Extension Factory Builder
22/02/2013 à 18:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. Le 23e Fespaco se tient dans la capitale burkinabè du 23 février au 2 mars. © AFP

Le départ du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) est donné ce samedi 22 février dans la capitale burkinabè. À cette 23e édition du plus grand rendez-vous du 7e art sur le continent, 20 films partent à la conquête de l’Étalon d’or de Yennega, la plus haute récompense de la compétition, décernée depuis 1969.

Bruits de bottes au Mali voisin, incendie du toit d’une salle de cinéma en construction sur le site du festival… On avait craint pour la tenue de cette nouvelle édition du Fespaco. Mais rien n’y a fait, la plus grande messe du 7e art africain est officiellement lancée samedi 23 février à Ouagadougou.

Pour ce 23e festival, 20 films sont en compétition pour décrocher l’Étalon d’or de Yennega. Avec sept films, les cinéastes maghrébins sont les plus représentés. L’Algérie et le Maroc ont chacun trois films. Le Sénégal, avec deux réalisateurs, bat tous les autres pays francophones d’Afrique subsaharienne, présents avec seulement cinq productions.

La bonne surprise vient du cinéma lusophone du continent qui participe cette année avec trois films. Quant à l’Afrique anglophone, elle est légèrement en retrait, n’arrivant qu’à placer deux œuvres (Nigeria et Afrique du Sud) dans la sélection officielle.

Cette édition sera l’occasion pour les acteurs du cinéma africain de plancher sur « les politiques publiques pour le cinéma en Afrique ». Une innovation majeure : tous les jurys du festival sont présidés par des femmes. Un juste reconnaissance du rôle qu’elles jouent dans le 7e art, commentent les organisateurs du festival, dont le trophée, l’Étalon d’or de Yennega, est matérialisé par une princesse guerrière, lance à la main, juchée sur un cheval cabré.

Favoris parmi les films en compétition :

  • Always Brando, du tunisien Ridha Behi, a été tourné avant la révolution tunisienne mais reste d'une cruelle actualité. Always Brando imagine un film qui ferait se croiser le modèle et son double.
  • Le repenti, de l’algérien Merzak Allouache. Ce long métrage revient sur une face sombre de l'histoire de l'Algérie. Pendant la décennie noire, où les groupes terroristes sèment la terreur, Rachid, un jeune jihadiste, décide de quitter ses anciens compagnons et de revenir dans son village. Pour bénéficier des dispositions de la loi sur « la concorde nationale », il doit se rendre aux forces de l’ordre et restituer son arme. Après quoi il est amnistié et devient un « repenti ». Mais dans les faits seulement.

  • Aujourd’hui du sénégalais Alain Gomis, est un conte philosophique qui relate la dernière journée de Satché, un jeune Sénégalais qui sait que la mort l’attend à la fin du jour. L’heure est donc au bilan : dernière réunion de famille, derniers moments passés avec ses amis et ses enfants, ultime rencontre avec son premier amour, ultime moment de passion avec sa femme, qui commence par refuser l’idée de la mort de son mari et qui lui en veut de l’abandonner ainsi.

La liste des autres films en compétition officielle

  • Androman…de sang et de charbon, Azlarabe Alaoui Lamharzi (Maroc)
  • Children’s Republic, Flora Gomez (Guinée-Bissau)
  • How to steal 2 million, Charlie Vundla (Afrique du Sud)
  • Le collier du Makoko, Henri Joseph Koumba Bididi (Gabon)
  • Les enfants de Troumaron, Harrikrisnaet Sharvan Anenden (Ile Maurice)
  • Love in Medina, Abdelhaï Laraki (Maroc)
  • Moi Zaphira, Apolline Traoré (Burkina Faso)
  • Nishan, Shumete Yidnekacchew (Ethiopie)
  • Grande Kilapy, Gamboa Zeze (Angola)
  • One man’s show, Aduaka Newton Ifeanyi (Nigeria)
  • Or aqui tudo bem, Pocas Pascoal ‘Angola)
  • Toiles d’araignées, Ibrahima Touré (Mali)
  • Virgem, Margarida, Licinio Azevedo (Mozambique)
  • Yema, Djamila Sahraoui (Algérie)
  • Zabana ! Saïd Ould-Khelifa (Algérie)
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : on ne touche pas à la sécurité présidentielle

Burkina Faso : on ne touche pas à la sécurité présidentielle

Yacouba Isaac Zida a connu le 30 décembre ses premières sueurs froides en tant que Premier ministre burkinabè de la transition.[...]

C'est la CAN des surprises, le Congo et la Guinée équatoriale en quarts !

Le Congo, tombeur du Burkina Faso (2-1), et la Guinée équatoriale, vainqueur du Gabon (2-0), sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale de la CAN 2015 dans le groupe A. Les Diables rouges terminent[...]

Burkina : Fespaco'mme les autres

Malgré le changement de régime au Burkina et la menace Ebola, le prestigieux festival panafricain aura bien lieu. Avec quelques changements au programme.[...]

Burkina Faso : Kafando fait machine arrière dans le dossier Sankara

Alors qu'il s'était maintes fois prononcé en faveur d'une réouverture rapide de l'enquête sur l'assassinat de Thomas Sankara, le président de transition burkinabè Michel Kafando a[...]

Burkina Faso : Djibrill Bassolé intéressé par la présidentielle ?

La perspective de l'élection présidentielle burkinabè, programmée pour le 11 octobre, aiguise les appétits.[...]

Burkina : les élections présidentielle et législatives auront lieu le 11 octobre

Le président Michel Kafando, s'exprimant devant la presse jeudi à Ouagadougou, a annoncé que les élections présidentielle et législatives se tiendraient le dimanche 11 octobre.[...]

CAN 2015 : le Burkina Faso au bord du gouffre

Les Étalons des frères Traoré n'ont pas réussi à marquer face à la Guinée équatoriale (0-0), malgré un déluge d'occasions. Le vice-champion d'Afrique ne[...]

Burkina : un successeur pour Moumouni Dieguimdé, ancien ministre des Infrastructures contraint à la démission

Daouda Traoré, un ingénieur des travaux publics, a été nommé mercredi ministre des Infrastructures en remplacement de Moumouni Dieguimdé, contraint de à la démission[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Danse : Nuit blanche à Ouagadougou de Serge Aimé Coulibaly

Présenté à Paris du 14 au 17 janvier, le spectacle prémonitoire et engagé de Serge Aimé Coulibaly devrait bientôt tourner en France et en Europe. Chorégraphie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222182804 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222182804 from 172.16.0.100