Extension Factory Builder
26/03/2013 à 07:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. © Vincent Fournier pour J.A.

Même s'il ne s'est pas encore officiellement proclamé président, Michel Djotodia entre dans ses habits de nouveau chef de l'État centrafricain. Avec une méthode qui n'a rien d'original : suspension de la Constitution et de l'Assemblée nationale.

La boîte à outil du bon petit putschiste… À peine arrivé au pouvoir, le chef de la rébellion Séléka, Michel Djotodia, se comporte en parfait autocrate, à défaut de pouvoir encore être qualifié de dictateur… Suspension de la Constitution, dissolution du Parlement, législation par décrets et ordonnances dans la conduite des affaires du pays : en affichant sa méthode de gouvernement lors d’un discours à la presse, lundi, le nouveau chef de l’État centrafricain n’a pas pris de gants.

« J'estime nécessaire de suspendre la Constitution du 27 novembre 2004, de dissoudre l'Assemblée nationale ainsi que le gouvernement. Pendant cette période de transition qui nous conduira à des élections libres, crédibles et transparentes, je vais légiférer par ordonnances », a déclaré Michel Djotodia. Seule concession faite par ce dernier : il ne s'est pas explicitement autoproclamé président de la République, même s’il se pose clairement en nouveau maitre du pays, ce que l'Union africaine a sèchement condamné.

« Michel Djotodia est le nouveau président, c'est acquis. L'opposition le reconnaît », a réagi le porte-parole du gouvernement d'union nationale, Crépin Mboli Goumba, opposant au régimé Bozizé. « Nous sommes dans l'esprit de Libreville, a-t-il ajouté. Il y avait cinq signataires à Libreville (clan Bozizé, opposition, Séléka, rebelles ayant déposé les armes, société civile). Toutes ces parties seront représentées dans le nouveau gouvernement mais pas dans les mêmes proportions ».

"Transition consensuelle"

« En respectant l'esprit des accords de Libreville, je vais reconduire le Premier ministre (Nicolas Tiangaye), chef du gouvernement d'union nationale dans ses fonctions », avait déclaré Djotodia lors de son allocution, lundi. « Nous nous engageons à conduire désormais les destinées du peuple centrafricain pendant cette période de transition consensuelle de 3 ans conformément aux accords politiques de Libreville », a-t-il ajouté avant d’énumérer les objectifs du prochain gouvernement.

« Restaurer la paix et la sécurité, réorganiser les forces de défense et de sécurité, réorganiser l'administration territoriale » et « poursuivre le processus de DDR (désarmement, démobilisation et réintégration) » des anciens combattants seront les principaux chantiers de la transition en cours. « Nous regrettons les dégâts collatéraux (pillages, violences) et nous nous emploierons à y mettre fin très rapidement », a également affirmé Michel Djotodia qui demande aux « travailleurs du secteur public et privé de reprendre le travail dès demain mardi ». Selon Crépin Mboli Goumba, des « patrouilles mixtes entre la Séléka et la Fomac (Force multinationale d'Afrique centrale) ont commencé à patrouiller cette nuit (de dimanche à lundi) pour arrêter les pillages ». Un couvre-feu de 19h à 6h du matin a été décidé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en [...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers