Extension Factory Builder
22/02/2013 à 18:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. © AFP

Le départ du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) est donné ce samedi 22 février dans la capitale burkinabè. À cette 23e édition du plus grand rendez-vous du 7e art sur le continent, 20 films partent à la conquête de l’Étalon d’or de Yennega, la plus haute récompense de la compétition, décernée depuis 1969.

Bruits de bottes au Mali voisin, incendie du toit d’une salle de cinéma en construction sur le site du festival… On avait craint pour la tenue de cette nouvelle édition du Fespaco. Mais rien n’y a fait, la plus grande messe du 7e art africain est officiellement lancée samedi 23 février à Ouagadougou.

Pour ce 23e festival, 20 films sont en compétition pour décrocher l’Étalon d’or de Yennega. Avec sept films, les cinéastes maghrébins sont les plus représentés. L’Algérie et le Maroc ont chacun trois films. Le Sénégal, avec deux réalisateurs, bat tous les autres pays francophones d’Afrique subsaharienne, présents avec seulement cinq productions.

La bonne surprise vient du cinéma lusophone du continent qui participe cette année avec trois films. Quant à l’Afrique anglophone, elle est légèrement en retrait, n’arrivant qu’à placer deux œuvres (Nigeria et Afrique du Sud) dans la sélection officielle.

Cette édition sera l’occasion pour les acteurs du cinéma africain de plancher sur « les politiques publiques pour le cinéma en Afrique ». Une innovation majeure : tous les jurys du festival sont présidés par des femmes. Un juste reconnaissance du rôle qu’elles jouent dans le 7e art, commentent les organisateurs du festival, dont le trophée, l’Étalon d’or de Yennega, est matérialisé par une princesse guerrière, lance à la main, juchée sur un cheval cabré.

Favoris parmi les films en compétition :

  • Always Brando, du tunisien Ridha Behi, a été tourné avant la révolution tunisienne mais reste d'une cruelle actualité. Always Brando imagine un film qui ferait se croiser le modèle et son double.
  • Le repenti, de l’algérien Merzak Allouache. Ce long métrage revient sur une face sombre de l'histoire de l'Algérie. Pendant la décennie noire, où les groupes terroristes sèment la terreur, Rachid, un jeune jihadiste, décide de quitter ses anciens compagnons et de revenir dans son village. Pour bénéficier des dispositions de la loi sur « la concorde nationale », il doit se rendre aux forces de l’ordre et restituer son arme. Après quoi il est amnistié et devient un « repenti ». Mais dans les faits seulement.

  • Aujourd’hui du sénégalais Alain Gomis, est un conte philosophique qui relate la dernière journée de Satché, un jeune Sénégalais qui sait que la mort l’attend à la fin du jour. L’heure est donc au bilan : dernière réunion de famille, derniers moments passés avec ses amis et ses enfants, ultime rencontre avec son premier amour, ultime moment de passion avec sa femme, qui commence par refuser l’idée de la mort de son mari et qui lui en veut de l’abandonner ainsi.

La liste des autres films en compétition officielle

  • Androman…de sang et de charbon, Azlarabe Alaoui Lamharzi (Maroc)
  • Children’s Republic, Flora Gomez (Guinée-Bissau)
  • How to steal 2 million, Charlie Vundla (Afrique du Sud)
  • Le collier du Makoko, Henri Joseph Koumba Bididi (Gabon)
  • Les enfants de Troumaron, Harrikrisnaet Sharvan Anenden (Ile Maurice)
  • Love in Medina, Abdelhaï Laraki (Maroc)
  • Moi Zaphira, Apolline Traoré (Burkina Faso)
  • Nishan, Shumete Yidnekacchew (Ethiopie)
  • Grande Kilapy, Gamboa Zeze (Angola)
  • One man’s show, Aduaka Newton Ifeanyi (Nigeria)
  • Or aqui tudo bem, Pocas Pascoal ‘Angola)
  • Toiles d’araignées, Ibrahima Touré (Mali)
  • Virgem, Margarida, Licinio Azevedo (Mozambique)
  • Yema, Djamila Sahraoui (Algérie)
  • Zabana ! Saïd Ould-Khelifa (Algérie)
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un[...]

Ballaké, l'une des grandes voix d'Afrique s'est éteinte

Le chanteur Burkinabè Ballaké s'est éteint. Florent Mazzoleni rend hommage cet artiste qui comptait parmi les dernières grandes voix africaines.[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Au Burkina, les étudiants font de la résistance contre Blaise Compaoré

Pour beaucoup d'étudiants, pas question de laisser Blaise Compaoré briguer un cinquième mandat en 2015. Reportage sur le campus de Ouagadougou, potentielle bombe à retardement.[...]

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

D'un bout à l'autre du continent, des banques rivalisent d'ingéniosité pour offrir aux Africains des services financiers adaptés à leurs besoins.[...]

Burkina Faso : manifestation d'ampleur contre un potentiel référendum

Des dizaines de milliers de personnes ont marché samedi matin à Ouagadougou, renforçant l'opposition burkinabè dans son combat contre un éventuel référendum constitutionnel, qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex