Extension Factory Builder
25/02/2013 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 'Harlem Shake' a été réalisé dans la cour du lycée de Menzah 6 à Tunis. Le "Harlem Shake" a été réalisé dans la cour du lycée de Menzah 6 à Tunis. © Capture d'écran/Youtube

Le ministre tunisien de l'Éducation a ordonné une enquête contre des lycéens de Tunis après leur mise en scène du buzz planétaire "Harlem Shake", danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels. Outrée par les menaces minitérielles, la blogosphère tunisienne organise la riposte et prépare une "flashmob".

Le « Harlem Shake » des lycéens du quartier Menzah 6 de Tunis n'a pas fait sourire dans les couloirs du ministère de l'Éducation. Le ministre Abdellatif Abid a ordonné dimanche l'ouverture d'une enquête contre les lycéens danseurs pour leur mise en scène du dernier buzz planétaire.

« Le ministère de l'Éducation a demandé d'ouvrir une enquête et va prendre les mesures qui s'imposent », s'est emporté dimanche à la radio Mosaïque FM le ministre Abdellatif Abid, évoquant d'éventuelles « expulsions » d'élèves ou « licenciement » du personnel éducatif.

S'exprimant lundi à la radio, l'enseignant et syndicaliste du lycée du quartier de Menzah 6 de Tunis où se sont déroulés les faits, Hafedh Mosrati, a demandé au ministre de calmer le jeu et de laisser le conseil de discipline faire son travail. « Ils ont fait ce film sans autorisation de l'administration, enfreignant les règles mais ces affaires doivent être résolues en interne par le conseil de discipline », a-t-il souligné.

Caleçons, fausses barbes, et actes sexuels

Le « Harlem Shake », danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels, a fait le tour du monde sur internet avec des dizaines de versions différentes cumulant des dizaines de millions de vues.

Les lycéens du quartier Menzah 6 ont filmé samedi dans la cour de leur école cette vidéo dans laquelle certains dansent en caleçons et d'autres, portant des fausses barbes et les tuniques des tenants de la mouvance salafiste radicale, simulent des actes sexuels.

"Harlem Shake" devant le ministère

Un mouvement de soutien à ces lycéens s'est immédiatement organisé sur Facebook, plus de 4 600 personnes promettant de participer le 1er mars à un « Harlem Shake » de contestation devant le ministère de l'Éducation.

De nombreux jeunes relèvent sur ces pages que le ministère n'a jamais diligenté d'enquête lorsque des groupes de salafistes ont investi des universités ou des lycées, drapeaux noirs à la main, pour faire du prosélytisme.

L'opposition laïque tunisienne accuse régulièrement le parti islamiste Ennahdha, qui dirige le gouvernement, d'organiser une islamisation rampante de la société. Le ministre de l'Éducation est cependant issu d'Ettakatol, parti séculier de centre-gauche allié à Ennahdha.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été tu&eacut[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers