Extension Factory Builder
22/02/2013 à 18:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. © AFP

Le départ du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) est donné ce samedi 22 février dans la capitale burkinabè. À cette 23e édition du plus grand rendez-vous du 7e art sur le continent, 20 films partent à la conquête de l’Étalon d’or de Yennega, la plus haute récompense de la compétition, décernée depuis 1969.

Bruits de bottes au Mali voisin, incendie du toit d’une salle de cinéma en construction sur le site du festival… On avait craint pour la tenue de cette nouvelle édition du Fespaco. Mais rien n’y a fait, la plus grande messe du 7e art africain est officiellement lancée samedi 23 février à Ouagadougou.

Pour ce 23e festival, 20 films sont en compétition pour décrocher l’Étalon d’or de Yennega. Avec sept films, les cinéastes maghrébins sont les plus représentés. L’Algérie et le Maroc ont chacun trois films. Le Sénégal, avec deux réalisateurs, bat tous les autres pays francophones d’Afrique subsaharienne, présents avec seulement cinq productions.

La bonne surprise vient du cinéma lusophone du continent qui participe cette année avec trois films. Quant à l’Afrique anglophone, elle est légèrement en retrait, n’arrivant qu’à placer deux œuvres (Nigeria et Afrique du Sud) dans la sélection officielle.

Cette édition sera l’occasion pour les acteurs du cinéma africain de plancher sur « les politiques publiques pour le cinéma en Afrique ». Une innovation majeure : tous les jurys du festival sont présidés par des femmes. Un juste reconnaissance du rôle qu’elles jouent dans le 7e art, commentent les organisateurs du festival, dont le trophée, l’Étalon d’or de Yennega, est matérialisé par une princesse guerrière, lance à la main, juchée sur un cheval cabré.

Favoris parmi les films en compétition :

  • Always Brando, du tunisien Ridha Behi, a été tourné avant la révolution tunisienne mais reste d'une cruelle actualité. Always Brando imagine un film qui ferait se croiser le modèle et son double.
  • Le repenti, de l’algérien Merzak Allouache. Ce long métrage revient sur une face sombre de l'histoire de l'Algérie. Pendant la décennie noire, où les groupes terroristes sèment la terreur, Rachid, un jeune jihadiste, décide de quitter ses anciens compagnons et de revenir dans son village. Pour bénéficier des dispositions de la loi sur « la concorde nationale », il doit se rendre aux forces de l’ordre et restituer son arme. Après quoi il est amnistié et devient un « repenti ». Mais dans les faits seulement.

  • Aujourd’hui du sénégalais Alain Gomis, est un conte philosophique qui relate la dernière journée de Satché, un jeune Sénégalais qui sait que la mort l’attend à la fin du jour. L’heure est donc au bilan : dernière réunion de famille, derniers moments passés avec ses amis et ses enfants, ultime rencontre avec son premier amour, ultime moment de passion avec sa femme, qui commence par refuser l’idée de la mort de son mari et qui lui en veut de l’abandonner ainsi.

La liste des autres films en compétition officielle

  • Androman…de sang et de charbon, Azlarabe Alaoui Lamharzi (Maroc)
  • Children’s Republic, Flora Gomez (Guinée-Bissau)
  • How to steal 2 million, Charlie Vundla (Afrique du Sud)
  • Le collier du Makoko, Henri Joseph Koumba Bididi (Gabon)
  • Les enfants de Troumaron, Harrikrisnaet Sharvan Anenden (Ile Maurice)
  • Love in Medina, Abdelhaï Laraki (Maroc)
  • Moi Zaphira, Apolline Traoré (Burkina Faso)
  • Nishan, Shumete Yidnekacchew (Ethiopie)
  • Grande Kilapy, Gamboa Zeze (Angola)
  • One man’s show, Aduaka Newton Ifeanyi (Nigeria)
  • Or aqui tudo bem, Pocas Pascoal ‘Angola)
  • Toiles d’araignées, Ibrahima Touré (Mali)
  • Virgem, Margarida, Licinio Azevedo (Mozambique)
  • Yema, Djamila Sahraoui (Algérie)
  • Zabana ! Saïd Ould-Khelifa (Algérie)
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222182804 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222182804 from 172.16.0.100