Extension Factory Builder
08/03/2013 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats libyens devant le siège de la télévision Alassema à Tripoli, le 7 mars 2013 Des soldats libyens devant le siège de la télévision Alassema à Tripoli, le 7 mars 2013 © AFP

Un groupe armé a pris d'assaut, le 7 mars, le siège d'une télévision privée proche des libéraux à Tripoli et enlevé le patron de la chaîne et quatre journalistes. Une prise d’otages intervenue deux jours après l’attaque contre la plus haute autorité politique du pays, Mohamed Al-Megaryef, dont la voiture avait essuyé des tirs à la sortie d’une salle de réunion assiégée par des manifestants.

Décidément, la vie à Tripoli est loin d'être un fleuve tranquille. Prise d’otages, attaque contre la principale autorité du pays... La Libye a connu une semaine mouvementée. Dernier incident en date : la Commission des droits de l’Homme à l’Assemblée nationale a annoncé l’attaque par un groupe armé, le 7 mars, du siège d'Alassema TV, une télévision privée proche des libéraux. Le patron de la chaîne, Jomaa Al-Osta, et quatre journalistes ont été enlevés par des « individus inconnus », a indiqué la commission.

Selon Mohamed al-Charkassi, un présentateur qui a été libéré peu après l’incident, les assaillants se présentaient comme d’« anciens rebelles de Tripoli », précisant qu’ils étaient « très remontés contre Alassema TV pour sa ligne éditoriale », réputée proche de la coalition de tendance libérale de Mahmoud Jibril, qui a remporté les élections de juillet 2012 devançant les islamistes. Après avoir été interrogé, « j'ai été libéré à condition que je quitte la capitale », a-t-il raconté sur la chaîne privée Libya al-Ahrar, sans préciser quel était le sort de ses collègues.

L'agence de presse libyenne Lana a également fait état d'un assaut du bâtiment de la chaîne, ayant provoqué « d'énormes dégâts dans les studios ». De son côté, la Commission des droits de l’Homme de l’Assemblée nationale libyenne a condamné ces attaques et « a appelé le ministère de l'Intérieur à assumer totalement sa responsabilité et à intervenir immédiatement pour libérer les prisonniers ».

"Bannissement politique"

Deux jours plus tôt, la voiture du président de la plus haute autorité politique de Libye, Mohamed Al-Megaryef, a essuyé des « tirs nourris » à Tripoli, au moment où il quittait une salle de réunion assiégée par des manifestants qui étaient « armés et certains en possession d’explosifs », a affirmé Achour Chwayel, le ministre de l’Intérieur, précisant que le chef du Congrès général national (CGT) était tout de même sorti indemne de l’attaque.

Les protestataires avaient assiégé, le 5 mars, jusqu’à une heure tardive de la soirée, plus d'une centaine de députés, dont le président du CGN, dans un bâtiment de la banlieue de Tripoli, pour les obliger à voter une loi sur « le bannissement politique » des anciens collaborateurs du régime déchu.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces