Extension Factory Builder
13/03/2013 à 09:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le docteur congolais Denis Mukwege, le 10 janvier 2013 à Paris Le docteur congolais Denis Mukwege, le 10 janvier 2013 à Paris © AFP

 Le "redéploiement des groupes armés se fait sur les corps des femmes" dans l'est de la RDC, où les violences sexuelles "massives" et "méthodiques" se poursuivent, s'est alarmé, le 12 mars, le docteur Denis Mukwege, mondialement célèbre pour sa lutte pour le respect des femmes.

Avec la persistance de l’insécurité dans la partie est de la République démocratique du Congo (RDC), « l'année 2013 a mal commencé », a constaté le Dr Mukwege, 55 ans, gynécologue obstétricien qui soigne les victimes de violences sexuelles à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu (est).

En moyenne, près de 300 femmes viennent chaque mois se faire soigner dans son hôpital de Panzi, à Bukavu, après avoir été victimes de viols et de sévices sexuels, a-t-il expliqué, le 12 mars, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa. Après avoir fléchi en 2011, ce chiffre a repris en 2012 et se maintient les premiers mois de 2013.

Des viols méthodiques, mystématiques et massifs ont le même impact qu'une guerre classique.

Le Dr Mukwege a une nouvelle fois dénoncé ces viols « méthodiques, systématiques et massifs » qui ont, selon lui, « le même impact qu'une guerre classique » et détruisent le tissu économique et social du pays. « Cela ne peut cesser que si tous se mobilisent », a-t-il lancé, alors qu'il séjourne à Kinshasa pour trois jours de rencontres et de conférences consacrées à la question des violences sexuelles.

Les causes des violences

« La solution viendra de la prise en charge des causes de ces violences », a-t-il souligné. Victime d'une tentative d'assassinat le 25 octobre dernier, le médecin est rentré d'Europe le 14 janvier et vit depuis dans son hôpital de Bukavu avec sa femme et ses filles. « Nous ne nous sentons pas en sécurité », a-t-il confié, ajoutant : « mes patientes ont pris en charge ma sécurité ».

Denis Mukwege a fondé l'hôpital et la fondation de Panzi pour aider les femmes violées dans l'est de la RDC. Son nom a été suggéré plusieurs fois pour le Prix Nobel de la paix. Il a notamment reçu le prix de l'ONU pour les droits humains.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin d'[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

RDC 

"Esclavage sexuel" et "travail forcé" en RDC, MSF tire la sonnette d'alarme

MSF a dénoncé mercredi les violences que les milices armées des régions minières de l'est de la République démocratique du Congo infligent aux civils. Selon l'ONG, les exploitants[...]

RDC - Me Kapiamba : "Le clientélisme a totalement détruit la justice congolaise"

Après le scandale autour de la mort d'une petite fille d'un an et demi en détention à Kinshasa, le président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba,[...]

RDC : le désarmement des FDLR expliqué à ceux qui ont raté le début

Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont commencé fin mai à se rendre. Une reddition jusqu'ici timide mais suffisante pour obtenir la suspension des[...]

RDC : Lubumbashi en proie à de vives tensions pour l'anniversaire de la sécession katangaise

La ville de Lubumbashi est sous tension vendredi pour l'anniversaire de la sécession katangaise. Des forces de sécurité ont été déployées en prévention d'une attaque des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers