets. « Il est complètement perdu. Il n’ya aucune cohérence dans ce qu’il fait. Après le match en Tanzanie, il a violemment chargé les joueurs. Mais qui fait la liste ? C’est bien lui, non ? Il change sans arrêt d’équipe. Ou alors, quelqu’un lui impose ses choix. Il a retenu des joueurs qui évoluent au Maroc, et qui n’ont quasiment aucune expérience internationale. Il les a grillés ! J’avais de la peine pour eux. »

Problème de communication

Bouillant, El-Haddaoui s’étonne des choix tactiques de Taoussi, coupable à ses yeux d’avoir laissé trop longtemps sur le banc de touche de Dar-es-Salam Nordin Amrabat (Galatasaray Istanbul, TUR) et Youssef El Arabi (Grenade, ESP).

« Ce sont des joueurs qui évoluent dans de bons championnats, meilleurs que celui du Maroc, et ils ne rentrent qu’à la fin du match. Techniquement, tactiquement, Taoussi fait n’importe quoi, et son staff technique est trop inexpérimenté. En Tanzanie, la prestation de la sélection a été minable, et il n’assume pas ses erreurs. Il n’a pas de courage, et il ne supporte pas d’être critiqué, hormis par quelques anciens sélectionneurs. Et en plus, sa communication n’est pas bonne. » De fait, Jeune Afrique a multiplié ces derniers mois - et pas plus tard que le 26 mars - les demandes d’interview de Taoussi (et d’Eric Gerets auparavant) auprès du service presse de la fédération… sans succès.

Refonte du football marocain

L’un des anciens coaches du Maroc, Abelkhalek Louzani, plaide de manière plus nuancée pour une refonte des bases du football marocain (comme d'ailleurs Abdessalam Ouaddou). « À l’heure actuelle, aucun sélectionneur, même le meilleur, ne pourrait réussir. Il faut une vraie formation des jeunes et des cadres, une vraie direction technique nationale et un championnat un peu plus vendable. Les clubs, la fédération doivent jouer leur rôle. C’est plus une question de savoir-faire que de volonté », explique-t-il.

El-Haddaoui ne contredit pas ce point de vue. Mais pour lui, la première urgence est de se séparer de Taoussi. « Cela ne sert à rien de s’entêter. Il faut nommer quelqu’un d’autre rapidement, pour préparer la suite des qualifications et surtout la CAN 2015. Pourquoi pas Badou Zaki [ex-coach des Lions de 2002 à 2006, et dont le nom revient, NDLR], qui fait du bon travail avec le WAC Casablanca, et qui connaît bien la maison ? » suggère-t-il.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à remett[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Maroc : quand le PAM fait sa mue

Créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi du maroc, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tente de se donner une nouvelle image. Notamment en multipliant les incursions sur le[...]

Sahara : l'autonomie, sinon rien

L'arrivée au pouvoir en 1999, à trois mois d'intervalle, d'Abdelaziz Bouteflika et de Mohammed VI avait suscité l'espoir raisonné d'un new deal entre les deux frères ennemis du[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

L'Inquisition en scooter

Voici, pour dire adieu au ramadan, une petite histoire qui s'est déroulée à Amsterdam, la semaine dernière. Elle met en jeu une famille marocaine vivant au Maroc et qui passe les vacances[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers