Extension Factory Builder
29/03/2013 à 09:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats français dans le nord du Mali, le 16 mars 2013. Des soldats français dans le nord du Mali, le 16 mars 2013. © AFP

La France se montrera "intraitable" quant à la tenue d'"élections au Mali à la fin du mois de juillet", a assuré, jeudi 28 mars, le président français, François Hollande.

François Hollande affiche un optimisme à toutes épreuves. « Nous voulons qu'il y ait des élections au Mali à la fin du mois de juillet. Et ça, nous serons intraitables là-dessus », a déclaré le président français jeudi 28 mars. Edmond Mulet, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, avait pourtant jugé, mi-mars, cette possibilité « peu probable ».

« Il faut qu'il y ait ce dialogue avec toutes les composantes de la société malienne », a également déclaré François Hollande, démentant que la France cherchait des candidats pour la prochaine élection présidentielle malienne. « Le temps où la France désignait des chefs d'État en Afrique est révolu », a-t-il dit.

Lors d'un entretien à la chaîne de télévision publique France 2, le chef de l’État français a également précisé le calendrier de retrait des soldats français déployés au Mali, qui sont aujourd'hui plus de 4 000. « À la fin du mois d'avril, nous allons nous retirer. En juillet, il n'y aura plus que 2 000 soldats au Mali. À la fin de l'année, un millier de soldats seront présents », a-t-il annoncé.

Otages

Dans un premier temps, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait évoqué un début de retrait en mars du contingent français. Puis le président François Hollande avait promis une diminution du nombre des soldats « à partir du mois d'avril » sans donner de chiffres.

Estimant que la France avait atteint ses objectifs - à l'exception de la libération des 15 otages français -, François Hollande a rendu hommage aux soldats « exemplaires », auxquels il a fait part de son « admiration ».

L'armée française a perdu cinq soldats depuis le début de la guerre le 11 janvier.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers