Extension Factory Builder
25/02/2013 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 'Harlem Shake' a été réalisé dans la cour du lycée de Menzah 6 à Tunis. Le "Harlem Shake" a été réalisé dans la cour du lycée de Menzah 6 à Tunis. © Capture d'écran/Youtube

Le ministre tunisien de l'Éducation a ordonné une enquête contre des lycéens de Tunis après leur mise en scène du buzz planétaire "Harlem Shake", danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels. Outrée par les menaces minitérielles, la blogosphère tunisienne organise la riposte et prépare une "flashmob".

Le « Harlem Shake » des lycéens du quartier Menzah 6 de Tunis n'a pas fait sourire dans les couloirs du ministère de l'Éducation. Le ministre Abdellatif Abid a ordonné dimanche l'ouverture d'une enquête contre les lycéens danseurs pour leur mise en scène du dernier buzz planétaire.

« Le ministère de l'Éducation a demandé d'ouvrir une enquête et va prendre les mesures qui s'imposent », s'est emporté dimanche à la radio Mosaïque FM le ministre Abdellatif Abid, évoquant d'éventuelles « expulsions » d'élèves ou « licenciement » du personnel éducatif.

S'exprimant lundi à la radio, l'enseignant et syndicaliste du lycée du quartier de Menzah 6 de Tunis où se sont déroulés les faits, Hafedh Mosrati, a demandé au ministre de calmer le jeu et de laisser le conseil de discipline faire son travail. « Ils ont fait ce film sans autorisation de l'administration, enfreignant les règles mais ces affaires doivent être résolues en interne par le conseil de discipline », a-t-il souligné.

Caleçons, fausses barbes, et actes sexuels

Le « Harlem Shake », danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels, a fait le tour du monde sur internet avec des dizaines de versions différentes cumulant des dizaines de millions de vues.

Les lycéens du quartier Menzah 6 ont filmé samedi dans la cour de leur école cette vidéo dans laquelle certains dansent en caleçons et d'autres, portant des fausses barbes et les tuniques des tenants de la mouvance salafiste radicale, simulent des actes sexuels.

"Harlem Shake" devant le ministère

Un mouvement de soutien à ces lycéens s'est immédiatement organisé sur Facebook, plus de 4 600 personnes promettant de participer le 1er mars à un « Harlem Shake » de contestation devant le ministère de l'Éducation.

De nombreux jeunes relèvent sur ces pages que le ministère n'a jamais diligenté d'enquête lorsque des groupes de salafistes ont investi des universités ou des lycées, drapeaux noirs à la main, pour faire du prosélytisme.

L'opposition laïque tunisienne accuse régulièrement le parti islamiste Ennahdha, qui dirige le gouvernement, d'organiser une islamisation rampante de la société. Le ministre de l'Éducation est cependant issu d'Ettakatol, parti séculier de centre-gauche allié à Ennahdha.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : Habib Essid a formé son gouvernement

Tunisie : Habib Essid a formé son gouvernement

Après de longues et complexes tractations avec les partis, Habib Essid, le nouveau chef de l’exécutif tunisien, a bouclé vendredi la composition de son gouvernement qu’il présentera &agrav[...]

Former le gouvernement tunisien, le casse-tête de Habib Essid

Nouveau chef de l'exécutif tunisien, Habib Essid continue de chercher la formule idéale pour son futur gouvernement, dont la composition doit être annoncée, selon des sources au sein de son [...]

CAN 2015 : la Tunisie assomme les Chipolopolos

Les Zambiens, longtemps dominateurs, ont ouvert le score par Emmanuel Mayuka à l'heure de jeu. Mais les Chipolopolos ont ensuite payé leurs occasions manquées. Résultat, c'est la Tunisie qui a[...]

Tunisie : Selma Elloumi recadrée par BCE

Selma Elloumi, députée de Nabeul, souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour devenir conseillère du président tunisien Béji Caïd Essebsi. Qui n'a pas apprécié.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, l'éminence grise de BCE

Nommé début janvier conseiller spécial du président tunisien avec rang de ministre, en charge des affaires politiques, Mohsen Marzouk fait désormais partie du cercle de confiance de Béji[...]

CAN 2015 : La Tunisie déçoit face au Cap-Vert

Dans le deuxième match du groupe B, la Tunisie a été surprise par les Cap-Verdiens qui ont égalisé sur un penalty litigieux (1-1). Les Aigles de Carthage devront hausser leur niveau de jeu pour[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Tunisie : pour Z, caricaturiste, "la liberté l'emporte sur la sécurité"

Pour le caricaturiste tunisien Z, contraint à l'anonymat, "Charlie Hebdo" a eu raison de ne "pas s'incliner, de montrer que l'impertinence survivra", comme ils l'ont fait en dessinant de nouveau le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130225142606 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130225142606 from 172.16.0.100