Extension Factory Builder
08/03/2013 à 07:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bertrand Bisimwa, nouveau chef politique du M23, tendance pro-Makenga. Bertrand Bisimwa, nouveau chef politique du M23, tendance pro-Makenga. © AFP

Le haut commandement militaire du Mouvement du 23 mars (M23) a désigné, le 7 mars, Bertrand Bisimwa, alors porte-parole de la rébellion, pour remplacer Jean-Marie Runiga à la tête du groupe armé. À peine nommé, le nouveau chef politique du M23 a invité le gouvernement congolais à soumettre, aux pourparlers de Kampala, sa proposition de sortie de crise.

L’heure est à la réorganisation au Mouvement du 23 mars (M23), rébellion qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) depuis près d’une année. Après la destitution de Jean-Marie Runiga - qui a créé une autre branche du M23 -, l’aile restée fidèle à son chef militaire, Sultani Makenga, a nommé, le 7 mars, Bertrand Bisimwa au poste de coordonnateur politique. Une récompense pour un « combattant de la première heure », explique-t-on dans son entourage.

Bertrand Bisimwa, 40 ans, natif de la ville de Bukavu (Sud-Kivu), est une figure bien connue dans les groupes armés qui se sont succédé dans la partie est de la RDC depuis près de deux décennies. En 1996, il rejoint l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), rébellion qui mit fin aux 32 ans de règne de Mobutu. Deux ans plus tard, il participe à l’insurrection du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) contre le pouvoir de Kabila (père et fils), avant de se retrouver aux côtés des hommes du général déchu Laurent Nkunda, en 2009. « C’est la riche histoire du M23 », souligne-t-il.

Rapprochement M23 - Kinshasa ?

Aujourd’hui, à la tête du principal groupe armé au Nord-Kivu, Bertrand Bisimwa « souhaite » que son mouvement parvienne à un accord avec Kinshasa avant le 15 mars, date programmée de l’issue des pourparlers engagés depuis le début de décembre 2012 à Kampala. « Mais, à ce jour, contrairement à ce que certains médias ont annoncé, nous n’avons reçu aucun projet d’accord du gouvernement congolais », précise-t-il, rappelant qu’« en dehors du compromis sur l’évaluation de l’Accord du 23 mars [2009, NDLR], aucune proposition de Kinshasa se trouve sur la table des discussions ».

À Kampala, les délégués du M23 sont pris en charge par le gouvernement congolais : or on ne loge pas, on ne nourrit pas, on ne donne pas de l’argent de poche aux membres d’une "force négative".

Bertrand Bisimwa, le nouveau président du M23/pro-Makenga

Après l’éclatement du M23 en deux groupuscules, le gouvernement congolais avait indiqué se retrouver devant « un problème d’identification d’interlocuteurs » pour poursuivre les négociations. « Cette question est levée : Kinshasa nous a informé de son intention de continuer les pourparlers avec notre groupe », assure le nouveau chef politique du M23, aile Sultani Makenga.

En attendant, à New-York, les tractations se poursuivent pour renforcer le mandat des troupes onusiennes en RDC et décider du déploiement d’une brigade d’intervention internationale chargée de neutraliser tous les groupes armés et forces négatives actifs dans le Kivu. « Notre mouvement n’est pas concerné : le M23 n’est pas une force négative, soutient Bertrand Bisimwa. Nous sommes plutôt des partenaires de la paix. C'est pourquoi à Kampala, nos délégués sont pris en charge par le gouvernement congolais : or on ne loge pas, on ne nourrit pas, on ne donne pas l’argent de poche aux membres d’une "force négative" », conclut-il.

___________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : des centaines d'otages restent aux mains des rebelles de l'ADF-Nalu

RDC : des centaines d'otages restent aux mains des rebelles de l'ADF-Nalu

Des opérations militaires menées contre les rebelles de l’Armée nationale de libération de l’Ouganda (ADF-Nalu), actifs à l’est de la République démocratique du [...]

Ebola en RDC : déjà 31 morts selon l'OMS, mais l'épidémie reste "circonscrite"

Le bilan de l'épidémie d'Ebola que connaît la RDC depuis le 11 août est officiellement passé à 31 morts. Mais la zone touchée, dans la région de l'Équateur, est[...]

RDC : le gouvernement met en avant ses efforts pour lutter contre les violences sexuelles

À l'occasion d'une conférence de presse organisée lundi par les Nations Unies et le gouvernement de République démocratique du Congo, les autorités congolaises ont cherché[...]

RDC - Félix Tshisekedi : "Aucun parti ne peut gagner seul"

Après deux semaines passées au chevet de son père, l’opposant congolais (RDC) Étienne Tshisekedi, à Bruxelles, Félix Tshisekedi retourne dans la mêlée Kinoise.[...]

RDC : la mort du général Bahuma suscite un grand malaise à Goma

Depuis l'annonce du décès du général Bahuma, commandant de l'armée congolaise dans le Nord-Kivu, les habitants de Goma sont inquiets et en colère. Ils ont manifesté lundi dans les[...]

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, le ministre des[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex