Extension Factory Builder
21/03/2013 à 15:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. Le capitaine de la Tunisie, Karim Haggui, et ses coéquipiers pendant la CAN 2012, au Gabon. © François Mori/AFP

Karim Haggui (29 ans, 85 sélections) avait annoncé sa retraite internationale en avril 2012. Mais l’international tunisien d’Hanovre (Allemagne) a décidé de revenir jouer pour les Aigles de Carthage, à la demande du sélectionneur Nabil Maâloul. Et il retrouvera son brassard de capitaine samedi 23 mars à Rades, face à la Sierra Leone, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de revenir sur votre décision de prendre votre retraite internationale ?

Karim Haggui : Ce n’était pas une retraite définitive. Plutôt une pause. J’avais décidé de prendre du recul, afin de laisser le groupe travailler dans la sérénité. Ma décision n’avait rien à voir avec des critères sportifs. C’était un choix personnel. Je suis heureux de revenir.

Vous n’aviez pas de problèmes avec Sami Trabelsi, alors sélectionneur de la Tunisie ?

Non, aucun. Il avait compris ma décision. Trabelsi a eu de bons résultats avec la Tunisie, hormis lors la CAN en Afrique du Sud. Il faut se souvenir où en était la sélection, en mars 2011, quand il a été nommé sélectionneur…

Auriez-vous accepté de revenir si un autre que Maâloul vous avait rappelé ?

Nabil Maâloul est celui qui m’a permis de jouer pour la sélection tunisienne. C’était en 2003, je n’avais que 19 ans, et il était l’adjoint de Roger Lemerre. Avec eux, j’ai vécu les meilleurs moments du football tunisien, quand nous avons remporté la CAN 2004 chez nous, ou lorsque nous avons participé à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Quand Maâloul, m’a rappelé, il m’a parlé de son projet. J’ai immédiatement dit oui. Quelque part, nous n’avons pas évoqué la question de mon retour. C’était presque naturel. Porter le maillot de la sélection est quelque chose de très fort. Et j’aurais accepté de revenir, même si un autre sélectionneur me l’avait demandé…

Maâloul est-il l’homme de la situation ?

Oui, c’est un homme qui connaît très bien le championnat tunisien, mais également les joueurs qui évoluent à l’étranger. Il n’a pas eu beaucoup de temps pour préparer l’équipe pour le match face à la Sierra Leone. J’apprécie sa vision du football offensif. Il demande à ses équipes de prendre des risques, et j’aime ça.

Où situez-vous la sélection nationale sur l’échiquier africain ?

Il faut être objectif, la sélection n’a plus rien gagné depuis la CAN 2004. Cela fait longtemps que nous n’obtenons plus de résultats. C’est une bonne équipe, mais d’autres lui sont supérieures. Une qualification pour la Coupe du Monde 2014 serait un grand pas en avant.

Vous êtes un des rares internationaux tunisiens à évoluer dans un grand championnat européen…

Quand j’ai quitté l’Étoile du Sahel, j’ai choisi la France et Strasbourg (2004-2006). Ensuite, je pense avoir fait de bons choix, d’abord au Bayer Leverkusen (2006-2009) et depuis à Hanovre. Je joue dans un des meilleurs championnats du monde, en étant parfois le capitaine de l’équipe. Pour la progression, un tel championnat est ce qu’il y a de mieux…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : la dernière marche

Les Tunisiens nous étonnent chaque jour un peu plus. De tous les peuples arabes, ils sont ceux qui ont fait montre de la plus grande maturité, malgré de vives inquiétudes après le maelstr[...]

Présidentielle tunisienne : vers un second tour Essebsi - Marzouki

Le premier tour de la présidentielle tunisienne s'est tenu dimanche avec un taux de participation d'environ 64 %. Selon les premières estimations à la sortie des urnes, Béji Caïd Essebsi devance[...]

Tunisie : faible participation à la présidentielle

À la mi-journée, le taux de participation à la présidentielle tunisienne était de 11,85 %. Un faible intérêt de la population pour le scrutin, qui ne lui enlève pas son[...]

Tunisie : ouverture des bureaux de vote pour une présidentielle historique

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Tunisie pour la première présidentielle libre de son histoire, près de quatre ans après la révolution de janvier 2011 qui lança le[...]

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une informaticienne tunisienne, Fatma Ben Guefrache, a remporté vendredi en Indonésie l'élection de "Miss monde Muslimah", présentée comme une riposte aux concours de beauté[...]

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Tunisie : Ben Ali, Leïla et le 14 janvier

Depuis son exil en Arabie saoudite, le président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali finalise la rédaction de ses Mémoires. Sa version de la journée du 14 janvier 2011 est attendue avec[...]

Tunisie : Abdelfattah Mourou au Perchoir ?

Pendant que la Tunisie se focalise sur le premier tour de l'élection présidentielle du 23 novembre et que l'ultime séance de l'Assemblée nationale constituante (ANC) mettra un terme le[...]

Tunisie : Slim Chiboub, le gendre de Ben Ali, placé sous mandat de dépôt et écroué

Slim Chiboub, le gendre du président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali, est arrivé en Tunisie mardi matin pour s'expliquer devant la justice de son pays. Il a finalement été[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers