Extension Factory Builder
02/04/2013 à 12:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photographies de victimes du génocide, au Mémorial de Kigali. Photographies de victimes du génocide, au Mémorial de Kigali. © AFP

Un ex-capitaine de l'armée rwandaise, Pascal Simbikangwa, a été renvoyé devant la cour d'assises de Paris pour complicité de génocide. Le procès qui pourrait en découler serait le premier du genre en France.

Mis à jour à 13h14.

C’est une première. Mardi 2 avril, une source judiciaire a annoncé à l’AFP qu’un Rwandais avait été renvoyé vendredi dernier devant les assises pour complicité de génocide. Il s’agit de Pascal Simbikangwa, un ex-capitaine de l'armée rwandaise, ancien officier des renseignements, qui avait été arrêté à Mayotte en 2008. Un an plus tard, il avait été mis en examen pour son rôle présumé dans le génocide de 1994 qui avait fait quelque 800 000 morts, essentiellement au sein de la population tutsie.

Il est inculpé pour complicité de génocide et complicité de crimes contre l'humanité commis à Kigali et sur le territoire du Rwanda, notamment dans la préfecture de Gisenyi (nord-ouest), entre avril et juillet 1994. Il est notamment soupçonné d'avoir armé des miliciens extrémistes hutus Interahamwe et de les avoir encouragés à massacrer des Tutsis. Son renvoi devant la Cour d'assises à Paris pourrait déboucher sur le premier procès en France lié au génocide de 1994 au Rwanda. Ses avocats ont encore la possibilité de faire appel.

Pascal Simbikangwa a été arrêté en 2008 à Mayotte.

© Interpol

Un long parcours judiciaire

Pascal Simbikangwa avait d’abord été transféré dans une prison de La Réunion avant de rejoindre un centre de détention de la métropole, en novembre 2009, après son inculpation. L'instruction qui a débouché sur l’ordonnance de renvoi avait été ouverte après une plainte du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR). Initialement mis en examen pour tortures et actes de barbarie, il ne sera finalement pas jugé pour ces faits qui, commis entre 1990 et 1994, sont désormais prescrits.

L’accusé est présenté comme un membre de l'Akazu, le premier cercle du pouvoir hutu qui, selon ses accusateurs, a planifié et mis en œuvre le génocide rwandais. Né en 1959, il avait intégré en 1982 la garde du président Juvénal Habyarimana, dont l'assassinat en 1994 avait été l'événement déclencheur du génocide.

Il était devenu paraplégique en 1986 à cause d’un accident de la circulation avant d’être affecté, deux ans plus tard, au Service central de renseignement, précisément au service de renseignement intérieur, directement rattaché à la présidence. Il n’en n’avait été écarté qu’avec l'avènement du multipartisme, en 1992. Mais selon la source judiciaire, il avait poursuivi ses activités de renseignements au service du président Habyarimana jusqu'à la mort de ce dernier, dans l'attentat contre son avion, le 6 avril 1994.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils men[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130402121758 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130402121758 from 172.16.0.100