Extension Factory Builder
26/03/2013 à 07:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. © Vincent Fournier pour J.A.

Même s'il ne s'est pas encore officiellement proclamé président, Michel Djotodia entre dans ses habits de nouveau chef de l'État centrafricain. Avec une méthode qui n'a rien d'original : suspension de la Constitution et de l'Assemblée nationale.

La boîte à outil du bon petit putschiste… À peine arrivé au pouvoir, le chef de la rébellion Séléka, Michel Djotodia, se comporte en parfait autocrate, à défaut de pouvoir encore être qualifié de dictateur… Suspension de la Constitution, dissolution du Parlement, législation par décrets et ordonnances dans la conduite des affaires du pays : en affichant sa méthode de gouvernement lors d’un discours à la presse, lundi, le nouveau chef de l’État centrafricain n’a pas pris de gants.

« J'estime nécessaire de suspendre la Constitution du 27 novembre 2004, de dissoudre l'Assemblée nationale ainsi que le gouvernement. Pendant cette période de transition qui nous conduira à des élections libres, crédibles et transparentes, je vais légiférer par ordonnances », a déclaré Michel Djotodia. Seule concession faite par ce dernier : il ne s'est pas explicitement autoproclamé président de la République, même s’il se pose clairement en nouveau maitre du pays, ce que l'Union africaine a sèchement condamné.

« Michel Djotodia est le nouveau président, c'est acquis. L'opposition le reconnaît », a réagi le porte-parole du gouvernement d'union nationale, Crépin Mboli Goumba, opposant au régimé Bozizé. « Nous sommes dans l'esprit de Libreville, a-t-il ajouté. Il y avait cinq signataires à Libreville (clan Bozizé, opposition, Séléka, rebelles ayant déposé les armes, société civile). Toutes ces parties seront représentées dans le nouveau gouvernement mais pas dans les mêmes proportions ».

"Transition consensuelle"

« En respectant l'esprit des accords de Libreville, je vais reconduire le Premier ministre (Nicolas Tiangaye), chef du gouvernement d'union nationale dans ses fonctions », avait déclaré Djotodia lors de son allocution, lundi. « Nous nous engageons à conduire désormais les destinées du peuple centrafricain pendant cette période de transition consensuelle de 3 ans conformément aux accords politiques de Libreville », a-t-il ajouté avant d’énumérer les objectifs du prochain gouvernement.

« Restaurer la paix et la sécurité, réorganiser les forces de défense et de sécurité, réorganiser l'administration territoriale » et « poursuivre le processus de DDR (désarmement, démobilisation et réintégration) » des anciens combattants seront les principaux chantiers de la transition en cours. « Nous regrettons les dégâts collatéraux (pillages, violences) et nous nous emploierons à y mettre fin très rapidement », a également affirmé Michel Djotodia qui demande aux « travailleurs du secteur public et privé de reprendre le travail dès demain mardi ». Selon Crépin Mboli Goumba, des « patrouilles mixtes entre la Séléka et la Fomac (Force multinationale d'Afrique centrale) ont commencé à patrouiller cette nuit (de dimanche à lundi) pour arrêter les pillages ». Un couvre-feu de 19h à 6h du matin a été décidé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Centrafrique : le pape demande que la violence cède le pas au dialogue

Le pape François a demandé dimanche que "la violence cède le pas au dialogue" en Centrafrique afin de protéger les populations civiles, à la veille du déploiement de la mission[...]

Photojournalistes : à leurs risques et périls

Comment témoigner du drame centrafricain ? À l'occasion du festival Visa pour l'image, à Perpignan, trois expositions illustrent un quotidien secoué par les violences interreligieuses. Et[...]

Centrafrique : N'Guendet et son agenda caché

Le président du Parlement de transition centrafricain, Alexandre-Ferdinand N'Guendet, est entré en guerre ouverte avec la présidente de transition, Catherine Samba-Panza[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

France - Congo : Yamina Benguigui médiatrice pour la Centrafrique

Proche de Catherine Samba-Panza, Yamina Benguigui a été invitée par Denis Sassou Nguesso à lui donner un coup de main dans les négociations sur la crise centrafricaine.[...]

La Centrafrique, championne du monde des missions de l'ONU

À quelques jours du déploiement de la Minusca, beaucoup d'observateurs espèrent que cette énième mission de l'ONU en Centrafrique - qui en compte plus d'une dizaine ces dernières[...]

Centrafrique : la Séléka exclut ses membres entrés au gouvernement

L'ex-rébellion Séléka a annoncé lundi qu'elle excluait les ministres du nouveau gouvernement issus de ses rangs. Les leaders de l'ex-coalition qui contestent la composition du gouvernement formé[...]

Centrafrique : le vrai bilan de la bataille du PK5

Le bilan des affrontements dans le quartier PK5, qui se sont déroulés dans la nuit du 19 au 20 août à Bangui, serait plus lourd que les cinq morts évoqués.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces