Extension Factory Builder
25/02/2013 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avant de s'enfuir, le couple Ben Ali aurait réussi à faire disparaître au moins 1,5 tonne d'or. Avant de s'enfuir, le couple Ben Ali aurait réussi à faire disparaître au moins 1,5 tonne d'or. © AFP

Quelque 1,8 tonne d’or en provenance de Tunisie et à destination d’Istanbul et de Dubaï ont transité par la France. L'affaire suscite de nombreuses interrogations, mais les autorités n'ont pas l'air de s'en émouvoir.

« Au tout début de la révolution, le 19 décembre 2010, Leïla Ben Ali a fait retirer 1,5 tonne d’or de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Pour masquer le vol, la parade consistait à jouer sur la confusion ; la même quantité d’or était déposée par la Tunisie auprès de la Banque d’Angleterre. » En mai 2011, cette révélation d’un responsable de la BCT concernant un éventuel transit avait aussitôt été démentie ; et 5,3 tonnes d’or étaient bien dans les coffres du pays.

Puis en novembre 2012, une enquête de la télévision nationale précisait que l’épouse de l’ancien président avait sorti illégalement du pays de l’or provenant de mines du Nord-Ouest… S’il y a un doute sur l'origine du magot, il est en tout cas certain qu’il existe et qu'il ne se trouve plus en Tunisie. Une enquête du quotidien Nice Matin dévoile que les services douaniers des aéroports de Nice, Marseille et Paris ont noté, jusqu’en avril 2012, près de 150 entrées de Tunisiens, en transit pour Istanbul ou Dubaï, déclarant être en possession de quantités d’or assez notables. Ainsi, 1,8 tonne d’or en lingots d’une valeur de 72 millions d’euros aurait transité en toute légalité par l’Hexagone.

En Europe, le transfert de l’or est une formalité ; il suffit de le signaler aux frontières. Mais deux à cinq déclarations par semaine, portant sur 10 à 40 kg d’or, ont alerté les services douaniers français qui ont avisé leur hiérarchie sans que les ministères des Finances et de l’Intérieur ne réagissent. Pourtant, le gel des avoirs de Ben Ali, prononcé en février 2011, et une instruction menée à Paris par le juge Roger Le Loire sur d’éventuels blanchiments et sur les biens mal acquis du clan Ben Ali, suite à une plainte lancée par les associations Sherpa et Transparency International en juin 2011, auraient dû inciter à plus de vigilance.

Enquête locale

Si l’affaire soulève le problème de la réglementation européenne, en Tunisie, elle n’a pas fait grand bruit ; le pays est trop englué dans une crise politique majeure. Cependant, elle suscite de nombreuses questions qui mériteraient une enquête locale. Cet or est-il bien celui de Ben Ali ? Si c’est le cas, ce qui est difficile à prouver a posteriori, où était-il caché et par qui ? Si non, à qui appartient-il et d’où provient-il ? Le transfert d’or ou de devises étant sévèrement réglementé en Tunisie, existe-t-il des filières organisées spécialisées dans ce trafic et quels sont leurs complices ?

La principale difficulté étant les contrôles à la frontière tunisienne, pourquoi choisir des points de transit qui exigent un visa, alors que la Turquie et Dubaï n’en réclament pas aux ressortissants tunisiens ? Les porteurs d’or transitaient-ils uniquement par la France ou également par d’autres pays européens ? Les réponses, qui seront difficiles à établir, pourraient être embarrassantes alors que la lutte contre la corruption est une des premières exigences d’un pays en grande difficulté économique. Le ministère tunisien  des Finances a interpellé son homologue français pour plus d’éclaircissements. La remise par les autorités françaises de copies des déclarations permettrait d’identifier les mules et d’évaluer l’ampleur de l’affaire.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex