Extension Factory Builder
26/03/2013 à 07:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. Michel Djotodia, au quartier général de la Fomac, le 14 mars 2013. © Vincent Fournier pour J.A.

Même s'il ne s'est pas encore officiellement proclamé président, Michel Djotodia entre dans ses habits de nouveau chef de l'État centrafricain. Avec une méthode qui n'a rien d'original : suspension de la Constitution et de l'Assemblée nationale.

La boîte à outil du bon petit putschiste… À peine arrivé au pouvoir, le chef de la rébellion Séléka, Michel Djotodia, se comporte en parfait autocrate, à défaut de pouvoir encore être qualifié de dictateur… Suspension de la Constitution, dissolution du Parlement, législation par décrets et ordonnances dans la conduite des affaires du pays : en affichant sa méthode de gouvernement lors d’un discours à la presse, lundi, le nouveau chef de l’État centrafricain n’a pas pris de gants.

« J'estime nécessaire de suspendre la Constitution du 27 novembre 2004, de dissoudre l'Assemblée nationale ainsi que le gouvernement. Pendant cette période de transition qui nous conduira à des élections libres, crédibles et transparentes, je vais légiférer par ordonnances », a déclaré Michel Djotodia. Seule concession faite par ce dernier : il ne s'est pas explicitement autoproclamé président de la République, même s’il se pose clairement en nouveau maitre du pays, ce que l'Union africaine a sèchement condamné.

« Michel Djotodia est le nouveau président, c'est acquis. L'opposition le reconnaît », a réagi le porte-parole du gouvernement d'union nationale, Crépin Mboli Goumba, opposant au régimé Bozizé. « Nous sommes dans l'esprit de Libreville, a-t-il ajouté. Il y avait cinq signataires à Libreville (clan Bozizé, opposition, Séléka, rebelles ayant déposé les armes, société civile). Toutes ces parties seront représentées dans le nouveau gouvernement mais pas dans les mêmes proportions ».

"Transition consensuelle"

« En respectant l'esprit des accords de Libreville, je vais reconduire le Premier ministre (Nicolas Tiangaye), chef du gouvernement d'union nationale dans ses fonctions », avait déclaré Djotodia lors de son allocution, lundi. « Nous nous engageons à conduire désormais les destinées du peuple centrafricain pendant cette période de transition consensuelle de 3 ans conformément aux accords politiques de Libreville », a-t-il ajouté avant d’énumérer les objectifs du prochain gouvernement.

« Restaurer la paix et la sécurité, réorganiser les forces de défense et de sécurité, réorganiser l'administration territoriale » et « poursuivre le processus de DDR (désarmement, démobilisation et réintégration) » des anciens combattants seront les principaux chantiers de la transition en cours. « Nous regrettons les dégâts collatéraux (pillages, violences) et nous nous emploierons à y mettre fin très rapidement », a également affirmé Michel Djotodia qui demande aux « travailleurs du secteur public et privé de reprendre le travail dès demain mardi ». Selon Crépin Mboli Goumba, des « patrouilles mixtes entre la Séléka et la Fomac (Force multinationale d'Afrique centrale) ont commencé à patrouiller cette nuit (de dimanche à lundi) pour arrêter les pillages ». Un couvre-feu de 19h à 6h du matin a été décidé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Algérie - Bénin : les Fennecs au pied du mur

Article pr�c�dent :
Bénin : l'État parano

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Les jours du camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko sont-ils comptés ? Du côté de la Minusca ou du gouvernement centrafricain, l'installation dérange et les acteurs humanitaires son[...]

Centrafrique : toujours 182 986 déplacés internes et 420 000 réfugiés dans les pays voisins

182 986 déplacés internes. 420 000 réfugiés dans les pays voisins. Le point sur la situation humanitaire en Centrafrique, mi-décembre 2014, un peu plus d'un an après l'entrée en[...]

Centrafrique : 28 morts dans des affrontements à Mbrès

De violents affrontements sont en cours depuis mardi entre des éléments anti-balaka et ex-Séléka. 28 personnes sont mortes à Mbrès, une ville située à 300 km au nord de[...]

Centrafrique - Martin Ziguélé : "Le dialogue, oui, l'impunité, jamais !"

Martin Ziguélé, ancien Premier ministre d'Ange-Félix Patassé, est l'un des plus sérieux candidats à l'élection présidentielle de 2015 en Centrafrique. Ses[...]

Centrafrique : la justice française ouvre une enquête préliminaire sur François Bozizé

La justice française a récemment ouvert une enquête préliminaire à Paris après une plainte des autorités centrafricaines accusant l'ancien président François[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

En Centrafrique, la croix et le warga

Mélanie Soiron-Fallut est anthropologue.[...]

Pour un dialogue strictement inclusif en Centrafrique

François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (2003-2013).[...]

Un an après le lancement de Sangaris, où en est la Centrafrique ?

La France va progressivement retirer ses soldats engagés en Centrafrique, passant de 2 000 hommes actuellement à 1 500 au printemps, a indiqué vendredi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers