Extension Factory Builder
21/03/2013 à 15:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. © François Mori/AFP

Karim Haggui (29 ans, 85 sélections) avait annoncé sa retraite internationale en avril 2012. Mais l’international tunisien d’Hanovre (Allemagne) a décidé de revenir jouer pour les Aigles de Carthage, à la demande du sélectionneur Nabil Maâloul. Et il retrouvera son brassard de capitaine samedi 23 mars à Rades, face à la Sierra Leone, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de revenir sur votre décision de prendre votre retraite internationale ?

Karim Haggui : Ce n’était pas une retraite définitive. Plutôt une pause. J’avais décidé de prendre du recul, afin de laisser le groupe travailler dans la sérénité. Ma décision n’avait rien à voir avec des critères sportifs. C’était un choix personnel. Je suis heureux de revenir.

Vous n’aviez pas de problèmes avec Sami Trabelsi, alors sélectionneur de la Tunisie ?

Non, aucun. Il avait compris ma décision. Trabelsi a eu de bons résultats avec la Tunisie, hormis lors la CAN en Afrique du Sud. Il faut se souvenir où en était la sélection, en mars 2011, quand il a été nommé sélectionneur…

Auriez-vous accepté de revenir si un autre que Maâloul vous avait rappelé ?

Nabil Maâloul est celui qui m’a permis de jouer pour la sélection tunisienne. C’était en 2003, je n’avais que 19 ans, et il était l’adjoint de Roger Lemerre. Avec eux, j’ai vécu les meilleurs moments du football tunisien, quand nous avons remporté la CAN 2004 chez nous, ou lorsque nous avons participé à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Quand Maâloul, m’a rappelé, il m’a parlé de son projet. J’ai immédiatement dit oui. Quelque part, nous n’avons pas évoqué la question de mon retour. C’était presque naturel. Porter le maillot de la sélection est quelque chose de très fort. Et j’aurais accepté de revenir, même si un autre sélectionneur me l’avait demandé…

Maâloul est-il l’homme de la situation ?

Oui, c’est un homme qui connaît très bien le championnat tunisien, mais également les joueurs qui évoluent à l’étranger. Il n’a pas eu beaucoup de temps pour préparer l’équipe pour le match face à la Sierra Leone. J’apprécie sa vision du football offensif. Il demande à ses équipes de prendre des risques, et j’aime ça.

Où situez-vous la sélection nationale sur l’échiquier africain ?

Il faut être objectif, la sélection n’a plus rien gagné depuis la CAN 2004. Cela fait longtemps que nous n’obtenons plus de résultats. C’est une bonne équipe, mais d’autres lui sont supérieures. Une qualification pour la Coupe du Monde 2014 serait un grand pas en avant.

Vous êtes un des rares internationaux tunisiens à évoluer dans un grand championnat européen…

Quand j’ai quitté l’Étoile du Sahel, j’ai choisi la France et Strasbourg (2004-2006). Ensuite, je pense avoir fait de bons choix, d’abord au Bayer Leverkusen (2006-2009) et depuis à Hanovre. Je joue dans un des meilleurs championnats du monde, en étant parfois le capitaine de l’équipe. Pour la progression, un tel championnat est ce qu’il y a de mieux…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex