Extension Factory Builder
12/03/2013 à 08:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boukary Daou a été arrêté le 5 mars. Boukary Daou a été arrêté le 5 mars. © Boukary Daou/Facebook

Pour protester contre l’arrestation de Boukary Daou, directeur de publication du journal privé "Le Républicain", ses confrères maliens ont décidé d’organiser des journées sans presse à partir du 12 mars.

Les responsables des organisations de la presse privée malienne, réunis en assemblée générale à la Maison de la presse du Mali, le 11 mars, ont décidé « l’instauration de Journées sans presse à compter du mardi 12 mars, jusqu’à la libération de Boukary Daou », indique un communiqué publié à la fin de la réunion. Les patrons de presse décident également de déposer « plainte contre l’État pour arrestation arbitraire de notre confrère du journal Le Républicain », ajoute le texte.

Le 6 mars, les services de renseignement maliens ont arrêté Boukary Daou pour avoir publié la lettre ouverte au président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, d’un groupe des militaires mécontents. « Nous avons appris que pendant que nous mourrons, nous, dans le grand désert, le capitaine Sanogo, pour avoir fait un coup d'État, et mis le pays dans la situation que nous connaissons, doit bénéficier d'un salaire de quatre millions de F CFA » (plus de 6 000 euros) par mois », peut-on lire dans cette lettre signée d'un certain capitaine Touré. Qui menace : « Si cette décision n'était pas annulée dans les deux semaines suivantes, nous cesserons, nous, c'est-à-dire mes éléments et moi, de combattre ».

Protection des sources

De son côté, l’armée malienne assure qu’il n’y a sur le terrain des opérations au nord aucun officier au grade de capitaine répondant au nom de Touré. Et « le directeur de l’information et des relations publiques des armées invite la presse nationale et internationale à plus de vigilance face à des entreprises obscures qui cherchent à compromettre la cohésion et la discipline au sein des troupes sur le terrain », dit un communiqué lu à la télévision nationale dans le journal de 20 heures du 11 mars.

« Les investigations judiciaires sont en cours par les services compétents pour identifier le ou les vrais auteurs de cette lettre supposée ou réelle qui cherche à démobiliser notre armée sur le terrain », indique le même communiqué. Pour libérer Boukary Daou, « les agents de la sécurité d’État lui demandent de donner le nom des auteurs du document incriminé et il a refusé, ce qui est son droit car les journalistes doivent protéger leurs sources », explique Kassim Traoré, le président de l’Organisation des jeunes reporters du Mali.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar Ke&[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Mali : l'armée française annonce avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao

L'armée française a annoncé jeudi avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao, dans une opération près de Gao, au nord du Mali. Proche de Mokhtar Belmokhtar, avec lequel il a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers