Extension Factory Builder
22/02/2013 à 18:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Larayedh et Rached Ghannouchi, le 22 février 2013 à Tunis. Ali Larayedh et Rached Ghannouchi, le 22 février 2013 à Tunis. © AFP

L'islamiste Ali Laarayedh, ancien ministre de l'Intérieur, a été nommé Premier ministre vendredi 22 février. Dans son premier discours, il a promis de former un cabinet dans lequel se retrouveront tous les "Tunisiens et les Tunisiennes", insistant notamment sur l'égalité des sexes.

Son nom circulait depuis quelques jours à Tunis. Vendredi, à la mi-journée, le candidat du parti islamiste Ennahdha et ancien ministre de l'Intérieur, Ali Laarayedh, a été officiellement nommé Premier ministre pour succéder à Hamadi Jebali.

« Nous allons entrer dans la phase de composition du nouveau gouvernement qui sera celui de tous les Tunisiens et Tunisiennes compte tenu du fait que hommes et femmes sont égaux en droits et en devoirs », a-t-il dit lors de sa première prise de parole dans son nouveau costume de chef de gouvernement.

Ali Laarayedh, considéré comme un modéré dans son parti, a insisté sur l'égalité des sexes dans ce premier discours alors qu'Ennahdha est régulièrement accusée de vouloir revenir sur les droits des femmes. Le mouvement islamiste avait ainsi tenté de faire inscrire dans la Constitution la notion de complémentarité homme-femme et non l'égalité, une proposition abandonnée par la suite face à une levée de bouclier dans la société.

Se disant conscient de la lourdeur de la charge, Ali Laarayedh a souligné avoir besoin de l'appui de la présidence, de l'Assemblée nationale constituante, des partis politiques, de la société civile, pour arriver à instaurer la démocratie à laquelle tous aspirent.

Crise politique

« J'espère trouver un bon accueil auprès des Tunisiens et des Tunisiennes, des partis politiques, des milieux d'affaires, des médias, du monde de la culture et des hommes de religion », a-t-il ajouté. Ali Laarayedh a indiqué qu'il évoquerait une autre fois les priorités du futur gouvernement, refusant de répondre aux questions des journalistes.

Le nouveau gouvernement aura la lourde tâche de sortir le pays de sa pire crise politique depuis la révolution de janvier 2011. Elle a été provoquée par l'assassinat retentissant d'un opposant anti-islamiste, Chokri Belaïd, le 6 février. Ali Larayedh a 15 jours pour former son équipe.

Première force politique du pays avec 89 députés, Ennahdha peut réunir assez facilement les voix de 109 élus sur 217 nécessaire à l'approbation du gouvernement. Le parti a cependant promis de former un cabinet bénéficiant de la plus large assise possible, même s'il a refusé la proposition d'un gouvernement de technocrates d'Hamadi Jebali qui a démissionné après l'échec de cette initiative.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers