Extension Factory Builder
26/03/2013 à 10:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'actrice Angelina Jolie, le 11 février 2012 à Berlin. L'actrice Angelina Jolie, le 11 février 2012 à Berlin. © AFP

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, et l'actrice américaine Angelina Jolie ont entamé, lundi 25 mars, une visite au Rwanda et en RDC pour attirer l'attention sur le problème des viols en temps de guerre.

D'après le Foreign Office, le ministère des Affaires étrangères britannique, le phénomène des viols en temps de guerre au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC) est un problème « grandissant ».

Pour sensibiliser l'opinion internationale à ce drame, le chef de la diplomatie britannique William Hague et l'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), font d'abord étape au Rwanda avant de se rendre dans la RDC voisine.

Lors de ce déplacement, ils devraient rencontrer des victimes de violences sexuelles, des associations locales et des organisations de l'ONU qui les soutiennent, a précisé le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ils rencontreront aussi des responsables politiques pour évoquer avec eux la nécessité de trouver une solution pérenne au conflit entre l'armée congolaise et le Mouvement du 23 mars (M23) dans la province du Nord-Kivu (est), théâtre de nombreux viols.

Arme de guerre

« Le viol est souvent utilisé comme une arme de guerre dans les zones de conflit dans le monde », a souligné William Hague dans ce communiqué. « Mais trop souvent encore, la communauté internationale détourne les yeux » et « les auteurs de ces crimes brutaux ne sont pas inquiétés », a ajouté le ministre, qui a souhaité la fin de « cette culture d'impunité ».

« Il est temps que la communauté internationale dise que l'utilisation du viol comme une arme de guerre est inacceptable, de livrer à la justice leurs auteurs et d'en finir avec l'opprobre sur les victimes », a-t-il poursuivi, promettant de faire de ce combat sa « priorité personnelle » lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8, qui se tiendra à Londres, en avril.

« Nous voulons persuader les gouvernements de donner à ce problème toute l'attention qu'il mérite », a pour sa part déclaré Angelina Jolie, précisant que cette visite leur permettrait « avant tout d'entendre directement les victimes de viols et de violences sexuelles pendant le conflit en RDC ».

Diaporama des amis du Rwanda.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Génocide au Rwanda : quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création ?

Après 20 ans de travail et 61 condamnations, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) s'apprête à fermer ses portes. Avec un bilan en demi-teinte.[...]

Attentat du 6 avril 1994 au Rwanda : les révélations contradictoires d'Émile Gafirita

Le témoignage de dernière minute que le Rwandais Émile Gafirita – porté disparu depuis le 13 novembre – entendait apporter aux juges français chargés de l'instruction sur[...]

Affaire Gafirita - J. Busingye : "Le gouvernement rwandais fait confiance aux magistrats français"

Kigali nie être impliqué dans l'enlèvement d'Émile Gafirita, témoin de la dernière heure dans l'attentat contre l'avion de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana,[...]

Rwanda : l'étrange affaire Gafirita

C'est l'histoire d'un ancien sergent qui disait détenir des informations compromettantes pour Kagamé et qui a disparu, le 13 novembre. Enquête sur un dossier plein de contradictions.[...]

Rwanda : des membres des FDLR condamnés à de la prison ferme en Allemagne

Trois Allemands d'origine rwandaise ont été condamnés vendredi à des peines de 4 à 2 ans de prison ferme pour appartenance ou soutien aux rebelles hutu rwandais des FDLR (Forces[...]

Rwanda - Me Cantier : "J'ignore qui a enlevé Émile Gafirita"

Me François Cantier, avocat du Rwandais Émile Gafirita, répond aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de l'enlèvement de son client, au Kenya, mi-novembre. L'ancien sous-officier devait[...]

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et[...]

France - Rwanda : Sonia Rolland, Miss et ambassadrice

Dans un documentaire diffusé sur France Ô le 26 novembre, la comédienne franco-rwandaise évoque avec une tendresse teintée d'admiration la résurrection de son pays natal, vingt ans[...]

Rwanda - Affaire Habyarimana : un témoin disparaît au Kenya

Émile Gafirita, ancien militaire de l'armée rwandaise qui doit être entendu par la justice française dans le cadre de l'affaire de l'attentat contre l'avion de l'ancien président, Juvenal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers