Extension Factory Builder
12/04/2013 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sur les 100 sénateurs, 30 seront nommés par le président de la république. Sur les 100 sénateurs, 30 seront nommés par le président de la république. © AFP

Le Cameroun va se doter d’un Sénat, dont les cent membres seront élus et nommés dimanche 14 avril. Ils devraient être très largement issus des rangs du RDPC, le parti présidentiel. Pour l’opposition, l’enjeu est ailleurs. Décryptage.

Ils seront exactement au nombre de cent, les tout nouveaux sénateurs camerounais : soixante-dix seront élus et trente nommés par le président de la République. Avec ce Sénat, le Parlement se dote donc d’une seconde chambre – en plus de celle des députés – afin, dit-on à Yaoundé, d’offrir au pays toutes les institutions nécessaires au bon fonctionnement de la démocratie. Le paysage politique du Cameroun s’en trouvera-t-il changé pour autant ? Pas nécessairement.

Principale nouveauté : l’arrivée dans la hiérarchie protocolaire d’un président du Sénat, qui sera désormais le deuxième personnage de l’État (le président de l’Assemblée nationale devenant le troisième). En cas de décès, de démission ou d’empêchement définitif du président de la République, c’est lui qui assurera l’intérim, jusqu’à l’élection du nouveau chef de l’État.

Éviter le boycott

Une évolution qui a contribué à convaincre le Social Democratic Front (SDF) de ne pas boycotter le scrutin. Le principal parti d’opposition s’est résolu à y participer en particulier « pour pallier le vide constitutionnel actuel », assure un cadre de la formation. En effet, pour l’heure, nul n’est habilité à assurer la relève en cas de vacance du pouvoir.

Les partis qui ont décidé de les boycotter font valoir le caractère illégal des élections. Pour ce scrutin indirect, le collège électoral est en effet censé rassembler les conseillers régionaux et municipaux. Or les premiers ne sont pas encore en place ; quant aux seconds, les seuls en définitive à prendre part au vote, ils auraient dû achever leur mandat en 2012. Il eût donc été plus logique d’organiser les municipales avant les sénatoriales.

N’empêche, ces dernières se tiendront quand même. Elles seront organisées le 14 avril,dans les différentes régions, dans le cadre d’un scrutin de liste. Dix-sept listes sont en lice, sur les quarante présentées initialement par huit formations politiques – les vingt-trois autres, dont quatre appartenant au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), ont été rejetées par l’organe électoral Elecam. Pour être sénateur, il faut avoir 40 ans révolus et être investi par un parti politique. En ce qui concerne la répartition des sièges, lorsqu’une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, elle est proclamée élue et remporte la totalité des sept sièges mis en compétition dans la région. Si aucune liste ne remporte la majorité absolue, celle qui a la majorité relative se voit attribuer quatre sièges ; en cas d’égalité entre les listes arrivées en tête, celles-ci se répartissent les quatre sièges. Les trois sièges restants sont alors répartis à la proportionnelle au plus fort reste entre les différentes listes, y compris celle(s) arrivée(s) en tête.

"Élection à zéro tour"

Le résultat devrait être sans surprise : plus de 90 % des conseillers municipaux (9 022 sur 10 632) chargés d’élire les sénateurs appartiennent au RDPC, ce qui fait dire au politologue Mathias Éric Owona Nguini qu’il s’agit d’une « élection à zéro tour ». Les partis d’opposition qui prennent part au scrutin ne se font aucune illusion sur leurs chances d’obtenir des sièges ; pour eux, l’intérêt réside dans la possibilité de se refaire une santé financière. Chaque formation politique qui participe au vote se voit en effet allouer des fonds pour la campagne, qui démarre le 30 mars.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun - Me Bertrand : 'On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé' en Algérie

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du te[...]

Cameroun : Martin Chungong, l'apôtre des Parlements du monde

Ce Camerounais est le premier Africain à diriger, à Genève, l'Union interparlementaire, vénérable institution créée en 1889.[...]

Investissements : le Cameroun lance un plan d'urgence avec l'appui du secteur bancaire

 Deutsch Bank, BGFI, Ecobank, Banque Atlantique et Standard Chartered Bank vont contribuer à hauteur de plus de 630 milliards F CFA au plan d'urgence triennal de 925 milliards de F CFA validé le 09[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Préparation à la CAN 2015 : Ghana, Mali, Côte d'Ivoire... tous à Abou Dhabi !

Alors que le tirage au sort de la phase finale de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) a eu lieu le 3 décembre au soir à Malabo (Guinée Équatoriale), les seize qualifiés ont pour la[...]

Otages : les dessous d'une libération... et d'un coup de pub de la présidence camerounaise

La libération du prêtre polonais Mateusz Dziedzic et d'une trentaine d'autres otages centrafricains et camerounais fin novembre a fait couler beaucoup d'encre. La présidence y est elle aussi allé[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Cameroun : Amadou Ali - Cavaye Yéguié Djibril, l'autre guerre du Nord

Tous deux originaires du nord du Cameroun, le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, et vice-Premier ministre Amadou Ali se livrent une âpre bataille pour la succession[...]

La drôle de guerre du Cameroun contre Boko Haram

C'est un conflit bâtard, contre un ennemi qui se joue des frontières et qui a fait de l'Extrême-Nord sa base arrière. Personne ne sait même quand il a commencé. L'État[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers