Extension Factory Builder
12/03/2013 à 08:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boukary Daou a été arrêté le 5 mars. Boukary Daou a été arrêté le 5 mars. © Boukary Daou/Facebook

Pour protester contre l’arrestation de Boukary Daou, directeur de publication du journal privé "Le Républicain", ses confrères maliens ont décidé d’organiser des journées sans presse à partir du 12 mars.

Les responsables des organisations de la presse privée malienne, réunis en assemblée générale à la Maison de la presse du Mali, le 11 mars, ont décidé « l’instauration de Journées sans presse à compter du mardi 12 mars, jusqu’à la libération de Boukary Daou », indique un communiqué publié à la fin de la réunion. Les patrons de presse décident également de déposer « plainte contre l’État pour arrestation arbitraire de notre confrère du journal Le Républicain », ajoute le texte.

Le 6 mars, les services de renseignement maliens ont arrêté Boukary Daou pour avoir publié la lettre ouverte au président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, d’un groupe des militaires mécontents. « Nous avons appris que pendant que nous mourrons, nous, dans le grand désert, le capitaine Sanogo, pour avoir fait un coup d'État, et mis le pays dans la situation que nous connaissons, doit bénéficier d'un salaire de quatre millions de F CFA » (plus de 6 000 euros) par mois », peut-on lire dans cette lettre signée d'un certain capitaine Touré. Qui menace : « Si cette décision n'était pas annulée dans les deux semaines suivantes, nous cesserons, nous, c'est-à-dire mes éléments et moi, de combattre ».

Protection des sources

De son côté, l’armée malienne assure qu’il n’y a sur le terrain des opérations au nord aucun officier au grade de capitaine répondant au nom de Touré. Et « le directeur de l’information et des relations publiques des armées invite la presse nationale et internationale à plus de vigilance face à des entreprises obscures qui cherchent à compromettre la cohésion et la discipline au sein des troupes sur le terrain », dit un communiqué lu à la télévision nationale dans le journal de 20 heures du 11 mars.

« Les investigations judiciaires sont en cours par les services compétents pour identifier le ou les vrais auteurs de cette lettre supposée ou réelle qui cherche à démobiliser notre armée sur le terrain », indique le même communiqué. Pour libérer Boukary Daou, « les agents de la sécurité d’État lui demandent de donner le nom des auteurs du document incriminé et il a refusé, ce qui est son droit car les journalistes doivent protéger leurs sources », explique Kassim Traoré, le président de l’Organisation des jeunes reporters du Mali.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers