Extension Factory Builder
28/03/2013 à 07:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La carte des tournées africaines des présidents chinois éclaire la stratégie de Pékin. La carte des tournées africaines des présidents chinois éclaire la stratégie de Pékin. © J.A.

L'actuelle tournée africaine du nouveau président chinois, Xi Jinping, illustre l’intérêt croissant de Pékin pour les pays du continent. Avant lui, ses prédécesseurs, Jiang Zemin puis, surtout, Hu Jintao, se sont rendus à maintes reprises dans de nombreux États du continent.

Arrivé le 24 mars à Dar es Salaam pour une visite officielle de deux jours en Tanzanie, Xi Jinping s’est ensuite envolé pour l’Afrique du sud, où il a assisté, les 26 et 27 mars, à Durban, au 5e sommet des BRICS (qui regroupe le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, et l’Afrique du sud). Dernière étape de cette première tournée africaine du nouveau président chinois : la République du Congo. Attendu le 29 mars à Brazzaville, il en repartira le lendemain pour rentrer à Pékin.

En consacrant la majeure partie de son premier déplacement à l’étranger à trois pays du continent – Xi Jinping avait fait escale à Moscou avant de se rendre en Tanzanie -, le nouveau « timonier » chinois entend montrer à l’Afrique et au reste du monde que Pékin a, plus que jamais, l’intention de développer des relations bilatérales solides avec ses partenaires africains.

Hu Jintao, 18 pays africains en 10 ans

Cet attrait pour l’Afrique ne date pas d’hier. Avant Xi Jinping, ses prédécesseurs Jiang Zemin (au pouvoir de 1993 à 2003) et Hu Jintao (de 2003 à 2013) ont, eux aussi, foulé le sol africain. En 1996, le président Jiang Zemin se rend en Égypte, au Mali et en Éthiopie. Cette première tournée sera suivie d’une seconde en 2002, marquée par des voyages en Libye, au Nigeria et en Tunisie.

Mais il faudra attendre l’arrivée au pouvoir de Hu Jintao, en 2003, pour que la « Chinafrique » prenne réellement tout son sens. En dix ans, ce dernier s’est rendu dans 18 pays du continent. De son côté, Xi Jinping, avec une première visite d'une dizaine de jours seulement après sa nomination, se place dans la même dynamique.

Prochains sur la liste

Comme l’indique notre infographie, Pékin semble avant tout s’intéresser aux pays anglophones d’Afrique australe et d’Afrique de l’est. Deux États sont notamment au centre des attentions chinoises depuis 2007 : l’Afrique du sud et la Tanzanie, pays stables qui offrent une façade littorale sur l'Océan indien intéressante pour l'exportation. Les pays francophones d’Afrique de l’Ouest sont, eux, moins concernés, tout comme ceux d’Afrique centrale.

Enfin - et même si cela peut paraître étonnant - plusieurs poids lourds des secteurs pétroliers et miniers, comme l’Angola, la République démocratique du Congo ou le Niger, n’ont jamais accueilli officiellement de président chinois. Sans doute pour des raisons historiques liées à l'influence des ex-puissances coloniales ou aux séquelles de la Guerre froide… Mais cette lacune devrait être vite comblée.

___

Benjamin Roger

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers