Extension Factory Builder
02/04/2013 à 21:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. Mustapha El Haddaoui a 46 sélections au compteur et deux participations en coupe du monde. © DR

La défaite du Maroc en Tanzanie (1-3, le 24 mars) en qualifications pour la Coupe du monde 2014 continue de provoquer des remous. Si l’ancien sélectionneur Abdelkhalek Louzani estime qu’il faut changer les structures, l’ex-international et président du syndicat des joueurs depuis 2007, Mustapha El-Haddaoui, appelle au départ de Rachid Taoussi, le coach des Lions de l’Atlas.

Les nerfs sont à vif au Maroc. L’échec de la sélection nationale en Tanzanie, à peine deux mois après une élimination au premier tour de la CAN 2013, a un peu plus crispé l’atmosphère. Environ six mois après sa nomination à la tête des Lions de l’Atlas, Rachid Taoussi voit sa situation devenir difficilement tenable, alors qu’une assemblée générale de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est prévue courant avril.

Mustapha El-Haddaoui, ancien international (46 sélections), ancien entraîneur du Maghreb de Fès et ex-sélectionneur des Lions locaux (2010), et président du syndicat des joueurs depuis 2007, affirme sans détours que le moment est venu de se séparer de Taoussi. « Il a brûlé ses cartouches. Il met minable le foot marocain, et ça ne peut plus durer !  Il doit partir ! »

L’ancien milieu de terrain de Saint-Etienne, Nice et Lens, qui a participé à deux Coupes du Monde avec son pays (1986, 1994) a beaucoup de choses à reprocher au successeur d’Eric Gerets. « Il est complètement perdu. Il n’ya aucune cohérence dans ce qu’il fait. Après le match en Tanzanie, il a violemment chargé les joueurs. Mais qui fait la liste ? C’est bien lui, non ? Il change sans arrêt d’équipe. Ou alors, quelqu’un lui impose ses choix. Il a retenu des joueurs qui évoluent au Maroc, et qui n’ont quasiment aucune expérience internationale. Il les a grillés ! J’avais de la peine pour eux. »

Problème de communication

Bouillant, El-Haddaoui s’étonne des choix tactiques de Taoussi, coupable à ses yeux d’avoir laissé trop longtemps sur le banc de touche de Dar-es-Salam Nordin Amrabat (Galatasaray Istanbul, TUR) et Youssef El Arabi (Grenade, ESP).

« Ce sont des joueurs qui évoluent dans de bons championnats, meilleurs que celui du Maroc, et ils ne rentrent qu’à la fin du match. Techniquement, tactiquement, Taoussi fait n’importe quoi, et son staff technique est trop inexpérimenté. En Tanzanie, la prestation de la sélection a été minable, et il n’assume pas ses erreurs. Il n’a pas de courage, et il ne supporte pas d’être critiqué, hormis par quelques anciens sélectionneurs. Et en plus, sa communication n’est pas bonne. » De fait, Jeune Afrique a multiplié ces derniers mois - et pas plus tard que le 26 mars - les demandes d’interview de Taoussi (et d’Eric Gerets auparavant) auprès du service presse de la fédération… sans succès.

Refonte du football marocain

L’un des anciens coaches du Maroc, Abelkhalek Louzani, plaide de manière plus nuancée pour une refonte des bases du football marocain (comme d'ailleurs Abdessalam Ouaddou). « À l’heure actuelle, aucun sélectionneur, même le meilleur, ne pourrait réussir. Il faut une vraie formation des jeunes et des cadres, une vraie direction technique nationale et un championnat un peu plus vendable. Les clubs, la fédération doivent jouer leur rôle. C’est plus une question de savoir-faire que de volonté », explique-t-il.

El-Haddaoui ne contredit pas ce point de vue. Mais pour lui, la première urgence est de se séparer de Taoussi. « Cela ne sert à rien de s’entêter. Il faut nommer quelqu’un d’autre rapidement, pour préparer la suite des qualifications et surtout la CAN 2015. Pourquoi pas Badou Zaki [ex-coach des Lions de 2002 à 2006, et dont le nom revient, NDLR], qui fait du bon travail avec le WAC Casablanca, et qui connaît bien la maison ? » suggère-t-il.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers