Extension Factory Builder
21/03/2013 à 15:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. © François Mori/AFP

Karim Haggui (29 ans, 85 sélections) avait annoncé sa retraite internationale en avril 2012. Mais l’international tunisien d’Hanovre (Allemagne) a décidé de revenir jouer pour les Aigles de Carthage, à la demande du sélectionneur Nabil Maâloul. Et il retrouvera son brassard de capitaine samedi 23 mars à Rades, face à la Sierra Leone, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de revenir sur votre décision de prendre votre retraite internationale ?

Karim Haggui : Ce n’était pas une retraite définitive. Plutôt une pause. J’avais décidé de prendre du recul, afin de laisser le groupe travailler dans la sérénité. Ma décision n’avait rien à voir avec des critères sportifs. C’était un choix personnel. Je suis heureux de revenir.

Vous n’aviez pas de problèmes avec Sami Trabelsi, alors sélectionneur de la Tunisie ?

Non, aucun. Il avait compris ma décision. Trabelsi a eu de bons résultats avec la Tunisie, hormis lors la CAN en Afrique du Sud. Il faut se souvenir où en était la sélection, en mars 2011, quand il a été nommé sélectionneur…

Auriez-vous accepté de revenir si un autre que Maâloul vous avait rappelé ?

Nabil Maâloul est celui qui m’a permis de jouer pour la sélection tunisienne. C’était en 2003, je n’avais que 19 ans, et il était l’adjoint de Roger Lemerre. Avec eux, j’ai vécu les meilleurs moments du football tunisien, quand nous avons remporté la CAN 2004 chez nous, ou lorsque nous avons participé à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Quand Maâloul, m’a rappelé, il m’a parlé de son projet. J’ai immédiatement dit oui. Quelque part, nous n’avons pas évoqué la question de mon retour. C’était presque naturel. Porter le maillot de la sélection est quelque chose de très fort. Et j’aurais accepté de revenir, même si un autre sélectionneur me l’avait demandé…

Maâloul est-il l’homme de la situation ?

Oui, c’est un homme qui connaît très bien le championnat tunisien, mais également les joueurs qui évoluent à l’étranger. Il n’a pas eu beaucoup de temps pour préparer l’équipe pour le match face à la Sierra Leone. J’apprécie sa vision du football offensif. Il demande à ses équipes de prendre des risques, et j’aime ça.

Où situez-vous la sélection nationale sur l’échiquier africain ?

Il faut être objectif, la sélection n’a plus rien gagné depuis la CAN 2004. Cela fait longtemps que nous n’obtenons plus de résultats. C’est une bonne équipe, mais d’autres lui sont supérieures. Une qualification pour la Coupe du Monde 2014 serait un grand pas en avant.

Vous êtes un des rares internationaux tunisiens à évoluer dans un grand championnat européen…

Quand j’ai quitté l’Étoile du Sahel, j’ai choisi la France et Strasbourg (2004-2006). Ensuite, je pense avoir fait de bons choix, d’abord au Bayer Leverkusen (2006-2009) et depuis à Hanovre. Je joue dans un des meilleurs championnats du monde, en étant parfois le capitaine de l’équipe. Pour la progression, un tel championnat est ce qu’il y a de mieux…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130321152137 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130321152137 from 172.16.0.100