Extension Factory Builder
29/03/2013 à 07:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils. Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils. © AFP

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé, jeudi 28 mars, la création d’une "Brigade d’intervention" au sein de la Monusco, en République démocratique du Congo (RDC). Une rupture dans la doctrine de maintien de la paix, infléchie dans un sens plus offensif.

C’est un véritable tournant dans la doctrine du maintien de la paix de l'ONU. Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, jeudi 28 mars, le renforcement de la Monusco en République démocratique du Congo (RDC). Le texte présenté par la France prévoit la création d’une « Brigade d’intervention » capable de « mener des opérations offensives et ciblées », seule ou aux côtés de l'armée congolaise, pour « stopper le développement de tous les groupes armés, (les) neutraliser et les désarmer ». Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils.

>> Voir la carte des milices dans l'est de la RDC

« Le Conseil de sécurité et l'ONU s'engagent sur une voie inédite », a constaté l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant. C'est en effet la première fois que des Casques bleus seront dotés d'une réelle capacité offensive, surtout couplée avec l'utilisation - également une première - de drones pour surveiller les frontières de la RDC avec le Rwanda et l'Ouganda, deux pays accusés par des experts de l'ONU d'aider et d'équiper le M23, ce qu'ils démentent.

La nouvelle Brigade, composée de trois bataillons d’infanterie, d'une compagnie d'artillerie et d'une compagnie de reconnaissance et de « forces spéciales », est créée « pour une période initiale d'un an » et reste sous l'autorité du commandant en chef de la Monusco, indique la résolution. Basée à Goma, ses effectifs seront inclus dans l'effectif maximal autorisé de la Mission, soit 19 815 soldats.

Non ingérence

Selon le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, elle comptera 3 069 hommes, venus d'Afrique du Sud, de Tanzanie et du Malawi, et sera opérationnelle d'ici juillet. L'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud a souligné qu'il s'agissait d'une « innovation » ré-pondant à une « demande expresse » des Africains, notamment de Kinshasa. La résolution « pro-pose une approche nouvelle et globale en vue de s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité à l'est de la RDC », a réagi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« La RDC se réjouit de ce vote qui marque un tournant décisif pour le rétablissement de la paix et de la sécurité dans les Kivus », a réagi le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo. « Nous remercions également la communauté internationale, notamment la France et les États Unis, pour le soutien apporté à ce texte et au déploiement de la brigade d'intervention qui pourra imposer la paix. Une Monusco plus robuste, c'est le début de la fin des groupes armés et un signal très clair envoyé à ceux qui les soutenaient. Cette époque doit être révolue. »

Mais selon des diplomates, les pays du Conseil de sécurité qui ont des troupes dans la Mission (Guatemala, Pakistan) redoutent des représailles contre leurs Casques bleus, tandis que Russie et Chine soulèvent des objections de principe sur le thème de la non-ingérence.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers