Extension Factory Builder
05/03/2014 à 10:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hugo Chávez et Mouammar Kaddafi, le 22 octobre 2010, à Tripoli. Hugo Chávez et Mouammar Kaddafi, le 22 octobre 2010, à Tripoli. © Reuters

Il y a un an, le 5 mars 2013, Hugo Chávez décédait des suites d’un cancer. Jusqu'au bout de sa présidence, le révolutionnaire bolivarien aura reconnu chez son homologue libyen, Mouammar Kadhafi, un véritable frère d'armes dans la lutte contre l'impérialisme. Et cela même après la mort du "Guide" sous les coups des révolutionnaires libyens... et des bombes de l'Otan.

Cet article a été publié le 6 mars 2013.

La mort de Mouammar Kadhafi, le 20 octobre 2011, l’avait particulièrement marqué. « C’est un outrage de plus à la vie. Nous nous souviendrons toujours de lui comme un grand lutteur, un révolutionnaire et un martyr », avait immédiatement réagi Hugo Chávez. Un an après, la colère était toujours là : « C’est barbare. J’étais très ami avec lui. Il a été torturé, assassiné. Ses derniers mots ont été : "Je mourrai comme le Che. Je vais au martyr" », s’était-il souvenu.

Décédé le 5 mars des suites d’un cancer, le président du Venezuela a sans cesse affiché un soutien sans faille au régime libyen. Dès le lancement de la rébellion, en février 2011, Chávez multiplie les messages de soutiens vers Tripoli. Si bien que la rumeur, relayée par Al-Jazira et Al-Arabiya, ne tarde pas à faire de Kadhafi un exilé à Caracas. Alors que le dictateur perd le contrôle de son pays, Chávez, qui s’est opposé à  l’intervention militaire de l’Otan (mars-octobre 2011), propose de jouer le médiateur entre le régime et les rebelles. Les deux hommes se parlent régulièrement, et le 26 avril, une délégation est dépêchée à Caracas par le « Guide » pour tenter de trouver une solution diplomatique. Mais le plan de sortie de crise échouera.

"Frère"

En août, Kadhafi écrit au président vénézuélien - son « frère » - dont l’état de santé commence à se détériorer. « Le peuple libyen et moi, nous prions personnellement pour votre santé », dit-il en espérant continuer à bénéficier du soutien de son allié. « J’ai reçu avec émotion sa lettre. C’est un bédouin, je le respecte et l’aime beaucoup », réagit Chávez dans une allocution télévisée.

Entre ces dirigeants de pays exportateurs de pétrole, tous deux militaires et issus d’un milieu modeste, les premiers contacts directs se font peu de temps après l’arrivée au pouvoir de Chávez, en 1999. Le président vénézuélien se rend à plusieurs reprises à Tripoli (2004, 2006, 2009, et 2010). L’accueil est à chaque fois très chaleureux. En 2004, le « guide » lui remet le prix Kadhafi pour les droits de l’homme, crée en 1989. En 2009, Chávez se déplace dans la capitale libyenne à l’occasion des 40 ans de la révolution libyenne. « Nos deux pays unis dans un même destin, dans la même bataille contre un ennemi commun », l'impérialisme américain, déclare-t-il. L’année suivante, sa visite de trois jours accouche de la signature de quatre accords et cinq mémorandums d'entente de coopération entre les deux pays dans tous les domaines.

Bolívar libyen

De son côté, Kadhafi s’est rendu une seule fois au Venezuela. C’était en 2009, sur l'île de Margarita, à l’occasion du sommet Union africaine-Amérique du Sud. « Il m’a offert sa tente, il est allé à l’université bolivarienne. Il était content », a raconté Chávez. Selon un câble diplomatique de l'ambassade américaine à Caracas datant de 2009 et publié en 2011 par Wikileaks, « la rencontre a été l'occasion d’agressions rhétoriques sur le capitalisme, le colonialisme et l'impérialisme ». Toujours selon ce câble, les deux hommes se sont tour à tour félicités de leurs « révolutions » respectives : « Simon Bolívar [le libérateur de l’Amérique latine auquel Chavèz voue un culte sans limite] est au peuple vénézuélien, ce que Kadhafi est au peuple libyen », a déclaré Chavez. Le « Guide » a ensuite rendu hommage à Chávez pour « avoir chassé les colonialistes ». « Nous partageons le même destin, le même combat dans la même tranchée contre un ennemi commun, et nous vaincrons », a ajouté Kadhafi. À cette occasion, Chávez lui remet l'Ordre de la libération, la plus grande récompense du pays.

Lors de sa visite à Tripoli en 2009, le président vénézuélien témoigne de l’influence qu’a pu avoir la révolution libyenne sur certains mouvements de gauche radicaux sud-américains qui voyaient dans la Libye une alternative, notamment logistique, à Cuba ou à l’Union soviétique. « Dans les années 1970, de nombreux leaders révolutionnaires sont venus ici (en Libye). Moi je ne pouvais pas parce que j'étais dans l'armée. (Mais) lorsque le Livre vert est arrivé au Venezuela, nous avons suivi l'exemple de Kadhafi. Je disais toujours à mes camarades de l'armée : si lui et ces jeunes militaires là l'ont fait (prendre la pouvoir, NDLR), pourquoi ne pourrions-nous pas en faire autant ? »

Leur relation appartient désormais au passé. C’est avec fierté que le Vénézuélien avait appris que Kadhafi avait donné son nom à l’enceinte de football de Benghazi construite en 2009. Après la chute du « Guide », le « Hugo Chávez Football Stadium » a été rebaptisé stade des « Martyrs de Février ».

________

Par Vincent Duhem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

L'incendie qui ravage un important site de stockage de carburant près de l'aéroport de Tripoli était toujours hors de contrôle, mardi. Le gouvernement libyen a fait appel à l'aide étrang&[...]

Libye : un avion des forces loyales à Khalifa Haftar s'écrase à Benghazi

Un avion militaire engagé au côté du général dissident Khalifa Haftar s'est écrasé mardi à Benghazi, où des combats font rage depuis samedi.[...]

Libye : l'incendie d'immenses réservoirs de carburant menace Tripoli

Un tir de roquette a provoqué dimanche l'incendie de vastes réservoirs de carburant près de Tripoli. Le gouvernement évoque une situation "très dangereuse", les flammes menaçant[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Libye : 100 morts dans des combats entre milices, les Occidentaux quittent le pays

L'escalade des violences en Libye a poussé dimanche des capitales occidentales à rappeler leurs ressortissants. Près de 100 personnes ont été tuées en deux semaines de combats entre [...]

Libye : 38 morts dans des affrontements à Benghazi

Au moins 38 personnes, des soldats pour la plupart, ont été tuées et 50 blessées dans de violents combats entre armée et groupes islamistes ces dernières 24 heures à Benghazi dans[...]

Libye : les États-Unis évacuent leur personnel diplomatique de Tripoli

Les États-Unis ont évacué samedi tout leur personnel diplomatique de leur ambassade en Libye en raison des violents affrontements dans la capitale, a annoncé le département d'État.[...]

Libye : le gouvernement met en garde contre "l'effondrement de l'État"

Le gouvernement libyen a mis en garde vendredi contre "l'effondrement de l'État" au moment où les combats faisaient toujours rage entre milices rivales à Tripoli pour le 13e jour[...]

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du[...]

Libye : violents combats entre milices rivales à Benghazi et à Tripoli

À Benghazi et à Tripoli, autour de l'aéroport, les combats se poursuivaient mercredi, alors que l'entrée en fonction du nouveau Parlement (à Benghazi) a été fixée au 4[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers