Extension Factory Builder
29/03/2013 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ouaddou : 'Combien de Marocains s’exilent en Europe, dans un bon championnat ? Très peu !' Ouaddou : "Combien de Marocains s’exilent en Europe, dans un bon championnat ? Très peu !" © DR

La défaite du Maroc en Tanzanie dimanche 24 mars (1-3), en qualifications pour la Coupe du Monde 2014, n’a fait que confirmer l’évidence. Depuis plusieurs années, la sélection marocaine est en crise. Abdeslam Ouaddou, l’ancien défenseur des Lions de l’Atlas (68 sélections), dresse un bilan sans complaisance.

Jeune Afrique : Croyez-vous encore à une qualification du Maroc pour la prochaine Coupe du Monde ?

Abdeslam Ouaddou : Mathématiquement, c’est encore possible. Mais soyons objectif : les chances sont très réduites. Et je suis encore plus pessimiste quand je regarde le contenu proposé par la sélection. C’est très décevant. Il n’y a pas de vrai projet de jeu, cela manque d’agressivité et d’orientation tactique.

Rachid Taoussi doit-il continuer à entraîner les Lions ?

Ce n’est pas à moi de répondre, même si je sais qu’au Maroc, il y a des gens qui réclament sa démission. Et à la limite, le problème va au-delà de la personne du sélectionneur. Avant Taoussi, Eric Gérets non plus n’y arrivait pas. Le problème est beaucoup plus profond.

Admettez que ses choix sont déroutants. Ses listes changent sans arrêt, et pour le déplacement en Tanzanie, il avait fait majoritairement appel à des joueurs évoluant au Maroc

(Il coupe) C’est un éternel problème. Quand un sélectionneur fait appel à des joueurs qui évoluent en Europe et que ça ne marche pas, les gens vont dire que ces derniers ne sont pas patriotes, qu’ils n’aiment pas la sélection, ce qui est faux. Alors, le sélectionneur va convoquer des locaux. Et quand ça ne fonctionne pas non plus, on demande un mélange entre « étrangers » et locaux… C’est sans fin.

Le Maroc ne fait plus partie des meilleurs. C’est devenu une équipe moyenne en Afrique.

Quelle est selon vous la meilleure solution à appliquer ?

Il faut revoir la politique de formation au Maroc. Combien de Marocains s’exilent en Europe, dans un bon championnat ? Très peu ! Je pense que des locaux sont les plus aptes à affronter la réalité du football africain, à aller défier les sélections du Sud du Sahara. Mais à condition qu’ils soient bien préparés. Cela n’exclut pas les étrangers. Mais porter le maillot de la sélection, cela se mérite. Et pour cela, il faut avoir du temps de jeu dans son club. Car on a souvent pu remarquer que ceux qui jouent en Europe ont parfois beaucoup de mal quand il s’agit d’aller jouer en Gambie ou au Malawi.

Où situez-vous la sélection marocaine sur l’échiquier africain ?

Il ne faut pas se mentir. Elle ne s’est plus qualifiée pour la Coupe du Monde depuis 1998, et depuis sa finale lors de la CAN 2004, elle n’a plus jamais franchi le premier tour ! Il faut arrêter de mentir au public sur la valeur de cette équipe. Le Maroc ne fait plus partie des meilleurs. C’est devenu une équipe moyenne en Afrique.

Le Maroc va organiser la CAN 2015, et votre constat n’est pas très optimiste…

Il faut pourtant être conscient de la réalité ! Tant qu’il n’y aura pas un travail en profondeur, qu’on changera sans arrêt l’équipe au premier mauvais résultat, le Maroc restera là où il est ! Il faut se mettre dans la tête qu’il faudra peut-être 5 ou 10 ans avant de retrouver une sélection compétitive. Mais il y a une CAN dans moins de deux ans, la pression sera énorme, et il faudra bien avoir une équipe capable de rivaliser avec les meilleurs…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a enquêté.[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers