Extension Factory Builder
29/03/2013 à 07:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils. Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils. © AFP

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé, jeudi 28 mars, la création d’une "Brigade d’intervention" au sein de la Monusco, en République démocratique du Congo (RDC). Une rupture dans la doctrine de maintien de la paix, infléchie dans un sens plus offensif.

C’est un véritable tournant dans la doctrine du maintien de la paix de l'ONU. Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, jeudi 28 mars, le renforcement de la Monusco en République démocratique du Congo (RDC). Le texte présenté par la France prévoit la création d’une « Brigade d’intervention » capable de « mener des opérations offensives et ciblées », seule ou aux côtés de l'armée congolaise, pour « stopper le développement de tous les groupes armés, (les) neutraliser et les désarmer ». Jusqu'à présent, la principale mission de la Monusco était la protection des civils.

>> Voir la carte des milices dans l'est de la RDC

« Le Conseil de sécurité et l'ONU s'engagent sur une voie inédite », a constaté l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant. C'est en effet la première fois que des Casques bleus seront dotés d'une réelle capacité offensive, surtout couplée avec l'utilisation - également une première - de drones pour surveiller les frontières de la RDC avec le Rwanda et l'Ouganda, deux pays accusés par des experts de l'ONU d'aider et d'équiper le M23, ce qu'ils démentent.

La nouvelle Brigade, composée de trois bataillons d’infanterie, d'une compagnie d'artillerie et d'une compagnie de reconnaissance et de « forces spéciales », est créée « pour une période initiale d'un an » et reste sous l'autorité du commandant en chef de la Monusco, indique la résolution. Basée à Goma, ses effectifs seront inclus dans l'effectif maximal autorisé de la Mission, soit 19 815 soldats.

Non ingérence

Selon le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, elle comptera 3 069 hommes, venus d'Afrique du Sud, de Tanzanie et du Malawi, et sera opérationnelle d'ici juillet. L'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud a souligné qu'il s'agissait d'une « innovation » ré-pondant à une « demande expresse » des Africains, notamment de Kinshasa. La résolution « pro-pose une approche nouvelle et globale en vue de s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité à l'est de la RDC », a réagi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« La RDC se réjouit de ce vote qui marque un tournant décisif pour le rétablissement de la paix et de la sécurité dans les Kivus », a réagi le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo. « Nous remercions également la communauté internationale, notamment la France et les États Unis, pour le soutien apporté à ce texte et au déploiement de la brigade d'intervention qui pourra imposer la paix. Une Monusco plus robuste, c'est le début de la fin des groupes armés et un signal très clair envoyé à ceux qui les soutenaient. Cette époque doit être révolue. »

Mais selon des diplomates, les pays du Conseil de sécurité qui ont des troupes dans la Mission (Guatemala, Pakistan) redoutent des représailles contre leurs Casques bleus, tandis que Russie et Chine soulèvent des objections de principe sur le thème de la non-ingérence.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers