Extension Factory Builder
25/02/2013 à 09:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la RDC, Joseph Kabila, signant l'accord de paix d'Addis Abeba, le 24 février 2013. Le président de la RDC, Joseph Kabila, signant l'accord de paix d'Addis Abeba, le 24 février 2013. © Jenny Vaughan/AFP

Onze pays africains ont signé, le 24 février à Addis-Abeba, un accord destiné à ramener la paix dans la partie est de la République démocratique du Congo, en proie à des groupes armés depuis près de deux décennies. Mais de nombreux points restent en suspens.

Après le raté de la fin de janvier, en marge du sommet de l’Union africaine (UA), cette fois-ci, c’est la bonne. Onze pays africains ont signé, le 24 février à Addis-Abeba, un accord destiné à ramener la paix dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Les signataires ont cependant fait preuve d'un optimisme prudent, conscients qu'aucun effort de paix n'a réussi durablement depuis deux décennies dans cette partie de l'Afrique des Grands Lacs, dont les énormes ressources minières attisent les convoitises.

Que dit le document ?

Les pays de la région s’engagent « à ne pas tolérer ni porter assistance ou soutien à aucune forme de groupes armés » en RDC. Le Rwanda et l'Ouganda ont été accusés par des rapports de l'ONU de soutenir le plus lourdement armé de ces mouvements rebelles, le M23, ce que les deux pays démentent. Kigali, lui, a toujours accusé son voisin congolais de soutenir les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, un groupe armé rwandais basé dans le Kivu (est de la RDC).

Il est temps d’écrire « une page plus glorieuse que celle des deux dernières décennies, marquées par une guerre récurrente, des violations massives des droits de l'homme et le mépris de la vie humaine », a déclaré le président congolais Joseph Kabila lors de la signature de l’accord de paix. Approuvant « sans réserve » ledit accord, son homologue rwandais Paul Kagamé a, de son côté, appelé « à s'attaquer avec sincérité aux réels problèmes de droit, de justice et de développement », dans une allusion apparente à l'absence d'État de droit dans l'est de la RDC et au traitement réservé dans cette région à la minorité tutsie qui a des liens étroits avec le Rwanda voisin.

L’accord d’Addis-Abeba demande également au gouvernement congolais d'entreprendre des réformes internes, notamment dans le secteur de la sécurité. Kinshasa est appelé aussi à promouvoir les objectifs de la réconciliation, de tolérance et de démocratisation du pays, après les élections controversées du 28 novembre 2011 qui avaient consacré la réélection de Joseph Kabila pour un nouveau mandat de cinq ans.

Ce qui n'est toujours pas tranché

La question d’une force neutre à déployer le long de la frontière entre le Rwanda et la RDC pour combattre les groupes armés n’a pas été tranchée. Encore moins celle de la « révision stratégique » de la mission de l'ONU sur place (Monusco), une des plus importantes au monde avec 17 000 hommes, mais qui a échoué à faire prévaloir la paix.

La Monusco sera-t-elle dotée d’un mandat beaucoup plus robuste ? La « brigade d’intervention » sera-t-elle intégrée en son sein ? Rien n’a été définitivement décidé à Addis-Abeba. Mais « le Conseil de sécurité a déjà discuté de l'idée de déployer une brigade d'intervention, cela sera encore discuté et décidé rapidement » à l'ONU, a rassuré le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, estimant que la signature de cet accord devrait faciliter le processus de déploiement de forces d'intervention dotée d'un mandat d'imposition de la paix » dans la région des Grands lacs.

« Une excellente base de travail pour relancer les efforts communs de la RDC, de la région et de la communauté internationale envers une solution durable à la crise dans l'Est congolais », a déclaré pour sa part le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. Signataire de l'accord et prêt à contribuer à la future brigade qui devrait compter 2.500 soldats au total, le président sud-africain Jacob Zuma a estimé qu'il s'agissait « d'un moyen réaliste de rétablir la sécurité dans l'est de la RDC dans les plus brefs délais ».

Les présidents de RDC, d'Afrique du Sud, du Mozambique, du Rwanda, du Congo et de Tanzanie ont fait le déplacement à Addis Abeba pour signer l'accord, également paraphé sous les applaudissements par des représentants d'Ouganda, d'Angola, du Burundi, de Centrafrique et de Zambie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le gouvernement met en avant ses efforts pour lutter contre les violences sexuelles

RDC : le gouvernement met en avant ses efforts pour lutter contre les violences sexuelles

À l'occasion d'une conférence de presse organisée lundi par les Nations Unies et le gouvernement de République démocratique du Congo, les autorités congolaises ont cherché à[...]

RDC - Félix Tshisekedi : "Aucun parti ne peut gagner seul"

Après deux semaines passées au chevet de son père, l’opposant congolais (RDC) Étienne Tshisekedi, à Bruxelles, Félix Tshisekedi retourne dans la mêlée Kinoise.[...]

RDC : la mort du général Bahuma suscite un grand malaise à Goma

Depuis l'annonce du décès du général Bahuma, commandant de l'armée congolaise dans le Nord-Kivu, les habitants de Goma sont inquiets et en colère. Ils ont manifesté lundi dans les[...]

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, le ministre des[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex