Extension Factory Builder
02/04/2013 à 21:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. © DR

La défaite du Maroc en Tanzanie (1-3, le 24 mars) en qualifications pour la Coupe du monde 2014 continue de provoquer des remous. Si l’ancien sélectionneur Abdelkhalek Louzani estime qu’il faut changer les structures, l’ex-international et président du syndicat des joueurs depuis 2007, Mustapha El-Haddaoui, appelle au départ de Rachid Taoussi, le coach des Lions de l’Atlas.

Les nerfs sont à vif au Maroc. L’échec de la sélection nationale en Tanzanie, à peine deux mois après une élimination au premier tour de la CAN 2013, a un peu plus crispé l’atmosphère. Environ six mois après sa nomination à la tête des Lions de l’Atlas, Rachid Taoussi voit sa situation devenir difficilement tenable, alors qu’une assemblée générale de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est prévue courant avril.

Mustapha El-Haddaoui, ancien international (46 sélections), ancien entraîneur du Maghreb de Fès et ex-sélectionneur des Lions locaux (2010), et président du syndicat des joueurs depuis 2007, affirme sans détours que le moment est venu de se séparer de Taoussi. « Il a brûlé ses cartouches. Il met minable le foot marocain, et ça ne peut plus durer !  Il doit partir ! »

L’ancien milieu de terrain de Saint-Etienne, Nice et Lens, qui a participé à deux Coupes du Monde avec son pays (1986, 1994) a beaucoup de choses à reprocher au successeur d’Eric Gerets. « Il est complètement perdu. Il n’ya aucune cohérence dans ce qu’il fait. Après le match en Tanzanie, il a violemment chargé les joueurs. Mais qui fait la liste ? C’est bien lui, non ? Il change sans arrêt d’équipe. Ou alors, quelqu’un lui impose ses choix. Il a retenu des joueurs qui évoluent au Maroc, et qui n’ont quasiment aucune expérience internationale. Il les a grillés ! J’avais de la peine pour eux. »

Problème de communication

Bouillant, El-Haddaoui s’étonne des choix tactiques de Taoussi, coupable à ses yeux d’avoir laissé trop longtemps sur le banc de touche de Dar-es-Salam Nordin Amrabat (Galatasaray Istanbul, TUR) et Youssef El Arabi (Grenade, ESP).

« Ce sont des joueurs qui évoluent dans de bons championnats, meilleurs que celui du Maroc, et ils ne rentrent qu’à la fin du match. Techniquement, tactiquement, Taoussi fait n’importe quoi, et son staff technique est trop inexpérimenté. En Tanzanie, la prestation de la sélection a été minable, et il n’assume pas ses erreurs. Il n’a pas de courage, et il ne supporte pas d’être critiqué, hormis par quelques anciens sélectionneurs. Et en plus, sa communication n’est pas bonne. » De fait, Jeune Afrique a multiplié ces derniers mois - et pas plus tard que le 26 mars - les demandes d’interview de Taoussi (et d’Eric Gerets auparavant) auprès du service presse de la fédération… sans succès.

Refonte du football marocain

L’un des anciens coaches du Maroc, Abelkhalek Louzani, plaide de manière plus nuancée pour une refonte des bases du football marocain (comme d'ailleurs Abdessalam Ouaddou). « À l’heure actuelle, aucun sélectionneur, même le meilleur, ne pourrait réussir. Il faut une vraie formation des jeunes et des cadres, une vraie direction technique nationale et un championnat un peu plus vendable. Les clubs, la fédération doivent jouer leur rôle. C’est plus une question de savoir-faire que de volonté », explique-t-il.

El-Haddaoui ne contredit pas ce point de vue. Mais pour lui, la première urgence est de se séparer de Taoussi. « Cela ne sert à rien de s’entêter. Il faut nommer quelqu’un d’autre rapidement, pour préparer la suite des qualifications et surtout la CAN 2015. Pourquoi pas Badou Zaki [ex-coach des Lions de 2002 à 2006, et dont le nom revient, NDLR], qui fait du bon travail avec le WAC Casablanca, et qui connaît bien la maison ? » suggère-t-il.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130402204524 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130402204524 from 172.16.0.100