Extension Factory Builder
08/03/2013 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats libyens devant le siège de la télévision Alassema à Tripoli, le 7 mars 2013 Des soldats libyens devant le siège de la télévision Alassema à Tripoli, le 7 mars 2013 © AFP

Un groupe armé a pris d'assaut, le 7 mars, le siège d'une télévision privée proche des libéraux à Tripoli et enlevé le patron de la chaîne et quatre journalistes. Une prise d’otages intervenue deux jours après l’attaque contre la plus haute autorité politique du pays, Mohamed Al-Megaryef, dont la voiture avait essuyé des tirs à la sortie d’une salle de réunion assiégée par des manifestants.

Décidément, la vie à Tripoli est loin d'être un fleuve tranquille. Prise d’otages, attaque contre la principale autorité du pays... La Libye a connu une semaine mouvementée. Dernier incident en date : la Commission des droits de l’Homme à l’Assemblée nationale a annoncé l’attaque par un groupe armé, le 7 mars, du siège d'Alassema TV, une télévision privée proche des libéraux. Le patron de la chaîne, Jomaa Al-Osta, et quatre journalistes ont été enlevés par des « individus inconnus », a indiqué la commission.

Selon Mohamed al-Charkassi, un présentateur qui a été libéré peu après l’incident, les assaillants se présentaient comme d’« anciens rebelles de Tripoli », précisant qu’ils étaient « très remontés contre Alassema TV pour sa ligne éditoriale », réputée proche de la coalition de tendance libérale de Mahmoud Jibril, qui a remporté les élections de juillet 2012 devançant les islamistes. Après avoir été interrogé, « j'ai été libéré à condition que je quitte la capitale », a-t-il raconté sur la chaîne privée Libya al-Ahrar, sans préciser quel était le sort de ses collègues.

L'agence de presse libyenne Lana a également fait état d'un assaut du bâtiment de la chaîne, ayant provoqué « d'énormes dégâts dans les studios ». De son côté, la Commission des droits de l’Homme de l’Assemblée nationale libyenne a condamné ces attaques et « a appelé le ministère de l'Intérieur à assumer totalement sa responsabilité et à intervenir immédiatement pour libérer les prisonniers ».

"Bannissement politique"

Deux jours plus tôt, la voiture du président de la plus haute autorité politique de Libye, Mohamed Al-Megaryef, a essuyé des « tirs nourris » à Tripoli, au moment où il quittait une salle de réunion assiégée par des manifestants qui étaient « armés et certains en possession d’explosifs », a affirmé Achour Chwayel, le ministre de l’Intérieur, précisant que le chef du Congrès général national (CGT) était tout de même sorti indemne de l’attaque.

Les protestataires avaient assiégé, le 5 mars, jusqu’à une heure tardive de la soirée, plus d'une centaine de députés, dont le président du CGN, dans un bâtiment de la banlieue de Tripoli, pour les obliger à voter une loi sur « le bannissement politique » des anciens collaborateurs du régime déchu.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de finance[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui ont traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130308111859 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130308111859 from 172.16.0.100