Extension Factory Builder
02/04/2013 à 12:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photographies de victimes du génocide, au Mémorial de Kigali. Photographies de victimes du génocide, au Mémorial de Kigali. © AFP

Un ex-capitaine de l'armée rwandaise, Pascal Simbikangwa, a été renvoyé devant la cour d'assises de Paris pour complicité de génocide. Le procès qui pourrait en découler serait le premier du genre en France.

Mis à jour à 13h14.

C’est une première. Mardi 2 avril, une source judiciaire a annoncé à l’AFP qu’un Rwandais avait été renvoyé vendredi dernier devant les assises pour complicité de génocide. Il s’agit de Pascal Simbikangwa, un ex-capitaine de l'armée rwandaise, ancien officier des renseignements, qui avait été arrêté à Mayotte en 2008. Un an plus tard, il avait été mis en examen pour son rôle présumé dans le génocide de 1994 qui avait fait quelque 800 000 morts, essentiellement au sein de la population tutsie.

Il est inculpé pour complicité de génocide et complicité de crimes contre l'humanité commis à Kigali et sur le territoire du Rwanda, notamment dans la préfecture de Gisenyi (nord-ouest), entre avril et juillet 1994. Il est notamment soupçonné d'avoir armé des miliciens extrémistes hutus Interahamwe et de les avoir encouragés à massacrer des Tutsis. Son renvoi devant la Cour d'assises à Paris pourrait déboucher sur le premier procès en France lié au génocide de 1994 au Rwanda. Ses avocats ont encore la possibilité de faire appel.

Pascal Simbikangwa a été arrêté en 2008 à Mayotte.

© Interpol

Un long parcours judiciaire

Pascal Simbikangwa avait d’abord été transféré dans une prison de La Réunion avant de rejoindre un centre de détention de la métropole, en novembre 2009, après son inculpation. L'instruction qui a débouché sur l’ordonnance de renvoi avait été ouverte après une plainte du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR). Initialement mis en examen pour tortures et actes de barbarie, il ne sera finalement pas jugé pour ces faits qui, commis entre 1990 et 1994, sont désormais prescrits.

L’accusé est présenté comme un membre de l'Akazu, le premier cercle du pouvoir hutu qui, selon ses accusateurs, a planifié et mis en œuvre le génocide rwandais. Né en 1959, il avait intégré en 1982 la garde du président Juvénal Habyarimana, dont l'assassinat en 1994 avait été l'événement déclencheur du génocide.

Il était devenu paraplégique en 1986 à cause d’un accident de la circulation avant d’être affecté, deux ans plus tard, au Service central de renseignement, précisément au service de renseignement intérieur, directement rattaché à la présidence. Il n’en n’avait été écarté qu’avec l'avènement du multipartisme, en 1992. Mais selon la source judiciaire, il avait poursuivi ses activités de renseignements au service du président Habyarimana jusqu'à la mort de ce dernier, dans l'attentat contre son avion, le 6 avril 1994.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Evo Morales, passe de trois

Evo Morales, passe de trois

Figure de la gauche anti-impérialisme, Evo Morales a été réélu pour un troisième mandat présidentiel. Pas mal, dans un pays qui a connu 160 coups d'État depuis son in[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers