Extension Factory Builder
26/03/2013 à 10:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'actrice Angelina Jolie, le 11 février 2012 à Berlin. L'actrice Angelina Jolie, le 11 février 2012 à Berlin. © AFP

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, et l'actrice américaine Angelina Jolie ont entamé, lundi 25 mars, une visite au Rwanda et en RDC pour attirer l'attention sur le problème des viols en temps de guerre.

D'après le Foreign Office, le ministère des Affaires étrangères britannique, le phénomène des viols en temps de guerre au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC) est un problème « grandissant ».

Pour sensibiliser l'opinion internationale à ce drame, le chef de la diplomatie britannique William Hague et l'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), font d'abord étape au Rwanda avant de se rendre dans la RDC voisine.

Lors de ce déplacement, ils devraient rencontrer des victimes de violences sexuelles, des associations locales et des organisations de l'ONU qui les soutiennent, a précisé le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ils rencontreront aussi des responsables politiques pour évoquer avec eux la nécessité de trouver une solution pérenne au conflit entre l'armée congolaise et le Mouvement du 23 mars (M23) dans la province du Nord-Kivu (est), théâtre de nombreux viols.

Arme de guerre

« Le viol est souvent utilisé comme une arme de guerre dans les zones de conflit dans le monde », a souligné William Hague dans ce communiqué. « Mais trop souvent encore, la communauté internationale détourne les yeux » et « les auteurs de ces crimes brutaux ne sont pas inquiétés », a ajouté le ministre, qui a souhaité la fin de « cette culture d'impunité ».

« Il est temps que la communauté internationale dise que l'utilisation du viol comme une arme de guerre est inacceptable, de livrer à la justice leurs auteurs et d'en finir avec l'opprobre sur les victimes », a-t-il poursuivi, promettant de faire de ce combat sa « priorité personnelle » lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8, qui se tiendra à Londres, en avril.

« Nous voulons persuader les gouvernements de donner à ce problème toute l'attention qu'il mérite », a pour sa part déclaré Angelina Jolie, précisant que cette visite leur permettrait « avant tout d'entendre directement les victimes de viols et de violences sexuelles pendant le conflit en RDC ».

Diaporama des amis du Rwanda.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers