Extension Factory Builder
06/03/2013 à 16:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bell : 'Pourquoi ne demande-t-on pas combien rapporte la CAN, et où va l’argent ?' Bell : "Pourquoi ne demande-t-on pas combien rapporte la CAN, et où va l’argent ?" © Reuters

L’ancien gardien de but des Lions indomptables (58 ans), champion d’Afrique en 1984 et 1988, Joseph-Antoine Bell, critique le mode de gouvernance de la CAF, qu’il n’hésite pas à comparer à une dictature. L’élection à la présidence de cette institution du football africain doit avoir lieu dimanche 10 mars à Marrakech, avec un seul candidat en lice : le Camerounais Issa Hayatou, sûr de l’emporter…

Jeune Afrique : Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a annoncé mardi 5 mars que l’Ivoirien Jacques Anouma ne pourrait pas être candidat. Est-ce une décision que vous regrettez ?

Joseph-Antoine Bell : Bien sûr. Le TAS a appliqué le droit, mais où est la morale ? Au-delà de la personne – je n’ai pas à dire si Jacques Anouma aurait fait ou non un bon candidat et éventuellement un bon président, la question n’est pas là – cela signifie qu’un homme qui a dirigé une fédération africaine (celle de Côte d’Ivoire, NDLR), qui est membre du Comité exécutif de la Fifa et qui a donc représenté son pays, ne peut pas se présenter à la présidence de la CAF avec un projet pour le football du continent. C’est tout de même très contestable, et même scandaleux. Les gens qui ont modifié les textes en septembre dernier aux Seychelles ont validé leur attachement à la dictature. Ils ont aussi admis qu’ils n’avaient les compétences pour diriger la CAF.

Êtes-vous surpris que les choses se déroulent ainsi ?

Pas du tout. À la CAF, il n’y a qu’un cerveau. On ne décide pas à 55 [le nombre de fédérations affiliées à la CAF, NDLR], mais on tripatouille ensemble les règles pour éviter qu’un autre candidat se présente. J’entends dire sans arrêt que le bilan d’Hayatou est bon, qu’il a beaucoup fait pour le football africain, etc… Mais alors, pourquoi tant craindre d’éventuels candidats ? Je ne comprends pas. Hayatou devrait les accepter, puisque son bilan est si bon… Je crois surtout que la modification des statuts de la CAF est un message très clair.

Lequel ?

Ceux qui sont au pouvoir ont peur d’être jugés ! La CAF fonctionne comme un parti unique. Il faut souligner que les votes se font à main levée. Une méthode qui permet de savoir qui s’oppose au pouvoir en place. Et qui peut bien sûr favoriser les méthodes de rétorsion. Mais faut-il s’en étonner ? Après tout, ceux qui siègent au Comité exécutif de la CAF et qui votent des modifications de statuts contestables sont souvent originaires de pays où le régime est autoritaire. Pour eux, les méthodes de la CAF sont normales.

Issa Hayatou est-il, selon vous, sous l’influence de certains membres qui ne veulent pas se mettre en avant ?

J’en doute très fortement. Il impose sa volonté. Un président peut tout faire. Il aurait pu dire qu’il n’avait pas besoin de cette modification des statuts pour être réélu. La CAF fonctionne sur le modèle de nombreux pays africains, où il y a un chef, à qui on ne demande quasiment jamais de rendre des comptes.

Les défenseurs d’Issa Hayatou mettent en avant certains points positifs, comme la présence de cinq sélections en phase finale de la Coupe du Monde, ou la meilleure exposition du football africain, y compris à l’étranger…

Qu’un président revendique qu’il y ait cinq sélections en Coupe du Monde, c’est scandaleux ! Que fait-on de ceux qui étaient sur le terrain, qui ont obtenu des résultats ? Le Cameroun, l’Algérie, le Maroc, le Nigeria y sont tout de même pour quelque chose, non ? Et dire que le football africain est mieux vendu… J’aimerais savoir où est passé l’argent. Qui en profite ? Quelles sont les vraies retombées ? Quels pays africains profitent vraiment de ce supposé essor ?

Vous réclamez plus de transparence ?

Oui, mais je n’ai pas beaucoup d’illusions. Pourquoi ne demande-t-on pas combien coûte et combien rapporte une phase finale de CAN, et où va l’argent ? Partout ailleurs, on le demande, mais pas en Afrique. Il y a une surprenante indulgence vis-à-vis de l’Afrique. Comme une forme de culpabilité, qui vient sans doute du passé. Il faut pourtant traiter l’Afrique comme les autres continents. Mais de la part de la CAF, je n’attends rien. Un système est en place, et il faudra sans doute attendre longtemps avant de voir les choses bouger.

_________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

"Le Christ selon l'Afrique" : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

Calixthe Beyala a au moins un talent : celui de faire croire à ses lecteurs occidentaux que l'Afrique n'est autre qu'une terre miséreuse victime de son passé et de la mondialisation. Une image[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois[...]

Alice Nkom : "L'homosexualité n'est pas importée, c'est sa répression qui l'est !"

L'avocate camerounaise Alice Nkom s'attaque, depuis plus de dix ans, à l'article 347 bis, pénalisant l'homosexualité au Cameroun. Farouche militante des droits de l'homme, elle a accepté de partager[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Enlèvements au Cameroun : les forces de sécurité ratissent le terrain

Les forces de sécurité camerounaises ratissaient dimanche la région où deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés dans la nuit de vendredi à[...]

Deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés au Cameroun

Deux prêtres italiens et une soeur canadienne ont été enlevés au nord du Cameroun, a indiqué samedi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères qui a mis sur pied [...]

Vidéo - Mondial 2014 : des rappeurs tournent un clip de soutien aux Lions indomptables

Le Mondial 2014 au Brésil approche à grands pas. Au Cameroun, la scène urbaine chante déjà à l'unisson "Allez les lions ! ".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces