Extension Factory Builder
08/03/2013 à 07:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bertrand Bisimwa, nouveau chef politique du M23, tendance pro-Makenga. Bertrand Bisimwa, nouveau chef politique du M23, tendance pro-Makenga. © AFP

Le haut commandement militaire du Mouvement du 23 mars (M23) a désigné, le 7 mars, Bertrand Bisimwa, alors porte-parole de la rébellion, pour remplacer Jean-Marie Runiga à la tête du groupe armé. À peine nommé, le nouveau chef politique du M23 a invité le gouvernement congolais à soumettre, aux pourparlers de Kampala, sa proposition de sortie de crise.

L’heure est à la réorganisation au Mouvement du 23 mars (M23), rébellion qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) depuis près d’une année. Après la destitution de Jean-Marie Runiga - qui a créé une autre branche du M23 -, l’aile restée fidèle à son chef militaire, Sultani Makenga, a nommé, le 7 mars, Bertrand Bisimwa au poste de coordonnateur politique. Une récompense pour un « combattant de la première heure », explique-t-on dans son entourage.

Bertrand Bisimwa, 40 ans, natif de la ville de Bukavu (Sud-Kivu), est une figure bien connue dans les groupes armés qui se sont succédé dans la partie est de la RDC depuis près de deux décennies. En 1996, il rejoint l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), rébellion qui mit fin aux 32 ans de règne de Mobutu. Deux ans plus tard, il participe à l’insurrection du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) contre le pouvoir de Kabila (père et fils), avant de se retrouver aux côtés des hommes du général déchu Laurent Nkunda, en 2009. « C’est la riche histoire du M23 », souligne-t-il.

Rapprochement M23 - Kinshasa ?

Aujourd’hui, à la tête du principal groupe armé au Nord-Kivu, Bertrand Bisimwa « souhaite » que son mouvement parvienne à un accord avec Kinshasa avant le 15 mars, date programmée de l’issue des pourparlers engagés depuis le début de décembre 2012 à Kampala. « Mais, à ce jour, contrairement à ce que certains médias ont annoncé, nous n’avons reçu aucun projet d’accord du gouvernement congolais », précise-t-il, rappelant qu’« en dehors du compromis sur l’évaluation de l’Accord du 23 mars [2009, NDLR], aucune proposition de Kinshasa se trouve sur la table des discussions ».

À Kampala, les délégués du M23 sont pris en charge par le gouvernement congolais : or on ne loge pas, on ne nourrit pas, on ne donne pas de l’argent de poche aux membres d’une "force négative".

Bertrand Bisimwa, le nouveau président du M23/pro-Makenga

Après l’éclatement du M23 en deux groupuscules, le gouvernement congolais avait indiqué se retrouver devant « un problème d’identification d’interlocuteurs » pour poursuivre les négociations. « Cette question est levée : Kinshasa nous a informé de son intention de continuer les pourparlers avec notre groupe », assure le nouveau chef politique du M23, aile Sultani Makenga.

En attendant, à New-York, les tractations se poursuivent pour renforcer le mandat des troupes onusiennes en RDC et décider du déploiement d’une brigade d’intervention internationale chargée de neutraliser tous les groupes armés et forces négatives actifs dans le Kivu. « Notre mouvement n’est pas concerné : le M23 n’est pas une force négative, soutient Bertrand Bisimwa. Nous sommes plutôt des partenaires de la paix. C'est pourquoi à Kampala, nos délégués sont pris en charge par le gouvernement congolais : or on ne loge pas, on ne nourrit pas, on ne donne pas l’argent de poche aux membres d’une "force négative" », conclut-il.

___________

Par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : trois morts dans des échauffourées entre militaires et jeunes à Likasi

RDC : trois morts dans des échauffourées entre militaires et jeunes à Likasi

Trois personnes sont mortes et cinq ont été blessées samedi à Likasi, dans le sud-est de la RDC, lors d’échauffourées entre militaires et jeunes d'un parti de la majorité, o[...]

RDC : amnistie pour Réné Abandi, le chef de la délégation du M23 aux pourparlers de paix

Le chef de la délégation de l'ex-rébellion congolaise Mouvement du 23-Mars (M23) aux pourparlers de paix avec Kinshasa a bénéficié d'une amnistie comme une dizaine d'autres membres du[...]

RDC - AS Vita Club : Firmin Mubele Ndombe, une ambition européenne

À tout juste 20 ans, Firmin Mubele Ndombe, l’attaquant de l’AS Vita Club, fait déjà pas mal parler de lui. Le joueur du club le plus populaire de RD Congo pourrait même s’expatrier[...]

Mike la Duchesse : acteur travesti, Congolais et inquiet de l'homophobie en RDC

La RDC pourrait bientôt criminaliser l'homosexualité et sa "promotion". Rencontre avec Mike la Duchesse, premier acteur congolais à avoir interprété le rôle d'un homosexuel, qui[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

RDC : blessé par balles, le directeur du parc des Virunga en soins intensifs

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga (est de la RDC), était en soins intensifs mercredi après avoir été grièvement blessé au cours d'une attaque, la[...]

RDC : Étienne Tshisekedi s'accroche... Et agace ?

Depuis quelques semaines, les rumeurs vont bon train au sujet de la santé d'Étienne Tshisekedi, âgé de 81 ans. Mais aux dernières nouvelles il irait mieux. Au point de reprendre à[...]

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces