Extension Factory Builder
25/03/2013 à 08:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Djotodia à Libreville, en janvier 2013. Michel Djotodia à Libreville, en janvier 2013. © AFP

Dix ans après son arrivée au pouvoir, François Bozizé tombe comme il est arrivé : sous la pression des armes. Michel Djotodia, le chef de la rébellion Séléka, le remplace à la tête de l'État de la république centrafricaine.

Le leader de la Séléka devait officialiser par une cérémonie, lundi 24 mars, son statut de nouveau chef de l’État de la république centrafricaine (RCA). Mais dans les faits, il l’est déjà depuis la veille. Après une offensive éclair de deux jours sur Bangui, Michel Djotodia a pris la capitale avec ses frères d’armes et mis en fuite François Bozizé, qui avait lui-même pris le pouvoir en menant un coup d’État contre Ange-Félix Patassé, en 2003. Deux présidents chassés par les armes, chacun au bout de dix ans de pouvoir exactement.

Originaire du nord-est du pays, Djotodia maîtrise plusieurs langues. Il avait tenté auparavant une carrière politique, en se présentant deux fois sans succès aux législatives dans la préfecture de Vakaga. Puis il avait épousé une carrière de diplomate - il devient notamment consul de la RCA à Nyala, au Soudan. Une ville où il fait connaissance avec les rebelles tchadiens – alors appuyés par Khartoum - avant de décider de suivre leur exemple. En 2006, il fonde l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), est brièvement arrêté au Bénin puis se réfugie au Sud-Darfour où il bénéficie d’importants soutiens et peut continuer à construire l’armée qui le mènera au pouvoir, sous le regard bienveillant de plusieurs chefs d’État d’Afrique centrale.

Ambiguités

Mais les premières déclarations de Djotodia sur RFI, lundi 25 mars, sont ambigües. Il affirme vouloir rester « dans l’esprit des accords de Libreville », avec un gouvernement dirigé par l’opposant Nicolas Tiangaye et qui comptera peut-être des partisans de Bozizé - « Nous ne sommes pas là pour faire une chasse aux sorcières », assure-t-il. Michel Djotodia a aussi déclaré vouloir organiser une élection présidentielle d'ici à trois ans, un délai certes prévu par les accords mais qui paraît bien long pour un président auto-proclamé qui souhaite ne pas se couper de l'aide internationale. « Je n’ai pas dit que, dans trois ans, je remettrais le pouvoir. J’ai dit que des élections libres et transparentes seront organisées à ce moment-là », a tenu à souligner le nouvel homme fort de Bangui, dont les ambitions politiques sont ainsi clairement affirmées face aux journalistes qui lui demandaient combien de temps il comptait rester au centre du jeu.

« Il ne s’agit pas de s’éterniser au pouvoir », a tenté de rassurer le porte-parole de la rébellion à Paris, Eric Massi, toujours sur RFI. Notre objectif est de permettre aux Centrafricains de prendre en main leur destin ». La question d’une nouvelle feuille de route avec un aménagement des accords de Libreville est donc posée et devra trouver une réponse rapidement, sous la pression de la communauté internationale. Une réduction du délai d’organisation de la présidentielle, voire d’un couplage de celle-ci avec les élections locales prévue d’ici à un an selon les accords de Libreville, pourrait être proposée.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : le Parlement de transition n'enquêtera pas sur la gestion du don angolais

Centrafrique : le Parlement de transition n'enquêtera pas sur la gestion du don angolais

La commission d'enquête parlementaire sur la gestion du don angolais par les autorités centrafricaines ne verra pas le jour. Le Conseil national de transition a annoncé mardi avoir renoncé à sa [...]

Centrafrique : la Séléka au bord de l'implosion

Plusieurs généraux importants de la Séléka ont décidé le 25 octobre à Bambari de créer leur propre mouvement politico-militaire. Une autre assemblée[...]

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Des éléments armés assimilés aux Peuls et aux ex-Séléka ont attaqué un village de la région Balaka, centre de la Centrafrique, rapporte jeudi la Minusca, la mission de l'ONU[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Centrafrique : au moins sept personnes tuées par des milices rivales

Des miliciens anti-balaka et ex-Séléka ont tué au moins sept personnes ces derniers jours dans le centre de la Centrafrique. Selon la gendarmerie, les victimes étaient accusées de collaborer[...]

"Angolagate", l'affaire qui empoisonne la vie politique centrafricaine

L'affaire des 10 millions de dollars donnés par Luanda continue d'affecter la sphère publique à Bangui. Cette fois, c'est le Parlement centrafricain de transition qui s'en mêle.[...]

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Une délégation de la médiation internationale dans la crise centrafricaine était en visite à Bangui, samedi, pour rencontrer autorités et groupes armés afin de "ramener le[...]

Centrafrique - Anicet Dologuélé : "Samba-Panza n'est pas à l'écoute"

Pour l'ex-Premier ministre et futur candidat à l'élection présidentielle centrafricaine Anicet Dologuélé, le gouvernement centrafricain pèche par manque de transparence dans sa[...]

Centrafrique : six miliciens anti-balaka tués dans des affrontements avec la Minusca

Six miliciens anti-balaka ont été tués mercredi à Bangui dans un échange de tirs avec les forces internationales, a déclaré la Minusca jeudi.[...]

Centrafrique : quatre morts après de nouvelles violences à Bangui

Une attaque de miliciens anti-balaka mardi dans un quartier de Bangui a fait au moins quatre morts.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers